JO Tokyo 2020 | XCO Femmes : Neff, la renaissance

Sport
27 juillet 2021 — Léo Kervran

Historique ! Aujourd’hui, Jolanda Neff, Sina Frei et Linda Indergand ont marqué de leur empreinte l’histoire du VTT en réalisant pour la Suisse le premier triplé de l’histoire du sport aux Jeux Olympiques. A Izu, les trois pilotes ont su se jouer des pièges d’un circuit transformé par la pluie pour dominer leurs adversaires, alors que les Françaises n’ont pas performé au niveau où beaucoup les attendaient. Replongez-vous dans cette course folle avec notre portfolio exclusif :

Avant même le départ de la course (prévu à 15h heure locale) on se doutait que le scénario serait bien différent de celui de l’épreuve des hommes, disputée la veille et qui a vu le sacre de Tom Pidcock. En effet, la pluie s’est invitée toute la matinée au-dessus d’Izu et les conditions n’ont rien à voir avec la veille : il fait moins chaud et il n’y a plus de poussière, mais le circuit est devenu une patinoire.

Il est tellement glissant que l’organisation a décidé de modifier plusieurs passages pour le sécuriser. Ainsi, elle a remis la planche en bois sous le Sakura Drop, le “saut Van der Poel” à cause d’une réception jugée glissante (un choix surprenant puisqu’il y a toujours une échappatoire à côté et que la plupart des pilotes sautent), fermé certaines lignes dans les pierriers, élargi certains passages dans la terre et raccourci un peu le circuit, qui totalise maintenant 3,85 km. Enfin, le nombre de tours a été adapté pour tenir compte de ces conditions plus “lentes” : après la start-loop, les coureuses ne feront que 5 tours complets au lieu des 6 initialement prévus.

Dans cette situation, les pilotes les plus à l’aise techniquement partent avec un certain avantage sur leurs adversaires : on pense bien sûr à Loana Lecomte, archi-dominante en coupe du Monde, mais aussi à Jolanda Neff (même si on ne connaît pas son état de forme, elle qui revient seulement après sa fracture de la main il y a 6 semaines), Evie Richards ou Rebecca McConnell, qui a démontré ces derniers mois un certain talent dans les conditions difficiles. Ceci dit, ce sont les Jeux Olympiques et on sait que tout peut arriver sur cette course. Les hommes nous l’ont bien montré hier !

Une fois n’est pas coutume, Loana Lecomte prend le meilleur départ et s’installe en tête de peloton dès le début de la start-loop. On a l’habitude de voir la Française contrôler et jauger un peu ses adversaires avant de s’envoler mais cette fois, elle semble vouloir assumer le statut de favorite qui lui colle à la peau. Laura Stigger la relaie et semble prête à partir seule mais Lecomte réagit bien et à la fin de la start-loop, les deux pilotes disposent de quelques secondes d’avance sur leurs adversaires. Derrière, le peloton a déjà explosé et les groupes de chasse s’organisent. Pauline Ferrand-Prévot est à 7 secondes avec Evie Richards, Jolanda Neff et Linda Indergand, la tenante du titre Jenny Rissveds est encore 7 secondes plus loin en compagnie de Sina Frei et Eva Lechner…

Jusque-là, tout va bien pour l’équipe de France, mais dans la boucle suivante, les sourires vont vite disparaître. En tout début de tour, Pauline Ferrand-Prévot ramène son groupe sur le duo Lecomte-Stigger. Les deux se connaissent bien et Ferrand-Prévot sait qu’elle ne doit pas laisser partir sa compatriote si elle veut garder une chance de remporter le titre olympique, le seul qui manque encore à son palmarès.

A la faveur d’un dévers glissant dans lequel beaucoup de pilotes font des erreurs, Jolanda Neff prend la tête du groupe et ne relâche pas son effort, creusant immédiatement un petit écart. A nouveau, Pauline Ferrand-Prévot fait l’effort pour garder le contact. Un peu plus loin, elle repasse même devant la Suissesse qui a dû mettre pied à terre dans un virage en montée très glissant. Les deux Françaises sont parmi les rares pilotes à avoir choisi de véritables pneus boue et visiblement, ça fonctionne bien en ce début de course.

