E-X Bike : la Fédération Internationale de Moto s'attaque à l'e-bike !

Sport
1 avril 2019 — Olivier Béart

Visiblement, les compétitions de VTT électrique continuent de susciter beaucoup de convoitises ! Après la Fédération Française de Moto (FFM) l’an dernier, c’est maintenant au tour de la FIM, la fédération internationale, d’annoncer la création d’une “E-Bike World Cup” ! L’annonce a de quoi surprendre, mais à y regarder de plus près, il y a quelques éléments intéressants à pointer.

L’information a été officialisée ce dimanche 31 mars à l’occasion du Grand-Prix Motocross de Valkenswaard aux Pays-Bas, où la FIM et YouthStream (société organisatrice des championnats motocross) ont annoncé la création d’une “E-X Bike World Cup”, dont la première manche se tiendrait à Imola en août 2019, en même temps que le MXGP.

On se souviendra qu’il y a un an, la FFM, Fédération Française de Moto, annonçait aussi la création d’une série réservée aux vélos électriques, se posant ainsi en concurrence frontale avec la Fédération Française de Cyclisme qui organise également une coupe de France de vttae typée enduro, ainsi qu’un championnat de France plus typé XC.

Si cette annonce avait suscité beaucoup de commentaires en son temps, le championnat semble, lui, avoir tourné court puisque selon nos informations plusieurs manches ont finalement été annulées et celles qui ont eu lieu n’ont rassemblé que quelques pilotes. Quand, pendant ce temps, les courses organisées par la FFC commencent à réunir un beau plateau. Et les World E-Bike Series, 100% dédiées vélo, orientées enduro et reconnues par l’UCI, s’annoncent aussi très bien avec un plateau de haut niveau annoncé.

Mais si l’annonce de la FIM peut – en partie – surprendre et susciter des craintes (comme celle de la FFM en son temps, par rapport à laquelle nous nous étions positionnés de façon ferme), force est de reconnaître qu’il y a des éléments intéressants dans le concept qu’ils présentent. En écoutant Giuseppe Luongo (président de YouthStream) et Jose Viegas (Président de la FIM) parler, on apprend ainsi que :

  • La FIM organisera une seule épreuve en 2019, en août à Imola, mais il y aura aussi une manche de “coupe du monde e-bike enduro” organisée en France lors de l’épreuve FFM de Privas les 1 et 2 juin.
  • Malgré cette labellisation d’une course enduro, le format visé préférentiellement pour les courses de E-X Bike vues par la FIM sera celui de courses sur circuit. Pourquoi ? Car la FIM et YouthStream connaissent bien l’importance de l’image et des retransmissions TV, qui seront d’emblée proposées en direct grâce à l’expertise dont ils disposent en la matière
  • La principale catégorie sera “stock”, avec des VAE limités à 250W et 25km/h, mais une deuxième catégorie “power”, où c’est le pédalage qui vient s’ajouter au moteur et non l’inverse, est aussi annoncée (VAE 45km/h).
  • La FIM annonce avoir le soutien de nombreux constructeurs moto, déjà actifs ou non dans l’e-bike, tels que KTM, Husqvarna, Ducati, Yamaha,…
  • Mais le plus intéressant et ce qui nous pousse à dire que la FIM est plus clairvoyante dans sa conception de l’ebike que l’UCI : quand la fédération cycliste internationale semble viser surtout l’élite et reproduire le schéma XC, la FIM veut d’emblée viser le grand public avec des courses résolument ouvertes à tous. “Nous prenons comme référence les grands marathons en course à pied, qui réunissent des milliers de personnes et qui permettent à tous de prendre le départ aux côtés des pros”, a expliqué Giuseppe Lungo.
  • La FIM dit aussi vouloir organiser ces événements dans le cadre de “festivals” avec des activités pour toute la famille, renforçant encore de ce fait le côté grand public et de masse du concept, et prenant du même coup bonne note que les personnes qui achètent réellement des vélos électriques ne sont pas uniquement des athlètes de haut niveau, mais plutôt des personnes “lambda” qui ont juste envie de temps en temps de s’amuser avec leur gros jouet.

Clairement, la FIM entend se positionner pour prendre une part du nouveau mais très gros gâteau que représente le vélo électrique. Leur discours ne cache d’ailleurs pas que pour eux, ce championnat est un “nouveau produit” et que leur intérêt pour l’ebike vient du fait que “c’est un marché en plein boom qui représente déjà 3 millions de vélos par an dans le monde et pour lequel on prévoit des ventes de plus de 5 millions d’ici quelques années”, et aussi que “c’est un sport plus durable et voué à un très bel avenir”, sous entendu par rapport à la moto classique qui ne suscite plus toujours le même engouement que par le passé.

Nous nous sommes déjà exprimés sur le risque d’assimilation du vélo électrique à une moto (alors que selon nous il se rapproche toujours bel et bien plus d’un vélo malgré la présence d’un moteur), notamment pour toutes les questions d’accessibilité aux chemins et sentiers, ainsi que pour le risque d’extension d’interdictions à tous les VTT. Mais force est de reconnaître que la vision de la FIM est lucide et que leur vision du VTT électrique d’emblée comme un sport de masse, avec des événements ouverts à tous et un esprit “festival”, nous semble la plus pertinente. Reste à l’UCI à prendre les bonnes décisions et à avoir la réaction appropriée pour ne pas se faire “bordurer”…

Plus d’infos : https://www.facebook.com/EXBikeWorldCup/