Roues carbone XC 29 : 5 tests pour mesurer l'évolution

Dossier Tech
14 septembre 2017 — Olivier Béart

9th Wave Dirt SM 29 Boost : la fibre à prix doux

9th Wave est une marque originaire des Pays-Bas et qui commence à faire de plus en plus parler d’elle dans le Nord. Aujourd’hui, elle s’attaque au reste de l’Europe avec une démarche bien précise et claire : sélectionner les meilleurs composants taïwanais au niveau des moyeux et les assembler avec des jantes en carbone réalisées, elles aussi, en Asie mais avec un design et des spécifications propres à la marque. Le tout est ensuite assemblé avec soin dans les bureaux de la marque aux Pays-Bas tout en conservant des tarifs très attractifs.

Chez 9th Wave, le premier prix démarre juste au-dessus de 1000€ et les 9th Wave Dirt SM Carbon Boost 29 testées ici sortent à 1249€, ce qui en fait les roues carbone les moins chères que nous ayons eu l’occasion de tester. Plusieurs modèles de jantes sont disponibles : les SL en 22mm de large annoncées à 340g et destinées au XC, les SM testées ici en 24,5mm annoncées à 375g, les SW avec jantes en 29,5mm et enfin un modèle Plus en 35mm.

Cerise sur le gâteau, la déco des jantes est entièrement personnalisable et on peut se permettre pas mal d’excentricités, comme sur nos roues de test où les inscriptions 9th Wave sont zébrées. A noter qu’il ne s’agit pas de simple stickers collés mais de peinture, ce qui donne un aspect bien plus valorisant ainsi qu’une meilleure durabilité.

Les moyeux d’origine asiatique sont de très belle facture, et en bonne marque du Nord, 9th Wave a porté une attention particulière au choix des roulements, à leur graissage et à leur protection. Ils sont aussi surdimensionnés. Les moyeux sont disponibles dans tous les standards d’axe possibles ainsi qu’en body Shimano ou Sram. Seul petit bémol : le corps de roue-libre Shimano a tendance à se marquer rapidement. Mais c’est avant tout visuel et juste gênant quand on veut retirer la cassette et que certains pignons se montrent récalcitrants.

9th Wave emploie 28 rayons ronds de fine section sur chaque roue, croisés par 3. Le design asymétrique des jantes permet de bien équilibrer les tensions et on constate que le montage est bel et bien réalisé avec grand soin, même si on atteint pas le niveau de méticulosité d’un RAR ou d’un Asterion. Le poids de l’ensemble est de 1536g (712 et 834g), ce qui les positionne dans la même catégorie que les RAR Even ou les DT Swiss XMC 1200 également présentes dans ce test, c’est à dire des roues qui restent légères mais qui sont prévues pour résister aux pires traitements.

9th Wave Dirt SM 29 Boost : le test terrain

Au premier contact, la différence entre les moyeux imposants et les jantes surdimensionnées des 9th Wave Dirt SM par rapport à la finesse des rayons a de quoi surprendre. En cela, ces roues rappellent un peu les Specialized Roval qui emploient des composants aux gabarits similaires. L’objectif est double : apporter un peu de souplesse aux roues et aussi jouer le rôle de fusible en cas de rencontre avec un obstacle qui se prendrait dans les rayons. Nous l’avons expérimenté avec une grosse branche qui a cassé 5 rayons d’un coup… sans détériorer la jante et sans même occasionner un voile réellement impressionnant.

Les 9th Wave Dirt SM ont beau ne pas être hyper légères, elles font preuve d’une belle petite élasticité dans les relances et on sent qu’elles renvoient très bien l’énergie ; un trait commun à beaucoup de roues carbone de qualité. Les jantes semblent d’ailleurs bien légères et il semble que le surpoids provienne plutôt des moyeux, sur lesquels 9th Wave a voulu jouer la carte de la sécurité. Et c’est un bon choix car en matière d’inertie, cela ne se sent que très peu.

Les jantes 9th Wave sont très rigides, mais leur largeur et les flancs bas permettent au pneu de bien jouer son rôle d’amortisseur. Nous les avons roulées dans la caillasse dans le désert Israélien en plus de nos terrains habituels et elles ne se sont pas montrées usantes ou vibrantes. Elles sont néanmoins plus adaptées à un full selon nous.

Un gros point fort de ces 9th Wave, outre leur prix compétitif, c’est la solidité de leurs jantes. Lors de notre périple en Israël, si les locaux sont bien équipés, nous avons vu quelques étrangers faire les frais des cailloux locaux et rentrer avec pneus lacérés et jantes ruinées après certaines étapes. Ici, ce n’est pas le cas et la finition des 9th Wave Dirt SM a aussi prouvé sa très grande solidité. On évitera tout de même de les sortir d’un programme marathon/AM car pour tirer vers l’enduro, leur pointe de souplesse latérale ne sera plus un atout mais au contraire un défaut qu’on va ressentir dans les gros appuis.

Verdict

A l’issue de ce test, ces 9th Wave Dirt SM sont une belle surprise et montrent qu’il est possible de disposer d’un produit de qualité sans débourser beaucoup plus que pour un modèle alu haut de gamme. Solidité et finition au top sont au rendez-vous et même si on apprécierait de pouvoir les monter en option avec des rayons plats type Sapim CX-Ray ou des modèles de section un peu plus importante pour augmenter un peu leur rigidité et donc leur spectre d’utilisation (vers l’enduro light, pour des pilotes plus lourds voire même un usage ebike vu que les jantes semblent indestructibles), l’ensemble actuel est cohérent pour un usage XC hard et des pilotes pas trop lourds.