EWS 2021 | Finale Ligure :
les cartes sont (encore) rebattues

Sport
20 septembre 2021 — Christophe Bortels

Ce week-end, c’était le retour d’un classique avec l’incontournable manche de Finale Ligure, l’avant-dernière du calendrier Enduro World Series 2021. Jack Moir et Morgane Charre y ont dominé les débats de manière autoritaire lors d’une journée particulièrement exigeante… et font la bonne opération au classement général !

Seulement 4 spéciales sur la journée – en plus de la Pro Stage de la veille -, mais une bonne cinquantaine de kilomètres et surtout plus de 2000m de dénivelé positif à la pédale : voilà le programme costaud qui attendait les enduristes ce dimanche. Ajoutez à ça des spéciales techniques et elles aussi physiques, et vous obtenez une course relevée qui ne pouvait voir s’imposer que des pilotes complets.

Dames

La Pro Stage du samedi après-midi n’avait pas été exceptionnelle pour Morgane Charre : une 7e place, et 6 secondes et demie de retard à combler au moment d’aborder la journée de course du dimanche. Pas vraiment de quoi la déstabiliser… Dès la SP2, elle claque plus de 5 secondes à tout le monde, remonte déjà à la 2e place, et c’est au terme de la 3e spéciale où elle atomise la concurrence qu’elle bascule en tête, pour ne plus la quitter !

Intraitable, Morgane Charre remporte la course avec une belle avance de pratiquement 17 secondes. Elle rafle deux scratches au passage et n’a jamais été au-delà du top 5 en spéciale ce dimanche. Mieux, grâce à cette victoire, le titre de championne du monde reste à sa portée mais elle devra compter sur un faux-pas de Mélanie Pugin lors de l’ultime manche des EWS et dans le même temps sortir un gros résultat.

Si elle est tombée sur plus forte qu’elle, Isabeau Courdurier s’est montrée particulièrement régulière ce week-end et accroche une belle 2e place. Tout s’est joué dans la SP3 où elle a concédé plus de 22 secondes à Morgane Charre et a laissé filer la victoire.

A la 3e place, on retrouve la surprenante Bex Baraona, qui semble avoir trouvé à Finale Ligure un terrain idéal pour exprimer son talent.

La lutte pour le podium a été serrée puisque Mélanie Pugin le rate pour à peine 1.17 secondes. Ce n’est pas la meilleure opération pour le général, mais la Française reste quand même en bonne position pour décrocher le titre.

Noga Korem vit une belle saison et le prouve une fois de plus avec ce nouveau top 5.

Petite déception en revanche pour Harriet Harnden, sur un parcours physique qui devait pourtant lui convenir. Mais une Pro Stage catastrophique (22e à plus de 25 secondes) aura d’emblée mis fin à ses chances de victoire… Elle termine 6e.

Miranda Miller (7e), Raphaela Richter (8e), Rae Morrison (9e) et la Tchèque Barbora Prudkova (10e) – dont nous avouons humblement ne jamais avoir entendu parler – complètent le top 10.

Contre-performance groupée en revanche pour les deux Britanniques Katy Winton et Ella Conolly, ainsi que pour Andréane Lanthier-Nadeau, qui terminent respectivement 17e, 18e et 19e.

On notera enfin les piges en EWS de Jill Kintner (abandon) et de Malène Degn, la crosseuse danoise et compagne de Loïc Bruni, qui termine à la 29e place.

Hommes

Penser que Richie Rude avait pris une sérieuse option sur le titre après sa victoire à Crans-Montana, c’était oublier un peu vite que cette saison est décidément folle ! L’épaule démise et la 10e place la semaine dernière ne sont déjà plus qu’un lointain souvenir, Jack Moir a remis les pendules à l’heure ce week-end…

Trois scratches en cinq spéciales, une 2e et une 6e place, et au final une avance confortable de 15 secondes. On ne parlera pas de victoire facile, mais on n’en est pas loin ! Ça aurait pourtant pu tourner court pour Jack Moir, qui a crevé dans la SP3 (qu’il gagne !) et a été contrait de redresser une jante pliée à coup de pierre pour pouvoir poursuivre la course… Alors qu’il avait quasi 100 points de retard avant Finale, l’Australien abordera l’ultime manche des EWS 2021 avec 70 points d’avance.