Après ce passage, Pauline Ferrand-Prévot et Jolanda Neff disposent de quelques secondes d’avance sur leurs concurrentes et les deux pilotes filent dans la descente où Mathieu Van der Poel est tombé la veille. Sur l’appel, la Française ralentit brusquement pour éviter le saut et rouler sur la planche, ce qui surprend Jolanda Neff. La Suissesse se décale à gauche et manque de s’écraser à la réception comme le Néerlandais la veille mais elle parvient à rester sur le vélo et à ne pas (trop) perdre de temps. Elle a bien failli tout perdre dès ce premier tour !

“Un mètre avant le saut, elle a freiné très fort pour passer sur la bosse et je ne pouvais rien faire du tout” explique Jolanda Neff

Une tentative de dépassement très limite, pense-t-on dans un premier temps, mais elle expliquera après la course en conférence de presse qu’il en était tout autrement : “On s’est approchées, elle était devant moi et on allait à une belle vitesse. Et tout à coup, un mètre avant le saut, elle a freiné très fort pour passer sur la bosse et je ne pouvais rien faire du tout, a-t-elle raconté. J’avais pris de la vitesse pour sauter, et pas du tout pour rouler dessus. Je n’ai pas freiné pour passer sur la bosse, car elle était en dessous et à basse vitesse donc j’ai dû en quelques instants changer d’option et prendre à gauche.”

Cependant, ce n’est pas fini puisque quelques instants plus tard, c’est Pauline Ferrand-Prévot qui vole dans le décor sur la remontée qui suit et qui passe normalement avec la vitesse acquise depuis le saut (vidéo à retrouver ici pour la France). Peut-être surprise par la vitesse de Jolanda Neff sur sa gauche, la Française commet une faute technique et sort presque du parcours. Une chute heureusement sans aucune conséquence physique ou mécanique mais qui confine au triste gag, puisque son vélo redescend la pente en glissant sur les cailloux. Obligée de redescendre pour aller le chercher, Ferrand-Prévot perd beaucoup de temps et de positions sur ce passage puisque Sina Frei, Evie Richards, Linda Indergand, Loana Lecomte et Anne Terpstra la dépassent tour à tour.

Jolanda Neff est désormais seule en tête, une image qu’on n’avait pas vue depuis longtemps ! Derrière, c’est Evie Richards qui mène la chasse devant Sina Frei et Linda Indergand. Loana Lecomte, qui les accompagnait au passage sur la ligne, ne peut pas suivre et se fait même dépasser par Anne Terpstra, tandis que Pauline Ferrand-Prévot tente de reprendre son rythme.

Cependant, la Britannique doit à son tour lever le pied et ce sont les deux Suissesses qui se retrouvent en deuxième et troisième position. Pas pour longtemps, puisque Pauline Ferrand-Prévot a remis la machine en route. Après avoir repris Anne Terpstra puis Loana Lecomte et Evie Richards, elle fait la jonction avec le duo et attaque aussitôt. Sur la ligne, elle compte 46 secondes de retard sur Neff mais 10 secondes d’avance sur Frei et Indergand. Tout reste possible, on est seulement à la fin du deuxième tour !

Les Suissesses reviennent sur la Française peu après mais à nouveau, la situation ne va pas durer longtemps. Dans la section la plus reculée du parcours, Pauline Ferrand-Prévot commet une nouvelle erreur de pilotage (selon ses propres mots) et crève de la roue arrière. Le temps de rejoindre la zone technique puis de changer de roue, elle perdra 1’10 et redescendra en 7e position. Plus tard, Anne Tauber et Jenny Rissveds seront également victimes d’une crevaison.

Il reste encore deux tours à disputer mais le podium semble solidement dessiné et on voit mal ce qui pourrait priver la Suisse de réaliser le premier triplé de l’histoire du VTT aux Jeux Olympiques. Pour les places d’honneur, Loana Lecomte tient actuellement la 4e position mais elle est accompagnée par Anne Terpstra et la jeune Hongroise Blanka Vas, 19 ans, se fait de plus en plus menaçante quelques secondes derrière.

Dans le dernier tour, elle accélère et bouche les derniers mètres qui la séparaient du duo. Portée par la performance qui se profile, elle décroche aussitôt Loana Lecomte et même Anne Terpstra ne peut s’accrocher bien longtemps. Pour Blanka Vas, c’est bien la 4e place qui est en vue ! Inconnue du grand public, la Hongroise est un des grands espoirs du cyclisme féminin en général : en XC, elle est sur le podium de chaque coupe du Monde ou presque en Espoirs. Aux championnats du Monde de Leogang, elle avait terminé 2e à à peine plus d’une minute de Loana Lecomte pour sa première saison dans la catégorie.

