Grand Raid Godefroy 2021 :
120km au fil de la Semois

Sport
14 septembre 2021 — Christophe Bortels

Fini le 160km ! Pour son retour après une annulation en 2020, le mythique Grand Raid Godefroy innovait cette année avec une nouvelle distance phare et une partie de boucle totalement inédite. Cerise sur la gâteau, cette édition 2021 du GRG faisait également office de championnat de Belgique de marathon. Paysages somptueux, belle bataille pour le titre, fléchage saboté qui a semé la pagaille en tête de la course : suivez-nous au fil de ces 120 kilomètres !

Dimanche 12 septembre, un peu après 7h du matin, Bouillon se réveille doucement. D’habitude, à cette heure-là, le QG du Grand raid Godefroy grouille de monde juste avant le départ du 160km au lever du soleil. Mais là, tout est encore bien calme. Et pour cause : la distance phare du GRG, sur laquelle sera disputée la première manche BAMS (Belgian Ardennes Marathon Series) mais surtout le championnat de Belgique de XCM, a été ramenée à 120km “seulement”. Les marathoniens auront donc pu dormir un peu plus longtemps et s’élanceront à 8h45.

En réalité, ce nouveau 120km n’est pas une simple version raccourcie du 160. Jusqu’ici, la boucle de 90km à l’ouest de Bouillon et celle de 70km (où l’on retrouvait aussi le 40km) à l’est se combinaient pour composer la plus longue distance. Désormais, l’ensemble des parcours se situent à l’ouest de la ville, de part et d’autre de la Semois, le 120 reprenant grosso modo le 90km traditionnel avec une nouvelle extension de 30km vers Bohan, à deux pas de la frontière française. Trois “raccourcis” dans cette boucle permettent d’obtenir les trois plus petites distances de 50km, 70km et 90km.

Le but de ce changement de taille (dans tous les sens du terme) ? Faire découvrir le coin de Bohan, mais aussi proposer une distance un peu plus digeste dans le cadre d’un championnat, pour permettre aux compétiteurs d’enchaîner plus facilement les épreuves alors que la crise sanitaire et les mesures n’ont pas toujours permis de garder le rythme. Cette nouvelle structure de boucles simplifie également le travail de fléchage.

Voilà pour les explications. Il est désormais grand temps de se diriger vers l’aire de départ où ça s’active enfin…

8h45 – KM 0 : Alors que le brouillard tombe un peu plus sur Bouillon, le départ est donné.

C’est parti pour 120 kilomètres et plus de 3500 mètres de dénivelé positif !

9h14 – KM 12 : Le soleil accueille les concurrents sur les hauteurs. Une bonne dizaine de kilomètres ont été parcourus, et ça s’est déjà bien étiré en tête de la course… Laurent Evrard et Wout Alleman sont à deux devant, suivis à une vingtaine de mètres par Joris Massaer.

Derrière le trio, à une bonne dizaine de secondes, on retrouve Arne Janssens puis Maxime Dony, isolés et en poursuite. Kevin Panhuyzen et Sébastien Carabin ne sont pas bien loin non plus.

10h01 – KM 30 : Situation inchangée ou presque en tête de la course, Laurent Evrard et Wout Alleman sont toujours devant. On apprendra un peu plus tard que Joris Massaer a eu un souci technique dans cette première partie de course, ce qui lui a fait perdre du temps et le contact avec le duo de tête.

C’est désormais Kevin Panhuyzen qui pointe à la troisième place. Mais comme on le voit sur notre photo, il perd un bidon dans cette descente rapide et est obligé de s’arrêter pour la récupérer. “J’en ai besoin !” nous lance-t-il avant de repartir.

Juste derrière lui, les deux pilotes BH-Wallonie, Sébastien Carabin et Arne Janssens, roulent ensemble pour tenter de remonter sur les premiers. Ils sont suivis par Arne Tureluren, mais un instant plus tard, celui-ci glisse sur une racine, chute violemment sur l’épaule et doit abandonner alors qu’il était 6e de la course.

Avant de filer vers le point suivant, on prend quelques minutes pour profiter de l’atmosphère incroyable !

10h47 – KM 49 : La course est-elle en train de se décanter ? En tout cas, Wout Alleman a pris une dizaine de secondes d’avance sur Laurent Evrard au moment où nous les voyons passer dans cette descente vers Mouzaive.

Une minute et demie derrière, Arne Janssens s’est détaché de son co-équipier Sébastien Carabin, qui pointe à une vingtaine de secondes.

11h04 – KM 56 : Les couples se sont reconstitués et ce sont trois duos qu’on retrouve à Vresse-sur-Semois : Laurent Evrard et Wout Alleman sont toujours devant, Arne Janssens et Sébastien Carabin à 1min40, Joris Massaer et Tijs Huygen encore une minute derrière.

11h17 – KM 61 : Cinq kilomètres plus loin, surprise, Joris Massaer et Tijs Huygen sont seuls en tête ! Il a dû y avoir un problème quelque part, car ils n’ont pas pu combler près de 3 minutes de retard en à peine quelques kilomètres… et eux-mêmes ne savent pas qu’il n’y a plus personne devant eux.

En réalité, le duo Evrard-Alleman, mais aussi les deux BH-Wallonie qui étaient derrière eux, se sont trompés de chemin suite à des flèches retournées ! Alors qu’ils menaient la course, les voilà à présent en poursuite à plus de 3 minutes et demie, et ils ont même été rejoints par Maxime Dony.