Que peut-on encore écrire à propos de Jesse Melamed ? Certes, le Canadien court toujours après une première victoire cette saison. Mais quand tout se met en place et que les spéciales sont à la fois physiques et techniques, il est redoutable. Et après tout, cette 2e place derrière l’un des deux hommes forts de la saison, ça a quand même un petit goût de victoire… Elle lui permet aussi de remonter à la 3e place du général.

Kevin Miquel, monsieur 3e place ! Eh oui, après ses deux podiums à Loudenvielle, le Français ajoute une troisième 3e place à son palmarès 2021. Impressionnant… Pourtant, ce podium ne s’est pas joué à grand-chose. Car quand on regarde la feuille de résultats, une chose incroyable saute aux yeux : au terme de pratiquement 25 minutes de spéciales, les quatre pilotes classés de la 3e à la 6e place se tiennent en… une seconde et demie !

Le plus proche à faire les frais de ces chronos ultra-serrés, c’est Martin Maes. Il avait pourtant entamé la course de la meilleure manière en s’adjugeant la Pro Stage samedi, et a enchaîné dimanche avec deux 2e places d’emblée dimanche. Mais le Belge va ensuite être victime de soucis techniques sur les deux dernières spéciales (23e et 17e) et échoue au pied du podium pour 45 centièmes de seconde.

C’est seulement à la 5e place qu’on retrouve Richie Rude. Pour le même prix, et à une petite seconde près, l’Américain terminait 3e et concédait 30 points de moins à son grand rival Jack Moir. Ça promet pour l’ultime manche dans deux semaines en Ecosse !

Zakarias Johansen semble enfin revenu à son niveau de début de saison. Après un passage à vide sur la double manche de Loudenvielle (25e et 18e) et une 11e place à Crans-Montana, le Suédois prend une belle 6e place à Finale ce week-end.

7e, Kasper Wooley poursuit sa série de top 10 entamée lors de la 2e manche de Loudenvielle.

Slawomir Lukasik ne cesse d’impressionner cette saison et signe lui aussi un nouveau très bon résultat avec cette 8e place. Il serait très étonnant que le pilote privé ne soit pas recruté par un team pour 2022…

Dimitri Tordo et Jose Borges complètent le top 10.

Petit topo sur les Français que l’on retrouve un peu plus loin dans le classement : Youn Deniaud termine 11e, Damien Oton 12e, Florian Nicolai 14e (son meilleur résultat cette saison), Adrien Dailly 20e, Hugo Pigeon 22e, Nathan Secondi 25e et Clément Charles, 27e.

Au rayon des contre-performances, on notera entre autres la 59e place de Matt Walker, la 133e d’Antoine Vidal et les abandons d’Irénée Manjou, Louis Jeandel mais aussi Sam Hill.

Masters 35+

Chez les aînés, Karim Amour termine 2e après s’être fait surprendre par l’Italien Martino Fruet et échoue à 7 secondes de la victoire. James Hughes complète le podium.

Du côté des femmes Master, la 6e victoire de la saison pour Léonie Picton lui permet de s’assurer la victoire au général avant même l’ultime manche dans deux semaines.

U21

On termine par les U21, catégorie dominée par le jeune Français Francescu Camoin, qui s’impose devant Jack Menzies et Alex Storr. En l’absence de Luke Meier-Smith et Jamie Edmonson, il en profite une fois de plus pour creuser l’écart au classement général et prend une sérieuse option sur la victoire finale.

Les Italiennes étaient en forme sur leurs terres : Gaia Tormena remporte la course avec quasi une minute d’avance sur sa compatriote Sophie Riva. La Britannique Polly Henderson complète le podium.

Résultats complets EWS Finale Ligure 2021 :

Download (PDF, Inconnu)