Coupe du Monde XC #1 - Nove Mesto | XCO : l'avenir est déjà là

Sport
2 octobre 2020 — Léo Kervran

Quel meilleur endroit que Nove Mesto pour accueillir la reprise des coupes du Monde ? Nerveux et technique, le tracé tchèque est l’archétype du circuit de XCO moderne et délivre souvent de très belles courses. 2020 n’aura pas fait exception à la règle, avec des vainqueurs inédits et des rebondissements jusque dans le dernier tour des deux premiers XCO de cette manche double. Suivez-nous dans notre grand portfolio !

1 an et 23 jours, c’est la durée qui sépare la manche de Nove Mesto en 2020 de celle de Snowshoe en 2019, la dernière coupe du Monde disputée avant ce jour. Une intersaison exceptionnellement longue, doublée d’un manque de repères pour de nombreux coureurs car les courses “au soleil” de février et mars (Cyprus Sunshine Cup, coupe de Catalogne…) qui servent habituellement d’échauffement et de réglages aux pilotes paraissent désormais bien loin.

A ce titre, le simple fait d’être présent à Nove Mesto cette semaine rend la plupart des pilotes heureux, heureux de pouvoir courir à nouveau au meilleur niveau et de ne pas s’être entraînés pendant des mois “pour rien”. Au diable les conditions météo catastrophiques, tant pis pour l’absence du célèbre public tchèque, passionné et passionnant qui, plus ici que partout ailleurs, pousse les pilotes à se dépasser dans les quatre sévères montées du circuit. La coupe du Monde reprend !

Une période d’entraînement deux fois plus longue qu’à l’accoutumée, des athlètes qui ne peuvent pas se situer face à la concurrence, pas de douzième homme, c’est déjà une bonne recette pour des courses intéressantes. Il ne manquerait plus que la météo y ajoute son grain de sel…

Connu (et redouté) pour ses innombrables racines, ainsi que ses piégeux pierriers, le circuit de Nove Mesto avait toujours eu le bon goût d’être sec pour la semaine de coupe du Monde ces dernières années. La dernière fois qu’une course s’est disputée dans des conditions un peu similaires, c’était en 2015 et c’est Jaroslav Kulhavy qui l’avait emporté devant Nino Schurter et Julien Absalon. Une autre époque.

Cette année, un véritable déluge s’est abattu sur le tracé tchèque les jours précédant ce XCO et s’il ne pleut pas ce jeudi 1er octobre à 12h20, heure du départ de la course Elite Dames, le circuit est gras. Très gras même, à tel point qu’il jouera dans les deux courses un rôle non négligeable dans le choix des vainqueurs.

Dames

1 start loop et 5 tours (au lieu de 6 initialement prévus), c’est ce qui permettra à ces athlètes de se départager sur cette première manche de coupe du Monde. Après le short-track du mardi, difficile de savoir à quoi s’attendre sur cette course. Les “rookies” Evie Richards, Loana Lecomte et Laura Stigger vont-elles confirmer leurs performances ? Les “anciennes” comme Pauline Ferrand-Prévot, Kate Courtney, Jenny Rissveds, Jolanda Neff ou Annika Langvad vont-elles reprendre la main sur ce circuit qui leur a toutes souri un jour ?

Dès la boucle de départ, un petit groupe de 7 pilotes s’isole en tête. Mené par Pauline Ferrand-Prévot, il est également composé de Kate Courtney, Sina Frei, Anne Terpstra, Evie Richards, Loana Lecomte et Laura Stigger. L’Ecossaise Isla Short est en poursuite à quelques secondes, puis suit tout le reste du peloton, plus ou moins groupé.

Certains pilotes attendues sont déjà loin, comme Jolanda Neff qui gravite autour de la 20e place en compagnie de Julie Bresset et Jenny Rissveds, à plus de 40s de la tête après 10 minutes de course. C’est encore plus dur pour Emily Batty, Malene Degn et Annie Last, repoussées à plus d’1’30 et au-delà de la 40e position.

Devant, on ne se pose pas de question et Pauline Ferrand-Prévot a visiblement des fourmis dans les jambes. En tête de groupe, la championne du Monde prend à plusieurs reprises quelques mètres d’avance, avant de s’échapper pour de bon dans la première montée de la deuxième boucle (donc le premier tour complet).

