Axxios Tech : la fin "miraculeuse" des vibrations ?

22 juillet 2016 — Olivier Béart

Lors des dernières coupes du Monde de descente, nous avons eu l’attention attirée par de petits “patches” métalliques collés à des endroits stratégiques sur les vélos de quelques pilotes, notamment du team Commencal. Renseignements pris, ces mini accessoires vendus à prix d’or par la société suisse Axxios Tech (on parle de plusieurs centaines d’euros pour un vélo) permettraient de réduire des vibrations, d’améliorer le contrôle du vélo et donc les performances. Peu après notre interview de Loïc Bruni, un des représentants de la marque est arrivé pour équiper le vélo d’enduro du champion du Monde afin qu’il puisse tester. Nous en avons profité pour essayer d’en savoir un peu plus. Véritable avancée technologique ou simple grigri pseudo scientifique ? Voici quelques premiers éléments de réponse.

sans titre-391Nous avions déjà aperçu ces espèces de petits autocollants métalliques striés et munis de traits colorés sur les vélos de quelques pilotes lors de la coupe du Monde de descente de Lenzerheide. On nous avait juste dit que c’était pour diminuer les vibrations et que les pilotes l’ayant testé auraient senti un effet bénéfique. En cherchant un peu, nous avons trouvé que cette innovation est l’oeuvre d’une entreprise suisse baptisée Axxios Tech, sans en savoir beaucoup plus. Depuis, le team Commencal a rendu public sur Facebook sa collaboration avec la société.

Capture d’écran 2016-07-22 à 15.11.34 copie

Nous pensions attendre les prochaines coupes du Monde pour avoir de plus amples informations, mais peu après l’interview que nous venions de réaliser avec Loïc Bruni en marge de la présentation des modèles Specialized 2017, un des représentants d’Axxios Tech s’est présenté et a proposé d’équiper le vélo d’enduro du champion du Monde afin qu’il puisse essayer et se faire une idée. Ce qu’il a accepté, précisons-le d’emblée, juste pour voir et sans avoir aucun lien (sponsoring ou autre) avec l’entreprise, pas plus que Specialized.

sans titre-377Alain Hall, ancien mécanicien en Coupe du Monde de DH, prend donc ses petits patches “magiques” et les colle à des endroits stratégiques : sur les jantes (à l’opposé de la valve), les pneus, la fourche, le cintre et la potence (au niveau de l’intersection entre ces deux derniers) ou encore sur le cadre près de la douille de direction et au niveau de la tige de selle. On en profite pour lui demander comment cela marche et sa réponse est directe : “C’est secret !”

Axxios_Tech_vibrations_vtt_Copyright_Obeart_Vojomag-1Devant notre insistance, il s’embarque dans une ébauche d’explication : “Il y a des patches différents selon le matériau sur lequel on veut les placer : carbone, aluminium, etc. Il y a des algorithmes qui programment les patches pour réagir avec la matière”. Tout un programme. Mais, en l’absence de toute connexion avec une quelconque unité centrale, ainsi que vu la taille desdits petits autocollants métalliques, on se demande toujours concrètement comment ils peuvent réduire les vibrations d’un objet de la taille d’un vélo. Ou d’une voiture, voire de grosses machines, puisqu’Axxios Tech aurait également des applications dans ces domaines.

Capture d’écran 2016-07-22 à 15.42.26 copieDirection donc le site Web de la marque pour essayer d’en apprendre plus. Là, après quelques recherches, entre les citations d’un prétendu “manager d’équipe de F1”, de sportifs professionnels et de patrons d’entreprises (signées de simples initiales et donc invérifiables), on trouve cette seule explication : “Le capteur agit directement dans la matière, qu’elle soit solide, liquide ou gazeuse. Il n’a besoin d’aucune énergie, il agit par électrodynamique quantique. Cette caractéristique est la résultante du potentiel d’interaction entre le capteur et la matière au sein de laquelle il agit en influant l’ordre préétabli au niveau électronique de l’atome. Le potentiel d’interaction infléchit les flux vibratoires et annihile une partie de l’intensité des vibrations en créant un désordre atomique. Ce désordre absorbe une infime partie de l’énergie. Celle-ci est diluée dans la matière de manière chaotique et contribue ainsi à réduire l’intensité des vibrations et ses effets dévastateurs.”

