Loïc Bruni : l'interview à chaud après sa victoire aux Worlds

Sport
14 septembre 2017 — Paul Humbert

3:26:656 minutes : il n’aura pas fallu une seconde de plus à Loïc Bruni pour décrocher son second titre de champion du Monde. Deuxième au premier chrono intermédiaire, le Français fait ensuite parler la poudre en milieu et sur le bas du tracé. Il passe devant Mick Hannah et s’impose sur la même piste qui l’avait vu remporter sa première coupe du Monde. À l’arrivée de sa descente, Loïc Bruni se confie à notre reporter et photographe sur place, Antonio Obregon Munoz :

Cairns, à nouveau… L’Australie te réussit ! 

Ouais, je ne m’y attendais pas ! Déjà l’année dernière c’était un truc de fou parce que ce n’est pas le genre de piste où je me sens le plus fort. Cette année, ce n’était pas gagné après une saison qui était un peu difficile. J’ai fait un début de run pas top et une fin un peu mieux mais durant laquelle je n’ai pas réussi à me sentir costaud, ce n’était pas gagné d’avance du tout !

J’ai fait des choix tout le week-end qui ont payé. Parfois, j’ai pris moins de risque que d’autres, en faisant le tour du pierrier par exemple, parce que je n’arrivais pas à passer vite. En passant autour, au final, j’ai peut-être perdu un peu de temps mais j’ai pris moins de risques et ça a payé. Cairns, peut-être que ça me réussit finalement !

Bien sûr, gagner une manche de coupe du monde m’aurait fait tout autant plaisir, mais là ce sont les championnats du monde, pour la seconde fois ! C’est une validation pour toujours ! Je suis trop content, mon team le mérite, tout le monde a bossé dur, ils ont fait tout ce qu’ils ont pu pour cette course et ça a payé. Quand tout est bien préparé et que s’aligne, ça donne des émotions de malade mental ! Je suis super content !

Et Miranda Miller qui gagne chez les filles ?

Je suis rentré à notre maison de location avant mon run, je regardais le live à la TV et je me suis dit, elle va faire une médaille de bronze, c’est top ! Médaille d’argent…et finalement médaille d’or ! Là, j’ai pété un câble ! C’était un truc de fou, j’étais déjà tellement content que j’aurais pu crever pendant mon run, j’aurais évidemment été déçu mais ça avait déjà fait ma journée !

Par contre, c’est un peu dommage pour Finn…

Avec Finn, ça fait deux ans qu’on se dit qu’on va finir par en gagner une ensemble, le même week-end, mais on n’a jamais réussi à le faire. Aujourd’hui, il a tout essayé mais il a fait une grosse erreur en haut et malgré ses efforts pour revenir, ça n’a pas marché et il a refait une erreur. Finn n’a pas eu le week-end qu’il espérait mais il a eu une tellement bonne année qu’il ne peut pas être déçu de lui. Il sait que l’année prochaine, il sera dans le coup. 

Votre team Specialized Gravity repart donc avec deux titres de champion du Monde. 

C’était loin d’être prévisible !  C’était notre première année avec des suspensions Öhlins, Specialized a donné sa chance à Miranda sans vraiment se faire d’espoir et mes performances à moi étaient vraiment en dents de scie. Aujourd’hui, c’était la journée parfaite ! 

 

Maintenant, c’est la fin de saison ?

Oui ! J’ai 2 semaines de vacances avec ma copine en Australie donc je suis vraiment content. On va bien pouvoir souffler, surtout après cette bonne nouvelle. Après, je vais juste faire 2 ou 3 petits évènements et des petits trucs pour les sponsors mais ça sera pépère. Je réattaquerai mi-octobre pour bien m’entraîner. J’ai beaucoup de travail et j’ai trouvé quelqu’un qui peut me faire progresser. Je pense que l’année prochaine, on va être une vraie menace ! En 2016, on était champions du Monde mais je me suis blessé en milieu d’année. En 2018, je pense qu’on va éviter les erreurs, enfin j’espère !”