Dans le groupe, personne ne réagit immédiatement et c’est finalement Loana Lecomte, la seule à sentir le danger ou à pouvoir accélérer, qui part à la poursuite de Pauline.

Dans le même tour, un nouveau visage fait son apparition dans le groupe de tête : celui de Lena Gerault, qui effectue une formidable remontée après un départ en 7e ligne. Elle reprend d’abord Isla Short, toujours en chasse derrière le groupe, puis Laura Stigger qui accuse quelques mètres de retard et finit par revenir pour de bon dans le groupe au pied de la troisième bosse du circuit, l’Autrichienne dans sa roue.

Ce n’est que le début de course et beaucoup de choses peuvent encore se passer mais les surprises commencent dès le deuxième tour complet, avec Evie Richards qui ne peut suivre le rythme du groupe et se fait irrémédiablement distancer. Un peu plus loin, le groupe de chasse explose à son tour et chaque pilote se retrouve seule, séparée par quelques secondes des concurrentes devant et derrière elle.

En tête de course, Pauline Ferrand-Prévot ne lève pas le pied et semble vouloir éviter à tout prix un retour de Loana Lecomte, la pilote du team Massi l’ayant battu à la régulière durant l’été sur les coupes de France et aux championnats de France. Cependant, une petite erreur en montée sur ce tracé très technique et glissant permet à sa concurrente de se rapprocher, puis de faire la jonction avant la dernière descente. Un duo Français mène cette coupe du Monde !

Derrière, Jolanda Neff poursuit sa remontée entamée dans le tour précédent et pointe désormais en 13e position, suivie par Annika Langvad, Julie Bresset et Maja Wloszczowska. Cependant, les écarts sont déjà importants : plus d’1’30 de retard sur le duo de tête pour ce petit groupe.

Dans le troisième tour, Loana Lecomte profite d’une erreur de Pauline Ferrand-Prévot dans la redoutable Shimano Expert Climb 1, cette montée raide dans un pierrier transformé en patinoire par la pluie et la boue déposée par les passages des concurrentes, pour prendre la tête du duo. Elle s’échappe même dans la descente qui suit, puis ne relâche pas son effort dans la longue montée sur chemin large : l’écart est fait et PFP accuse déjà une dizaine de secondes de retard.

Quatrième et avant-dernière boucle, Loana Lecomte continue de creuser l’écart et passe sur le vélo dans la Shimano Expert Climb 1, tandis que Pauline Ferrand-Prévot perd à nouveau du temps en mettant pied à terre. Derrière, on se bat pour les places d’honneur.

Lena Gerault est revenue sur Laura Stigger pour la quatrième place, tandis qu’un trio Kate Courtney – Sina Frei – Evie Richards s’est formé autour de la lutte pour la 6e position.

A l’entame de la dernière boucle, Loana Lecomte dispose de 40 secondes d’avance sur Pauline Ferrand-Prévot, qui doit désormais se méfier du retour d’Anne Terpstra. La Néerlandaise, vainqueur de sa première coupe du Monde à Vallnord l’an passé, se montre de plus en plus régulière à haut niveau et elle semble ici en mesure de revenir sur la Française, après avoir passé presque toute la course en chasse avec 10 à 20 s de retard.

Dès la première montée, Anne Terpstra confirme ces hypothèses et revient sur Pauline Ferrand-Prévot. Après une belle bataille entre les deux pilotes, c’est la championne des Pays-Bas qui plonge en tête dans la dernière descente et en profite pour creuser un peu l’écart.

Devant, Loana Lecomte a suffisamment d’avance et peut se permettre de lever le pied pour savourer sa victoire dans les derniers hectomètres. La jeune Française, âgée de seulement 21 ans, remporte sa première coupe du Monde ! C’est la première fois dans l’histoire du XC qu’un ou une athlète remporte une coupe du Monde de XCO Elite dès sa première participation (Evie Richards avait fait de même pour le XCC deux jours auparavant).

Ici, l’exploit est d’autant plus à saluer que Loana Lecomte est encore Espoirs, et le sera toujours en 2021. Comme d’autres athlètes de sa catégorie, elle a demandé à être surclassée en Elite pour jouer la qualification olympique mais on ne s’attendait pas forcément à la voir jouer les premiers rôles si vite, elle qui n’avait jamais remporté de coupe du Monde chez les Espoirs.

