Coupe du Monde XC et DH : le point avant l'été

Sport
3 juillet 2019 — Léo Kervran

La coupe du monde est désormais bien lancée en XC et DH et si nous ne sommes pas encore à la mi-saison, certaines tendances semblent déjà se dégager. Avant d’entamer un été chargé pour les pilotes, Vojo fait le point sur les classements, les blessés et les manches à venir.

XC : Courtney et Van der Poel dominent les débats

C’est un presque sans-faute pour Kate Courtney et Mathieu Van der Poel, qui ont tous deux remporté 3 des 4 épreuves de coupe du monde XC disputées (2 short-track et 2 courses “classiques”).

Dames

Chez les femmes, Kate Courtney fait preuve d’une grande maturité pour sa deuxième saison chez les Elites. Si son titre l’année dernière en avait surpris plus d’un, elle montre cette année que ce n’était pas dû au hasard. A l’aise dans toutes les situations, elle a ainsi remporté le short-track d’Albstadt au sprint puis la course principale après un long cavalier seul. A Nove Mesto, elle a tiré parti des crevaisons de Jolanda Neff et Anne Tauber dans le dernier tour pour s’imposer au terme d’une formidable remontée, après avoir elle-même crevé dans le premier tour.

Derrière, la poursuite s’organise mais pas forcément avec les pilotes habituelles. Si Jolanda Neff est actuellement 2° au classement général, celle qui a fait le plus trembler Kate Courtney sur ces deux premières manches est Anne Tauber.

La Néerlandaise du team American Eagle, parmi les meilleurs patineuse de vitesse dans son pays l’hiver, fut longtemps 2° à Albstadt avant de faiblir un peu puis chuter en fin de course. Elle a bien failli remporter sa première coupe du monde à Nove Mesto mais un problème de dérailleur consécutif à une petite erreur dans le dernier tour l’a fait redescendre à la 7° place alors que la victoire lui tendait les bras. Quelques erreurs de jeunesse mais qui seront sans doute vite corrigées d’ici les prochaines manches et ce ne serait pas une surprise de la retrouver rapidement sur la plus haute marche du podium.

Emily Batty et Annika Langvad loin de leur niveau habituel sans qu’elle-mêmes ne sachent vraiment pourquoi (la Danoise s’est par ailleurs cassé la main lors d’une course chez elle et sera absente une bonne partie de l’été), de nouvelles têtes apparaissent sur les podiums et dans le top 10.

L’Américain Chloe Woodruff, l’Australienne Rebecca McConell (de retour après plusieurs années à lutter contre des blessures) ou la Canadienne Haley Smith se sont ainsi mises en évidence, avec une victoire sur le short track de Nove Mesto pour la première et une 2° place et une 3° place sur la course principale pour les deux suivantes.

Yana Belomoina semble également revenir en forme après deux fractures en 2018 (à la main puis à la hanche). On surveillera aussi le retour d’Alessandra Keller, prévu aux Gets. Championne du Monde U23 en titre, la Suissesse s’est blessée aux mains juste avant le début de la saison mais elle avait remporté la course de Short Track à Vallnord l’année dernière alors qu’elle était encore Espoir.Enfin, l’arrivée de Sina Frei et Malene Degn dans la catégorie Elites a été remarquée (Sina Frei est d’ailleurs encore espoir mais surclassée cette année dans l’espoir d’une qualification aux JO de Tokyo). Les deux anciennes coéquipières du team Ghost sont montées sur les 4e et 5e marches du podium à Nove Mesto, après avoir terminé respectivement 11e et 10e  à Albstadt.

Côté français, Pauline Ferrand-Prévot semble avoir trouvé le bon équilibre cette année. Enfin débarrassée de ses problèmes aux jambes (endofibrose iliaque), l’ex-championne du monde prend à nouveau du plaisir sur son vélo et ça marche. Avec moins de kilomètres dans les jambes que ses concurrentes suite à son opération cet hiver, elle a terminé 9e à Nove Mesto.

Julie Bresset a elle aussi eu une inter-saison compliquée, avec une fracture au coude début mars. Elle a fini 29e à Albstadt et 46e à Nove Mesto après une crevaison, mais nul doute qu’avec un peu plus d’entraînement on la verra rapidement remonter au classement. Pour rappel, elle avait terminé 14e à La Bresse l’année dernière.

Enfin, chez les Belges, Githa Michiels était 15e à Albstadt et 17e à Nove Mesto. La championne de Belgique a un peu plus de difficultés avec le format Short-Track, ce qui fait qu’elle n’est que  21e au général. Cependant, la championne de Belgique s’est blessée au genou peu avant le début de la coupe du monde et elle souhaite viser plus haut que le top 15 lorsqu’elle aura récupéré.

Hommes

On retrouve un peu la même configuration chez les hommes avec de très nombreux prétendants à la victoire même si, pour l’instant, Mathieu Van der Poel semble être un peu au-dessus. Pas de nouvelles têtes ou d’espoirs qui montent en revanche, des cas comme Victor Koretzky, Sam Gaze ou Anton Cooper nous ont montré qu’il est très difficile d’être tout de suite performant et de le rester chez les Elites, même en ayant dominé chez les Espoirs.

Cependant, MVDP ne disputera que 3 des 5 manches restantes et à moins d’un concours de circonstances extrêmement favorable, la coupe du monde devrait donc lui échapper. Les deux concurrents les plus proches au classement général sont actuellement Matthias Flüeckiger et Nino Schurter mais les écarts sont faibles et aucune position n’est figée.

