Barres Lucho Dillitos : de la pure colombienne pour cyclistes

Tech
25 juillet 2017 — Olivier Béart

Mais non, bien sûr qu’on ne parle pas de substances illégales ! Ici, il est question de barres énergétiques 100% naturelles faites à base de goyave : les Lucho Dillitos. Nous les avons goûtées et trouvées tellement bonnes qu’on ne pouvait pas garder cela rien que pour nous.

Nous recevons régulièrement des sollicitations pour des produits divers et variés et il n’est pas toujours possible d’y donner suite. Mais quand Baptiste Leblond de Bapoo Sports nous a contactés pour nous parler des Lucho Dillitos, son message a retenu notre attention. Des barres énergétiques 100% naturelles, cela nous intéresse.

L’époque des barres à la composition douteuse et au goût artificiel (façon “plus c’est mauvais plus c’est efficace”) semble révolue et il y a désormais une belle offre de produits énergétiques naturels et dont les saveurs sont enfin intéressantes (on pense à Clif, Chimpanzé, BEEA ou encore Punch Power pour n’en citer que quelques-uns). Lucho Dillitos s’inscrit dans cette même veine mais en poussant le concept encore plus loin puisque la gamme est très réduite.

L’ingrédient de base de ces Lucho Dillitos, c’est la goyave, un fruit tropical cultivé essentiellement en Afrique et en Amérique du Sud, dont les cyclistes colombiens sont friands depuis longtemps. Leur source d’énergie traditionnelle, ce sont les “bocadillos”, littéralement de petits “en-cas” qui ne sont autres en réalité que des morceaux de goyave séchée.

C’est en s’inspirant de ces “bocadillos” que le créateur de Lucho Dillitos (dont le nom provient du cycliste Lucho Herrera, premier colombien à briller au Tour de France dans les années 80) a eu l’idée de créer ces pâtes de fruits composées à 85% de goyave et à 15% de sucre. Point barre. Pas de recette compliquée ni d’additifs : difficile de faire plus pur. Il existe néanmoins d’autres goûts, goyave/framboise et goyave/café mais c’est tout.

Autre point intéressant pour cette barre fabriquée en Colombie mais qui a commencé à être vendue à Hong-Kong (pays dont provient leur fondateur) avant d’arriver en Grande-Bretagne puis dans nos régions, c’est qu’elle est emballée dans une simple feuille de palmier séchée ! Voilà qui résout la question des déchets et qui permet de jeter l’emballage dans la nature sans le moindre souci.

Côté goût, nous avons particulièrement apprécié la saveur de ces Lucho Dillitos. Au point qu’on est parfois tenté d’en prendre un comme friandise même quand on ne roule pas à vélo ! Le goût de fruit exotique est bien présent et c’est sucré mais pas trop. L’emballage est facile à ouvrir et protège bien la barre, que ce soit quand il pleut ou par fortes chaleurs.

Il est toujours difficile de juger de l’efficacité d’une barre énergétique, mais nous avons ressenti les Lucho Dillitos comme quelque chose entre une barre classique et un gel. Donc une énergie dont on sent rapidement l’arrivée, mais dont les effets ne s’estompent pas trop vite et qui remplit quand même un peu l’estomac. C’est facile à manger et on ne se lasse pas vite du goût. Que du contraire !

L’énergie conférée par un bloc de 40g est de 120kcal, soit moins que d’autres barres (qui tournent souvent entre 200/300kcal pour le même poids) mais en pratique cela ne se sent pas vraiment et le côté naturel ainsi que leur goût et leur facilité à être ingérée valent largement la chandelle. Enfin, côté tarif, elles reviennent à 19€ par paquet de 10, soit un prix dans la moyenne des barres énergétiques.

C’est en tout cas un produit que nous avons apprécié, tant pour ses qualités en tant que barre que pour sa démarche de conception qui sort de l’ordinaire (ingrédients naturels, pas d’additifs ni de conservateurs, emballage naturel également, etc) et que nous vous recommandons d’essayer.

Plus d’infos : www.luchodillitos.fr