Derrière, Anne Terpstra est parvenue à conserver ses quelques mètres d’avance et prend donc la deuxième place devant Pauline Ferrand-Prévot, qui a probablement payé en fin de parcours ses efforts du début de course. La Néerlandaise confiait à l’arrivée avoir profité de l’absence de course pour travailler sur sa technique, quelques chose qui lui sans aucun doute profité aujourd’hui pour éviter le sprint avec PFP.

Deux Françaises dans les trois premières, c’est déjà exceptionnel mais ce n’est pas terminé puisque Lena Gerault a pris l’ascendant sur Laura Stigger pour la quatrième position et monte donc elle aussi sur le podium.

Néanmoins, la course de Stigger est à saluer car la jeune Autrichienne n’a que 20 ans et devrait elle aussi courir chez les Espoirs (ou U23, 19-22 ans). Championne du Monde sur route et en XC chez les Juniors, déjà au rendez-vous chez les Espoirs pour sa première saison dans la catégorie l’année dernière, elle a demandé en 2020 à être surclassée pour la même raison que Loana Lecomte. Notons qu’elle roulait en semi-rigide, un choix pour le moins inhabituel à Nove Mesto.

Kate Courtney échoue au pied du podium, devant Sina Frei et Evie Richards. Rebecca McConnell prend la 9e place et Alessandra Keller clôt le top 10 après avoir pris le meilleur sur Isla Short en toute fin de course.

Julie Bresset est 16e, un beau résultat pour la coéquipière de Loana Lecomte. Elle signe d’ailleurs sa meilleure performance de ces trois dernières années, après sa 17e place à La Bresse en 2018. Elle devance Jolanda Neff, qui aura un peu reculé en fin de course, tandis qu’Annika Langvad prend la 19e place.

Download (PDF, 167KB)

Du côté des autres Françaises engagées, Lucie Urruty se classe 34e, Sabrina Enaux 49e et Margot Moschetti 55e. Chez les belges, seule Githa Michiels était au départ, elle termine finalement 30e.

Hommes

Après une course aussi intense, difficile de savoir à quoi s’attendre chez les hommes, d’autant que les résultats du short-track avaient là aussi de quoi surprendre. Une seule chose est sûre, le “raté” de Nino Schurter, obligé de partir en 4e ligne, devrait amener de l’action en début de course !

Dès le départ, le champion du Monde montre ses intentions et pointe en tête du peloton au sommet de la première bosse de la start-loop. Il faut dire qu’il n’est plus qu’à une victoire en coupe du Monde du record de Julien Absalon et qu’il a clairement annoncé que c’était un objectif pour cette saison.

Serait-ce le poids des âges ? A 34 ans, Nino Schurter a-t-il besoin d’un peu plus de temps pour récupérer ? Quelques minutes après son formidable départ, le maître du XC mondial disparaît de l’avant de la course et retourne aussi vite qu’il en était sorti dans le gros du peloton, pendant qu’Henrique Avancini prend les devants de la course.

Le départ est également compliqué pour les Français, et si Titouan Carod et Victor Koretsky figurent dans le top 10 voire le top 5, c’est plus compliqué pour Maxime Marotte, Stéphane Tempier et Thomas Griot qui gravitent autour de la 21e place à la fin du start-loop.

Dans le premier tour, Henrique Avancini, Titouan Carod et Milan Vader semblent être les hommes forts du jour. Ils prennent même quelques mètres d’avance dans la première bosse du circuit, avant d’être finalement rejoints par un  groupe composé de Matthias Flückiger, Thomas Litscher, le vainqueur du XCC Gerardo Ulloa, Victor Koretzky, Ondrej Cink et des jeunes Alan Hatherly (champion d’Afrique du Sud) et Simon Andreassen (champion du Danemark).

Dans le même temps, les inséparables Maxime Marotte et Stéphane Tempier ont entamé leur remontée et apparaissent déjà en 12e et 14e position, à moins de 10s du groupe de tête, à la fin de cette première boucle complète. Et Nino Schurter ? C’est difficile pour le champion du Monde, qui stagne autour de la 25e place en compagnie de Gerhard Kerschbaumer et Jordan Sarrou. Cependant, l’écart avec l’avant de la course n’est que d’une trentaine de secondes et tout est encore possible.