Les Français sont en bonne position, avec Maxime Marotte 4e, Jordan Sarrou 6e et Titouan Carod 7e. Seule la Suisse est mieux représentée dans le top 10, avec 4 pilotes. Cependant, il semble encore manquer un petit quelque chose à nos pilotes pour monter sur la plus haute marche du podium. Tombé malade entre Albstadt et Nove Mesto, Stéphane Tempier est un peu plus loin au classement (21e) mais on espère voir le pilote Bianchi rapidement de retour parmi les meilleurs.

Le Brésilien Henrique Avancini est également en embuscade. Extrêmement polyvalent, il est champion du monde en titre de XC Marathon et il a remporté la course de Short Track à Vallnord la saison passée.

A surveiller aussi, le retour du Suisse Lars Forster. Présenté comme le nouveau prodige Suisse par Nino Schurter lui-même, le champion d’Europe avait signé un début de saison impressionnant mais il a dû abandonner sur chute à Albstadt. Rien de cassé heureusement et il devrait être au départ à Vallnord début juillet.

Côté Belge, Jens Schuermans a signé son meilleur résultat en coupe du monde à Albstadt (12e) et il occupe actuellement la 17e place du général.

Prochaines manches : Vallnord (5-7 juillet) – Les Gets (12-14 juillet) – Val di Sole (2-4 août) – Lenzerheide (9-11 août) – Snowshoe (6-8 septembre)

DH : Les Australiens en tête mais tout reste ouvert

Hommes

3 étapes (sur 8) et 3 victoires françaises chez les hommes, cette saison 2019 s’annonce bien ! A eux trois, Loïc Bruni, Loris Vergier et Amaury Pierron ont remporté 8 des 10 dernières manches de coupe du monde. Cependant, cette domination collective ne doit pas occulter le fait que les écarts se resserrent de plus en plus. Ainsi, à Leogang le top 10 se tenait en 3,5 secondes et les 40 premiers en tout juste 9,3 secondes (sur une piste d’un peu plus de 3 minutes).

Difficile donc de prédire les vainqueurs des prochaines manches et du général. Danny Hart est en forme et les prochaines étapes pourraient lui convenir, avec des pistes raides  et techniques (Vallnord le 7 juillet, Val di Sole le 02 août). En revanche, Aaron Gwin semble avoir un peu de mal à se faire à son nouvel Intense, il est un peu en retrait par rapport à ses performances des années précédentes.

Malgré leur excellent début saison collectif, ce n’est pas un français qu’on retrouve en tête du classement général mais Troy Brosnan. Impressionnant de régularité, l’Australien mène mais il ne dispose que de 5 unités d’avance sur Loïc Bruni. Ces deux-là ont un peu d’avance sur la troisième place, actuellement occupée par Amaury Pierron. Néanmoins, ce dernier n’a que 15 points d’avance sur Danny Hart donc rien n’est encore figé.

On remarquera aussi que Greg Minaar a effectué une remontée spectaculaire dans le classement après avoir échoué à se qualifier lors de la première manche à Maribor. Il est désormais 5e, juste devant son coéquipier Loris Vergier (ce qui nous fait 3 Français dans les 6 premiers).

Dames

Chez les femmes, le classement est moins serré mais tout aussi ouvert avec 3 vainqueures en 3 manches. Après avoir échoué par deux fois à concrétiser sa première place des qualifications, Tracey Hannah a finalement remporté la finale à Leogang. C’était sa 4e victoire en coupe du monde, 2 ans après la précédente (déjà à Leogang, en 2017).

Rachel Atherton n’est plus aussi dominatrice qu’il y a quelques années et n’a pour l’instant gagné qu’une seule fois cette année, à Fort William. Enfin, Tahnée Seagrave, victorieuse à Maribor, s’est blessée à l’épaule lors des entraînements à Fort William (dislocation de l’articulation acromio-claviculaire de grade 3). Elle ne se prononce pas sur sa reprise mais il est difficile d’envisager un retour avant la fin de l’été voire avant les championnats du monde.

De nouvelles têtes ont fait leur apparition sur le podium, avec notamment Marine Cabirou qui aimerait bien se défaire de son abonnement à la 4° place et monter un peu plus haut. L’Allemande Nina Hoffmann semble également monter en puissance et se rapprocher un peu plus de la victoire à chaque manche, après avoir signé son premier podium à Fort William.

Au classement général, Tracey Hannah a pris une petite longueur d’avance suite à la manche de Leogang et la chute de Rachel Atherton. Elle dispose désormais de 150 points d’avance sur l’Anglaise, ce qui lui offre un petit matelas (la 1ère place en qualification puis en finale donne 250 points soit 50 points de plus que pour deux 2e place).

Du côté des absentes, rappelons que Myriam Nicole s’était fracturé le pied à l’entraînement tout juste 2 semaines avant l’ouverture de la coupe du monde (cf. notre news). Elle n’a pas annoncé de date de retour mais on peut s’attendre à la voir remonter sur le vélo dans l’été.

Prochaines manches : Vallnord (Andorre, 5-7 juillet) – Les Gets (France, 12-14 juillet) – Val di Sole (Italie, 2-4 août) – Lenzerheide (Suisse, 9-11 août) – Snowshoe (USA, 6-8 septembre)

Nous serons bien sûr présents aux Gets pour couvrir en détails cette étape française, sur une piste basée sur celle des CrankWorx mais remaniée par endroits.