Halloweenduro, l'enduro qui fout la citrouille

Sport
7 novembre 2017 — Olivier Béart

C’est quasi devenu une tradition maintenant : pour la troisième année consécutive, la saison belge d’enduro s’est conclue ce 5 novembre au Bois des Rêves à l’occasion de l’Halloweenduro. Une épreuve atypique par son placement dans le calendrier, mais aussi par son format. Photos et résultats :

Alors que l’Halloweenduro n’affichait pas complet en 2016, les 200 places disponibles sont parties en moins de 3 jours cette année, preuve que l’évènement a su rapidement se faire une place dans le coeur des enduristes belges, mais aussi français et néerlandais. Au final, ils étaient 205 à venir s’affronter, et surtout s’amuser, sur les 6 spéciales courtes, nerveuses et ludiques du Bois des Rêves. Pour fluidifier les départs, deux groupes d’une centaine de pilotes roulaient en même temps sur des spéciales différentes. Seul gros bémol de la journée, cette 3e édition de l’Halloweenduro aura hélas été marquée par de gros soucis de chrono…

Après la victoire en 2016 de Bart De Vocht, absent cette année, c’est Loïc Maryns qui a inscrit son nom au palmarès de l’épreuve en s’imposant avec 3,5 secondes d’avance.

Au coude à coude avec Loïc dans les 4 premières spéciales, c’est dans les deux dernières que Julien Soussigne a laissé filer la victoire, avec notamment une chute dans la SP5 rendue très glissante par une belle averse en milieu de journée. Il termine à nouveau 2e, comme en 2016 et en 2015 !

Il y avait décidément du beau monde au départ avec la présence d’Olivier Bruwière, qui monte sur la 3e marche du podium.

Le podium scratch, qui est aussi le podium Elite : Julien Soussigne (2e), Loïc Maryns (1er) et Olivier Bruwière (3e).

Juste derrière Renaud Havaux, qui échoue à nouveau au pied du podium après sa 4e place l’an dernier, on retrouve le descendeur Nicolas Mathieu (photo) qui signe lui aussi le même résultat qu’en 2016 : 5e. D’autres descendeurs, et pas des moindres, étaient présents, Nicolas Simon prenant notamment la 9e place au scratch et Tanguy Decock la 11e.

Vous aviez déjà vu un 360 en pleine spéciale d’enduro ? Eh bien maintenant oui ! Ce n’est sans doute pas optimal pour le chrono, mais le public a apprécié… Malgré cette petite perte de temps, Denis Pauwels prend la 8e place au scratch et s’impose chez les juniors ! Tanguy Decock est 2e de la catégorie et Nathan Carlier 3e.

Jonas Debois, 12e, signe quant à lui la victoire en catégorie Cadet. Thomas Fraiture (24e) et Nathan Caluwé (29e) complètent le podium.

Juste derrière lui, à la 13e place, on retrouve le 1er des Master 2 : Steve Rodriguez, qui l’emporte devant Manuel De Pinho (20e) et Kris Hertsens (23e).

Le Français Sébastien Lefèvre, 19e au scratch, monte sur la plus haute marche du podium Master 1, avec à ses côtés Jeffry Goethals, 26e et 2e de la catégorie. Ronald Hubert, 3e, était quant à lui absent lors de la cérémonie des podiums.

Habitué de la 1ère place en Master 3, Gilles Desagher a remis ça en s’imposant dans la catégorie grâce à sa 25e place au scratch.

On retiendra aussi la victoire de Géraud Heine (38e), ici à gauche, chez les plus jeunes, les minimes (13-14 ans), devant Nicolas Cassart (52e) et Quentin Mestrez (64e).

Chez les dames, Alex Marchal (55e) a de nouveau fait parler la poudre en s’imposant devant Caro Soussigne (120e) et Malaurie Marchand (129e).

La journée s’est terminée de manière originale par une 7e spéciale bonus… chainless ! Elle ne comptait pas pour le classement final, mais bon nombre de pilotes se sont prêtés à l’exercice qui nécessitait concentration et optimisation. A ce petit jeu, c’est Olivier Bruwière qui s’en est le mieux sorti, devant Julien Soussigne, ici en photo, et Renaud Havaux, 3e.

Résultats :

Les résultats, toujours en cours de correction, sont disponibles sur Chronorace