Exclu : l'étrange tige de selle télescopique de M. Flückiger

11 août 2015 — Olivier Béart

Depuis qu’il a reçu son nouveau full suspendu Stöckli, Mathias Flückiger roule avec une étonnante tige de selle télescopique “upside down”. A l’occasion de la Coupe du Monde de Windham, notre photographe est allé à la rencontre du pilote Suisse pour le cuisiner et tenter d’en apprendre un peu plus sur cette curieuse tige de selle télescopique. Voici le résultat de ses investigations :

World_Cup_XCO_Men_Homme_Absalon_Schurter_Fumic_2015_Copyright_Dobslaff_VojoMag-21Depuis Lenzerheide, Mathias Fluckiger utilise un tout nouveau full suspendu carbone prototype qui préfigure plus que probablement le futur tout mou pur cross-country de la marque Suisse. Mais, au-delà de ce vélo baptisé “Trail2Rio” et dont nous aurons bientôt l’occasion de vous reparler, c’est un des accessoires qui l’équipe qui suscite de nombreuses question : la tige de selle.

1-World_Cup_XCO_Mathias_Fluckiger_Stockli_Dropper_Post_Copyright_Dobslaff_VojoMag-1Sur les réseaux sociaux, Mathias Flückiger aime poser à côté de son nouveau joujou… il montre même ostensiblement sa fameuse tige de selle, mais il reste muet quand ses “fans” lui posent des questions sur le sujet. Nous avons donc demandé à notre photographe d’aller voir cela de plus près à Windham et de poser la question directement à l’intéressé. Il n’a pas voulu donner tous les détails, mais il a quand même accepté de lever un coin du voile, en exclusivité pour Vojo :

World_Cup_XCO_Mathias_Fluckiger_Stockli_Dropper_Post_Copyright_Dobslaff_VojoMag-1

• Tout d’abord, Mathias Flückiger confirme qu’il s’agit bien d’une tige de selle télescopique. On s’en doutait mais au moins comme cela on est absolument sûrs ! “Le but est clairement de rendre le vélo plus agile et d’apporter de la sécurité dans les descentes”, nous précise le pilote Stöckli.
• Il s’agit pour le moment d’un exemplaire unique qu’il développe en tant que pilote. Il a cependant refusé de nous dire s’il s’agissait d’un projet personnel sur lequel il travaille avec un artisan (comme BikeAhead qui l’équipe pour certains accessoires), ou d’un futur produit Stöckli, voire même d’un hypothétique proto Fox (qui sponsorise le team pour ses suspensions)
• Cette tige de selle télescopique comporte seulement deux positions : haut et bas
Le débattement tourne autour de 50mm, mais le pilote et son équipe travaillent encore afin de trouver le débattement idéal
• La conception inversée (upside-down) permet de rendre la tige de selle compatible avec les cadres dotés d’un tube en 27,2mm de diamètre, sans devoir recourir à d’autres artifices comme un réservoir externe. La jonction avec le chariot de selle et la selle est également améliorée.

World_Cup_XCO_Mathias_Fluckiger_Stockli_Dropper_Post_Copyright_Dobslaff_VojoMag-2

• Le surpoids est très limité : “entre 150 et 170g seulement par rapport à ma tige de selle carbone habituelle”, nous dit-il. Sachant qu’il roule habituellement avec des produits légers, même si on table sur une tige classique à 200g, cela donnerait un poids de moins de 400g pour sa tige de selle télescopique prototype. C’est très léger, quand on sait qu’une KS Lev Carbon est au-dessus de 400g et qu’une RockShox Reverb classique dépasse les 500g.
• Cette tige de selle télescopique dispose d’une commande au guidon via un système par câble. Mathias Flückiger l’actionne à la main gauche, mais il n’a pas souhaité que nous la prenions en photo car selon lui, “elle n’est pas encore assez aboutie au niveau de l’ergonomie. Elle doit être positionnée trop haut sur le cintre, ce qui la rend parfois difficile à manipuler à l’approche des portions techniques. Nous devons encore travailler sur ce point”. On peut néanmoins apercevoir ledit levier sur la première photo d’action de cet article. Nous n’avons par contre pas non plus d’informations détaillées sur le mécanisme interne à la tige de selle.
• Actuellement, elle apparaît sous différents aspects car le pilote Stöckli travaille constamment sur de nouvelles améliorations avec son équipe. Nous n’avons pas d’informations quant au matériau utilisé pour le tube supérieur. On penche pour de l’aluminium sur la première version utilisée à Mont-Sainte-Anne, mais sur la version “Windham” montrée ici, un “maquillage” peut laisser envisager qu’il s’agit désormais d’un tube en carbone.

Dès que nous avons plus d’infos, nous ne manquerons bien sûr pas de vous les communiquer ! D’ici là, si la technique vous passionne et que vous ne les avez pas encore vus, (re)plongez-vous dans nos dossiers consacrés aux vélos des pros : hardtails et fulls