Marotte et Tempier rentrés dès le début du deuxième tour, c’est désormais un groupe d’une douzaine de coureur qu’on retrouve en tête de cette coupe du Monde. Le circuit de Nove Mesto va cependant se charger d’éclaircir un peu les rangs, en envoyant violemment à terre Gerardo Ulloa sur une section en apparence plate et sans dangers dans une descente. Sonné et touché à une jambe, le Mexicain devra abandonner. La pluie des jours précédents puis la boue déposée par la course des femmes ont rendu les racines extrêmement glissantes et il faut maintenant faire preuve de vigilance en permanence tant le tracé est devenu piégeux.

Dans le groupe de tête, les organismes commencent à payer le départ très rapide et certains pilotes font l’élastique, à l’image d’Ondrej Cink, Thomas Litscher, Titouan Carod dans le troisième tour puis Victor Koretzky et Alan Hatherly dans le quatrième.

Pendant ce temps, Nino Schurter semble avoir récupéré un peu et le champion du Monde remonte petit à petit dans le classement. A la fin de la quatrième boucle, alors qu’il reste encore trois tours à parcourir, il pointe en 14e position à 40 secondes du groupe de tête.

C’est dans le tour suivant que les choses s’emballent, avec Milan Vader qui se détache dans la première descente. Il est rejoint par Simon Andreassen et les deux hommes prennent d’abord quelques mètres, puis quelques dizaines de mètres d’avance sur le reste du groupe. A la fin du tour, les deux hommes ont 5 secondes d’avance sur Maxime Marotte et Stéphane Tempier, eux-même suivi par Henrique Avancini à 8 s puis Alan Hatherly à 12 s. Pendant ce temps, Nino Schurter est revenu dans le le top 10 ! Il mène un petit groupe où l’on retrouve Thomas Litscher, Titouan Carod, Ondrej Cink ou encore Gerhard Kerschbaumer et on se demande jusqu’où il pourra remonter.

Tour 6, le circuit de Nove Mesto entre à nouveau en scène pour faire glisser Milan Vader sur des racines en descente, presque au même endroit que Gerardo Ulloa quelques tours plus tôt. Simon Andreassen prend quelques mètres d’avances mais Milan Vader, accompagné de Maxime Marotte qui a profité de l’erreur pour faire la jonction, fait son retour un peu plus loin. En revanche, ça devient difficile pour Stéphane Tempier qui a dû laisser passer Henrique Avancini dans une montée et se retrouve désormais 5e, sous la menace d’un duo composé de Alan Hatherly et Nino Schurter.

Tout va donc se jouer dans la dernière boucle, aussi bien pour la victoire que pour le podium. En tête de course, Simon Andreassen et Maxime Marotte mettent à mal Milan Vader, qui perd quelques mètres une fois, deux fois, revient puis craque définitivement. Il reste un demi-tour pour faire la différence et c’est le Danois qui bascule en tête dans la descente du milieu du parcours. Il prend quelques secondes à Maxime Marotte puis creuse encore l’écart dans les deux dernières bosses.

Avec une petite dizaine de secondes d’avance, c’est donc Simon Andreassen qui s’impose à Nove Mesto ! Comme pour Loana Lecomte un peu plus tôt, c’est sa première course en catégorie Elite Hommes. Le résultat est d’autant plus impressionnant qu’Andreassen n’était que 67e sur la grille de départ et a donc dû produire un effort très violent en début de course pour remonter.

Un beau cadeau d’anniversaire pour le jeune champion du Danemark qui fêtait ses 23 ans la veille de ce XCO et un accomplissement après des années Espoirs pas forcément à la hauteur de ses attentes, lui qui avait décroché les titres de champion du Monde en XCO et en cyclo-cross lors de ses années Juniors.

Deuxième, Maxime Marotte égale son meilleur résultat en coupe du Monde mais la première marche semble encore une fois se refuser à l’Alsacien, qui reconnaissait à l’arrivée payer son départ difficile où il n’a pas su suivre le rythme imposé par les premiers. Il n’y aura pas de classement général de la coupe du Monde cette saison vu le peu de manches mais on notera que Maxime Marotte serait actuellement en tête de ce dernier avec son podium sur le XCC, comme Loana Lecomte chez les femmes.