En cyclocross, elle a remporté le classement général de la coupe du Monde Espoirs l’hiver passé et elle vient de signer avec l’équipe professionnelle SD Worx, ex-Boels Dolmans. L’année prochaine, ses coéquipières seront donc Anna van der Breggen, Chantal Blaak, Christine Majerus… De belles références pour progresser !

Bien qu’il n’y ait plus aucun suspense, on retourne vers l’avant de la course pour voir Jolanda Neff franchir la ligne. Impossible de ne pas se réjouir pour elle ! Ce titre, le seul qui lui manquait en VTT, est une véritable renaissance pour la Suissesse après presque deux années rendues difficiles par une grave blessure en décembre 2019. Parfaitement préparée pour cette course, elle a laissé parler ses qualités techniques et a survolé le parcours, commettant beaucoup moins de fautes que ses adversaires.

Maintenant qu’elle a tout gagné en XC, la verra-t-on s’essayer à de l’enduro voire de la DH, elle qui aime tant le technique et la vitesse ? Beaucoup en rêvent et on rappellera qu’elle a déjà remporté une coupe des USA de DH avec son vélo d’enduro…

2e et 3e, Sina Frei et Linda Indergand ont elle aussi réalisé d’excellentes courses. Après un départ moyen, Sina Frei est vite remontée en bénéficiant des erreurs de ses concurrentes et a su produire ses efforts aux bons moments. Avec sa compatriote, elles ont ensuite collaboré intelligemment pour sécuriser leur podium et offrir à la Suisse un triplé historique.

Avec la 2e place de Mathias Flückiger hier, le pays remporte 4 des 6 médailles possibles en VTT. Ça valait bien une photo de famille !

Derrière Blanka Vas, c’est donc Anne Terpstra qui prend la 5e place. Elle espérait sûrement mieux au regard de ses performances en 2019 et 2020 mais vu son début de saison 2021, le résultat est plutôt bon. Sa compatriote Anne Tauber termine quant à elle en 11e position, pénalisée par une crevaison dans l’avant-dernier tour.

Côté Français en revanche, la déception est bien présente. Sur le papier, la 6e place de Loana Lecomte pour ses premiers JO à 21 ans est encourageante mais quand les deux pilotes de l’équipe sont 1ère et 2e au classement mondial, repartir sans médaille fait grincer des dents. C’est encore plus dur pour Pauline Ferrand-Prévot, 10e alors qu’elle avait fait de cette course son objectif de l’année, si ce n’est plus.

Manque de chance et de justesse technique pour Pauline Ferrand-Prévot ? Manque de fraîcheur et peut-être de maturité pour Loana Lecomte, qui semblait submergée par l’émotion d’être aux JO en interview après la course ? Mauvais choix technique, car le circuit a séché très vite et les pneus boue sont rapidement devenus des fardeaux plus que des atouts ? Mauvaise gestion du décalage horaire ? Difficile de trouver les bonnes réponses parmi tout ça, mais voilà un revers qui risque de mettre une pression encore plus grande pour les prochains Jeux à Paris… et qui montre aussi tout simplement que les JO sont une course très particulière.

Chez les Belges, c’était une journée noire pour Githa Michiels. Après une violente chute dans un pierrier au premier tour, elle a quitté le circuit avant la fin de la troisième boucle, rattrapée par la règle des 80 % (une pilote située à plus de 80 % du temps du leader est arrêtée pour ne pas gêner la lutte aux avant-postes). Elle est classée 33e.

Enfin, on terminera sur la 14e place de la tenante du titre Jenny Rissveds, elle aussi loin de son meilleur niveau (2e aux Gets et à Leogang il y a quelques semaines) et ralentie par une crevaison. Deux autres grandes prétendantes à une médaille ont également passé une mauvaise course, Kate Courtney (15e) et Rebecca Mcconnell (28e).

Résumé :

  1. Jolanda Neff (SUI), 1:15:46
  2. Sina Frei (SUI), + 1:11
  3. Linda Indergand (SUI), +1:19
  4. Blanka Vas (HUN), + 2:09
  5. Anne Terpstra (NED), + 2:35

Download (PDF, Inconnu)