11h59 – KM 73 : Nouveau rebondissement ! On s’attendait à voir Massaer et Huygen toujours en tête, mais ce sont Laurent Evrard et Wout Alleman qui apparaissent. “Ils sont combien devant ?!” nous lancent-ils en passant… Ils ne le savent pas encore, mais ils mènent à nouveau la course !

Le groupe de 5 poursuivants (qui ne poursuivent plus personne, vous suivez toujours ?) a donc explosé : comme 15km auparavant, la paire BH-Wallonie est à nouveau en poursuite à une bonne minute des deux hommes de tête.

Maxime Dony, lui, est seul à la 5e place. Et toujours pas de trace de Massaer et Huygen !

Une minutes plus tard, voilà enfin le duo Joris Massaer et Tijs Huygen. Incroyable mais vrai, alors qu’ils avaient profité de l’erreur des deux duos devant eux, ils se sont à leur tour perdus alors que le groupe de 5 poursuivants continuait sur la bonne trace ! Au final, les erreurs des uns et des autres se sont annulées et la situation est revenue quasi à la normale, celle d’avant les premiers problèmes de balisage.

12h44 – KM 87 : C’est seulement peu après cet endroit que Laurent Evrard et Wout Alleman apprendront qu’ils sont en tête de la course. Ils comptent alors une avance de deux bonnes minutes. Vont-ils rester ensemble jusqu’au bout et nous offrir une arrivée au sprint ?

Les deux BH-Wallonie, eux, ne sont plus ensemble : Arne Janssens occupe la 3e place à 2 grosses minutes du duo de tête, alors que Sébastien Carabin est 4e, à une minute et demie de son co-équipier. Aux 5e et 6e places, séparés de quelques secondes mais à 6 minutes de la tête de course, on retrouve Maxime Dony et Joris Massaer.

13h27 – KM 101 : Un homme seul en tête ! Wout Alleman a profité d’une crevaison de Laurent Evrard dans une descente rapide pour s’isoler aux avant-postes. Nous n’avons pas le temps de rester plus longtemps à cet endroit pour un pointage précis, mais il compte déjà plusieurs minutes d’avance au moment où nous partons vers le point suivant.

13h59 – KM 114 : Dernier topo à quelques kilomètres seulement de l’arrivée. Wout Alleman est toujours tout seul devant, ça bouchonne un peu sur la nouvelle passerelle de l’Epine mais il reste calme et concentré. Visiblement pas informé de l’écart qu’il peut y avoir avec ses poursuivants, il se retourne régulièrement et continue de pousser fort dans la montée qui suit !

14h18 – KM 120 : C’est fait : Wout Alleman est le nouveau champion de Belgique de Marathon ! Après être tombé dans les bras de sa famille et de ses amis, il s’effondre, exténué et submergé par l’émotion… Il a bouclé ces 120km en 5h32, à une moyenne de 21.6km/h, et termine la course avec une avance de plus de 14 minutes.

Avec Laurent Evrard, nous sommes partis à deux après environ 15 kilomètres et nous avons pu rapidement prendre une belle avance ensemble. Je me sentais très bien, j’avais le sentiment d’avoir la course sous contrôle. Et puis à un moment donné, à cause des flèches retournées juste avant notre passage, nous n’étions plus dans le top 5. Il y avait des changements constants de position parce que tout le monde faisait des erreurs de parcours. J’ai surtout essayé de rester calme et de me concentrer sur ma propre course et mon propre rythme. Au final, je n’ai su qu’à 30km de l’arrivée que nous étions de retour en tête avec Laurent. Quand Laurent est parti d’un coup sur le côté quelques kilomètres plus loin dans une descente rapide, je me suis soudain retrouvé seul et j’ai roulé à fond vers l’arrivée. Je suis super content qu’après une telle course j’ai quand même pu gagner, et qu’après quelques podiums j’ai enfin réussi à décrocher la victoire !

Arne Janssens réalise lui aussi une grosse performance : venu se tester sur un marathon pour la première fois, le jeune coureur de 21 ans décroche l’argent dans ce championnat de Belgique !

Ça a pas mal bougé dans les 30 derniers kilomètres. Alors que Joris Massaer pointait à la 6e position quand on l’a vu pour la dernière fois, au KM 87, c’est finalement lui qui monte sur la 3e et dernière marche du podium après une belle remontée finale.

Longtemps en tête avec Wout Alleman, Laurent Evrard termine finalement 4e.

Maxime Dony décroche une très belle 5e place, devant Tijs Huygen, 6e scratch et premier Elite 3, et Sébastien Carabin, 7e après un gros passage à vide et un dernier tiers de course compliqué.

On termine par les podiums de ce championnat de Belgique de XCM 2021 : en haut, les Elites (Wout Alleman), Elites 23 (Tijs Huygen) et Dames (qui jouaient le titre sur le 90km, remporté par Joyce Vanderbeken).

En bas, les Master 1 (Elias Van Hoeydonck), Master 2 (Kurt Tempst) et Master 3 (Patrick Wouters).

Enfin, une mention spéciale pour les deux seules dames à s’être élancées (et qui ont terminé) le 120km : Ina de Visser (à gauche) et Saskia Hessens (à droite).

Rendez-vous le dimanche 19 septembre au Raid Bocq pour la 2e et déjà dernière manche du BAMS, et du 9 au 11 septembre 2022 pour la prochaine édition du Grand Raid Godefroy !

Résultats GRG 2021 – 120km :

Download (PDF, Inconnu)