Milan Vader prend donc la troisième place, son premier podium en coupe du Monde. Derrière, la quatrième place se joue au sprint entre Nino Schurter et Henrique Avancini et c’est finalement le Suisse qui l’emporte de quelques centimètres. Une quatrième position satisfaisante pour le champion du Monde, qui confiait avoir gaspillé trop d’énergie pour remonter dans le start-loop et avoir mis deux tours à s’en remettre. Les jambes sont cependant bien là, en témoigne sa remontée de plus de 20 places et il faudra compter avec lui pour la deuxième manche de coupe du Monde ce week-end !

Alan Hatherly (ici à droite) prend la 6e place, une belle course pour le coéquipier de Simon Andreassen qui naviguait bien plus loin dans le peloton l’année passée (35e au général de la coupe du Monde). Anton Cooper est 7e, devant Gerhard Kerschbaumer et Ondrej Cink tandis que Thomas Litscher clôt le top 10.

Côté Français, après des premiers tours intéressants la fin de course fut plus difficile pour ceux qui étaient aux avant-postes. Avec la remontée de Jordan Sarrou et Thomas Griot, cela donne un beau tir groupé puisque Stéphane Tempier se classe 13e, suivi par Jordan Sarrou en 15e position, Titouan Carod en 16e, Victor Koretzky en 17e et Thomas Griot en 18e position. Plus loin, on retrouve Hugo Drechou (30e), Antoine Philipp (36e), Thibault Daniel (67e), Pierre-Geoffroy Plantet (69e), Maxime Loret (78e) puis Clément Berthet (83e), Joshua Dubau (88e), Cyril Bourdon (91e), Arthur Tropardy (94e) et Lucas Dubau (97e).

Download (PDF, 199KB)

Chez les Belges, la journée fut plus compliquée puisqu’en l’absence de Jens Schuermans, blessé, le meilleur résultat est pour Pierre de Froidmont (54e), tandis que Rob Van den Haesevelde termine 86e et que Wout Alleman et Kevin Panhuyzen ont abandonné.

Espoirs

Chez les Espoirs Dames, c’est l’Italienne Giorgia Marchet qui s’est imposée devant la Néerlandaise Ceylin Del Carmen Alvarado, championne du Monde de cyclocross et coéquipière de Mathieu Van der Poel au sein du team Alpecin-Fenix. L’Américaine Haley Batten prend la troisième place sur le podium, suivie par la Britannique Harriet Harnden (4e) et la Hongroise Blanka Vas (5e).

Première Française, Hélène Clauzel se classe 9e et aura à cœur de ne pas se laisser piéger par les racines tchèque pour faire mieux dimanche.

Plus loin, on a un beau regroupement entre la 20e et la 30e position avec Noémie Garnier 21e juste devant Constance Valentin, Manon Wimmer 24e, Marie Dufosse 26e et Isaure Medde 29e. Enfin, Coline Brunel se classe 41e tandis que Emma Terrigeol a abandonné.

Côté Belges, une seule engagée en la personne d’Emeline Detilleux et elle termine à la 19e place.

Chez les hommes, c’est le touche-à-tout Thomas Pidcock, aussi bon en XC que sur route ou en cyclocross, qui s’impose devant les Suisses Alexandre Balmer et Vital Albin. Le Chilien Martin Vidaurre Kossmann prend la 4e place et le Canadien Sean Fincham la 5e.

Le premier Français est Mathis Azzaro, 7e après une belle remontée en début de course. Basile Allard se classe 13e, Loan Cheneval 21e, Victor Vidal 23e, Esteban Bagnon 30e, Rémy Duquesne 33e, Clément Auvin 38e, Benjamin Le Ny 46e, Louis Chazaly 50e, Mathis Tonneau 52e, Thomas Champion 54e, Thibaut Andre Gallis 55e, Axel Couveinhes 66e et Léo Bartoletti 79e. Chez les Belges, Lucas Malezsewski termine 22e et Arne Janssens 41e.

Download (PDF, 137KB)

Download (PDF, 169KB)