Coupe du monde de DH | Lousã #2 :
jusqu'au bout du suspense !

Sport
1 novembre 2020 — Christophe Bortels

Voilà, la saison de coupe du monde de VTT est terminée… Elle s’est conclue ce dimanche à Lousã, au Portugal, avec la dernière épreuve de descente. Et comme lors de la troisième manche disputée vendredi, le spectacle et le suspense étaient au rendez-vous ! Qui s’est illustré et, surtout, qui a remporté le classement général ? Réponses :

Alors qu’on craignait une annulation suite au rebond de l’épidémie de Covid-19, le Portugal a finalement pu accueillir pour la toute première fois de son histoire le circuit mondial de descente. La saison 2020 aura donc duré 19 jours et compté quatre épreuves : deux à Maribor (Slovénie) et deux à Lousã (Portugal). Avec, à chaque fois, deux finales en trois jours, disputées sur des pistes légèrement différentes.

C’était donc la 5e (si on compte les championnats du monde de Leogang) et dernière chance de s’illustrer cette année pour les descendeurs, mais surtout l’ultime possibilité de récolter des points pour le général de la coupe du monde. Avec un classement extrêmement serré tant chez les Hommes que chez les Dames, tout restait ouvert et cette finale s’annonçait une fois de plus passionnante ! Allez, trève de blabla, plongeons directement dans la course…

Hommes

La lutte pour le classement général s’annonçait passionnante entre Matt Walker, en tête avant cette finale, et Loris Vergier, deuxième à seulement 14 points. Il ne fallait pas non plus oublier Greg Minnaar et Loïc Bruni, en embuscade à égalité de points avec 90 unités de retard sur Walker, voire même Thibaut Dapréla, 5e à 109 points.

Les Britanniques sont longtemps restés aux avant-postes dans cette finale avec Jamie Edmondson, Phil Atwill et Joe Breeden aux trois premières places. Même Thibaut Dapréla et Angel Suarez butent sur le chrono d’Edmondson, 10e en finale vendredi, et doivent se contenter des 3e et 4e positions provisoires. Le top 10 se tient alors en à peine plus de 3 secondes.

C’est à ce moment que les quelques gouttes aperçues sur le haut de la piste se transforment en pluie plus soutenue ! De quoi perturber cette finale et figer les positions en haut du classement ?

On craint hélas un scénario à la Lourdes 2017 en voyant des pilotes comme Rémi Thirion, David Trummer, Dakotah Norton, Luca Shaw ou encore Martin Maes échouer à intégrer le top 4.

Les minutes défilent, les pilotes aussi, ils ne sont plus que 10 au départ… et c’est Loris Vergier qui s’élance ! Ça va être compliqué pour la victoire, mais si les conditions ne changent plus trop, la lutte pour le général se fera au moins à la régulière… Le run du Français est propre, sans erreur, et sans crevaison cette fois. Résultat : 14e place provisoire et 3.770s de retard. Vergier n’a plus qu’à attendre l’arrivée de ses rivaux directs qui partiront tout à la fin dans cette finale, mais ça risque d’être un peu court pour repasser devant au général de la coupe du monde.

Jamie Edmondson, lui, doit commencer à y croire en voyant Greg Williamson, Benoit Coulanges, Aaron Gwin, Danny Hart et Finn Iles terminer au-delà du top 10… Dans ces conditions délicates, le premier à venir titiller le chrono de référence est Troy Brosnan, mais ça coince pour 0.394s, ce qui le place à la 3e place provisoire, Phil Atwill étant toujours 2e à… 21 millièmes d’Edmondson !

Nous voilà dans le top 3, la grande bataille pour le général va enfin connaître son dénouement. Et Matt Walker va frapper un grand coup !

En retard au premier split, il est en avance à tous les suivants, fait enfin tomber le chrono de Jamie Edmondson de 0.629s et est assuré de remporter le général ! Qui aurait parié sur lui avant le début de cette courte saison ? Sans doute pas grand monde….

Mais nous n’étions pas encore au bout de nos surprises, loin de là. Car alors que le meilleur chrono a mis si longtemps à tomber, la nouvelle marque est directement battue. Eh oui, ce monstre d’efficacité qu’est Greg Minnaar a remis ça ! Et comme avant-hier, avec une marge confortable vu les conditions et les chronos serrés : 1.245s.

Est-on en train d’assister à la 23e victoire du Sud-africain en coupe du monde ? Loïc Bruni est le seul à encore pouvoir l’en priver. Et le Français joue avec nos nerfs. En avance au premier intermédiaire, il est en retard aux deux suivants… mais repasse devant au 4e et dernier ! Son avance est infime (-0.130s) et tout peut basculer dans la dernière section. Verdict sur la ligne : ça passe pour 0.170s, Loïc Bruni s’impose au bout du suspense ! Assurément l’une des courses les plus palpitantes de ces dernières années…

Derrière Bruni, Minnar et Walker, Jamie Edmondson et Phil Atwill complètent ce dernier podium de la saison. Plus loin dans le classement, on retrouve notamment Thibaut Dapréla (7e), Martin Maes (13e), Finn Iles (16e)  Luca Shaw (18e), Danny Hart (30e) Rémi Thirion (32e) ou encore Aaron Gwin (44e).