Des termes impressionnants… et après ?

Eh bien, en voilà des mots compliqués ! “Electrodynamique quantique”, “influence de l’ordre préétabli au niveau électronique de l’atome”, “inflexion des flux vibratoires”, “désordre atomique” : tout ça fait peut-être scientifique et sérieux au premier regard mais, de notre côté, ça nous fait surtout penser à une sorte de discours d’autorité qui vise à crédibiliser l’auteur et à donner l’impression au lecteur que s’il n’y comprend rien, c’est parce qu’il n’est pas un spécialiste. Et ça a attisé notre méfiance. D’autant qu’il n’y a aucun chiffre crédible et bien lisible nulle part (à part quelques scans à peine déchifrables dans une présentation Powerpoint), aucune analyse ou validation externe et que, si aucun prix n’est mentionné, on parle de plusieurs centaines d’euros pour équiper un vélo de ces sortes de “pilules miraculeuses” !

sans titre-383Alors, pour en avoir le coeur net, comme nous reconnaissons humblement que l’équipe Vojo ne compte aucun éminent scientifique, nous nous sommes tournés vers deux physiciens à qui nous avons fait lire ce texte et montré le site de la marque. Leur verdict est clair : “Ce texte n’a aucun sens scientifique. Cela ne veut strictement rien dire. Quant aux patches, sans avoir testé, on ne peut évidemment pas se prononcer mais on a du mal à comprendre comment ils peuvent éliminer les vibrations. Sur les pièces en rotation par exemple, s’ils sont placés comme de petites masses sur les roues de voitures quand on fait l’équilibrage, pourquoi pas, mais cela nécessite une analyse vibratoire spécifique de la roue pour voir où placer ces contrepoids car chaque pneu et chaque roue sont différents. Or, ici, le placement semble se faire au même endroit sur n’importe quelle roue. Puis, il s’agit dans ce cas de simples contrepoids, pas de choses bien compliquées qui valent des sommes énormes.”

Axxios_Tech_vibrations_vtt_Copyright_Obeart_Vojomag-4De son côté, le représentant d’Axxios Tech, qui ne semble pas particulièrement apprécier le contact avec les ingénieurs et les scientifiques (il s’est visiblement fait éconduire de certains teams après avoir rencontré les responsables R&D des marques), préfère privilégier le feeling des pilotes. Pour sa part, Loïc Bruni restait prudent après quelques premiers runs : “Il y a peut-être un petit quelque chose au niveau des vibrations. Mais c’est dur à dire comme cela. Il faudra plus de tests pour voir si c’est un réel avantage”.

sans titre-370Au final, l’avantage est peut-être avant tout psychologique, un peu comme les fameux bracelets Power Balance (dont on n’entend d’ailleurs plus parler… et dont la maison-mère a été condamnée pour publicité mensongère). Après tout, pourquoi pas, le mental peut effectivement avoir un rôle décisif et il est bien connu qu’un placebo peut donner l’impression d’effets réels. Mais comme le prix est salé, les teams et leurs mécanos peuvent peut-être faire des économies en collant de simples bouts de tape argenté sur les bikes de leurs pilotes. A notre niveau, malgré le ton de cet article qui a surtout pour but d’inciter à une certaine prudence face au discours de cette marque, nous restons ouverts pour effectuer un test comparatif en bonne et due forme, ainsi que des mesures. Affaire à suivre…

UPDATE (septembre 2016) : depuis la parution de cet article, nous sommes entrés en contact avec Axxios Tech et la société s’est montrée disposée à nous faire tester son système, tant sur le terrain qu’en laboratoire. Nous tenons d’ores et déjà à souligner l’ouverture de l’entreprise par rapport à notre demande. Nous sommes impatients de voir si derrière des termes que nous continuons à considérer comme farfelus, se cache en réalité un système réellement efficace. Nous vous tiendrons informés !

Plus d’infos : axxios-tech.com

PS : notez bien que ni Specialized, ni Loïc Bruni ne sont d’une quelconque façon associés à Axxios Tech. Le pilote a simplement accepté de tester le système, sans plus.