Loris Vergier, 19e dans cette finale, perd gros au classement général : il se fait dépasser par Loïc Bruni et Greg Minnaar et glisse de la 2e à 4e position.

Download (PDF, 147KB)

Dames

Alors, Myriam Nicole ou Marine Cabirou pour le titre ? Comme chez les Hommes, rien n’était encore joué, avec seulement 50 points d’écart au général entre les deux Françaises avant cette finale. Mais l’avantage psychologique était clairement dans le camp de Myriam Nicole après sa victoire vendredi dernier, et ce malgré une chute en qualifications hier… Marine Cabirou, elle, était quasi contrainte à la victoire pour parvenir à combler son retard au classement.

2e à s’élancer dans cette finale après son mauvais résultats aux qualifs, Myriam Nicole améliore logiquement et très largement le premier temps de référence (-18.848s) grâce à un run propre et efficace… bien qu’un peu trop prudent peut-être. Et on en a la confirmation juste après puisque Nina Hoffmann passe déjà devant pour… 3.280 secondes ! Mille Johnset, Camille Balanche, Monika Hrastnik : les pilotes défilent mais le chrono de l’Allemande tient toujours. Va-t-elle profiter de la lutte à distance entre les Françaises pour signer la deuxième victoire de sa carrière, deux semaines après la première ?

Pour sa toute dernière coupe du monde, Tracey Hannah allume le vert aux trois premiers intermédiaires puis est en retard d’une seconde au 4e… et chute peu avant l’arrivée.

Mais voilà enfin Marine Cabirou au départ. C’est agressif dans le technique, ça whipe sur les sauts, les relances sont percutantes, et ça porte ses fruits : elle compte une demie seconde d’avance au premier split, plus d’une au 2e, plus de 3 secondes au 3e, elle concède un peu de temps avant le 4e… et améliore finalement le chrono de Nina Hoffmann de 1.702s.

Seule Tahnée Seagrave peut encore la priver de la gagne mais le classement général est officiellement dans la poche ! Le premier titre de sa carrière en coupe du monde… C’est finalement un carton plein pour la Française qui repart aussi de Lousã avec la victoire, Seagrave perdant du temps en deuxième moitié de descente et terminant finalement 3e derrière Cabirou et Hoffmann.

Myriam Nicole et Monika Hrastnik complètent le podium féminin de cette finale. Au général, c’est Nina Hoffmann qu’on retrouve à la 3e place derrière les deux Françaises et devant Tracey Hannah et Tahnée Seagrave, respectivement 4e et 5e.

Download (PDF, 100KB)

Juniors

Les deux courses de Lousã auront chamboulé le classement général chez les juniors ! Ultra-dominateur à Maribor où il avait remporté les deux finales dans la foulée de son titre de champion du monde à Leogang, Oisin O’Callaghan est passé à côté de son sujet au Portugal. L’Irlandais avait gardé la 1ère place du classement malgré sa 24e place suite à une crevaison vendredi. Il n’a pas réussi à la conserver aujourd’hui en terminant une nouvelle fois loin en finale (20e sur 26 partants).

Dans le même temps, Ethan Craik, victorieux il y a deux jours, a géré aujourd’hui en prenant la 3e place derrière Dante Silva, 1er, et Gonçalo Bandeira, 2e, s’assurant du même coup de terminer en tête de la coupe du monde pour sa première année en Juniors ! Un sacre mérité mais serré puisque seulement 11 points séparent les deux premiers au classement final… (131 contre 120) Nuno Reis, 5e de la course, complète le podium final derrière Craik et O’Callaghan au terme des 4 épreuves de la saison.

Download (PDF, 107KB)

On y a cru, mais Leona Pierrini n’aura finalement pas réalisé le quadruplé et un sans-faute cette saison : elle termine 4e sur 5 partantes dans cette deuxième finale à Lousã, à près de 7 secondes de la gagnante, Lauryne Chappaz. Cette dernière, championne du monde 2020, a donc pu enfin transformer l’essai après son meilleur temps en qualifs, ce qu’elle avait échoué à faire deux jours plus tôt lors de la première course. L’Espagnole Aina Gonzalez Grimau et la Belge Siel van der Velden complètent le podium.

Grâce à ses trois victoires en quatre courses, Leona Pierrini s’impose facilement au général avec 190 points, soit 85 de plus que la deuxième, Siel van der Velden. Absente lors des deux premières courses à Maribor, Lauryne Chappaz monte malgré tout sur la 3e marche du podium final de cette coupe du monde 2020.

Download (PDF, 99KB)