Une saison au soleil avec Poudre d’Escampette

Nature
19 février 2019 — Elodie Lantelme

Épisode 3: Spécialités niçoises

Dernière étape de notre tour de la Méditerranée débuté en Catalogne avec l’arrière-pays niçois, largement réputé pour le VTT.

Un dernier épisode qui se déroulera sans Lilou, malheureusement. Blessée à l’épaule au début du mois de septembre, elle a vu sa saison s’arrêter net. Nous avons donc réfléchi ensemble à une remplaçante, et notre choix a été ultra-rapide : Sabrina Jonnier serait la personne idéale !

Triple championne du monde de DH et désormais coach, Sabrina est une « presque » locale, puisqu’elle habite dans le Var. Toujours motivée quand il s’agit de rouler, elle m’a donc retrouvée à L’Escarène un beau matin d’automne, accompagnée du local de l’étape, Greg Germain. Car s’il y a bien quelqu’un qui connaît par cœur les trails de la Côte d’Azur, c’est lui ! Fondateur de 1001 Sentiers, il propose des séjours VTT dans les Alpes Maritimes et s’avérait le guide idéal.

On a très vite compris que le coin est un paradis pour le VTT. Le terrain est vallonné, extrêmement varié, parfois alpin, et, plus bas, franchement méditerranéen, tantôt boisé de châtaigniers ou plus découvert, avec ici et là de la terre grise, des oliviers… Les villages perchés, encore préservés et authentiques, sont de pures merveilles, avec leurs ruelles étroites et leurs maisons serrées autour de l’église. 

En deux jours, nous n’avons eu qu’un petit aperçu du potentiel de la région, mais nous avons savouré au maximum. Greg nous a tout d’abord proposé un trail entre forêt et terres grises, du côté de Berre-les-Alpes, avec un magnifique canyon étroit, tout en  petits graviers et appuis fuyants… Après avoir bien roulé du côté de L’Escarène, nous avons poursuivi notre découverte jusqu’à Peillon, magnifique petit village perché encore préservé du tourisme.

Du caillou, du sec, du poussiéreux, du buisson piquant qui vous raye les mollets, pas de doute, on est en plein terrain méditerranéen ! Il y a un nombre de sentiers hallucinants, pour tous les goûts… C’est ici que nous allons filmer l’essentiel de notre épisode, avant de redescendre sur Eze dans l’après-midi du second jour pour un trail très court mais avec une vue de folie sur la mer. C’est en réalité une denrée assez rare dans le coin, car la côte est assez urbanisée : les seuls chemins «littoraux» se situent entre Nice et Monaco.

C’est avec une pointe de nostalgie que s’est terminée notre saison au bord de l’eau, un contraste entre mer et montagne qui a été notre fil rouge. Nous avons aimé passer de la jungle de la Costa Brava au maquis corse, des falaises de Bonifacio aux terres grises de L’Escarène… Nous n’aurons jamais autant dévalé de ruelles pavées, admiré de si jolis villages typiques, ni mangé autant de sable et de poussière. La Méditerranée, c’est le paradis du VTT! Et puis, quoi de mieux que de finir une belle journée de bike avec des tapas, les pieds dans l’eau ?

 

Pour manger

À Nice

Di Più: C’est notamment l’un des spots préférés du pilote Haibike Xavier Marovelli, et à raison. Dans le Vieux Nice, la terrasse avec vue sur mer pose le cadre, plutôt contemporain. Et les assiettes font la part belle aux saveurs italiennes, avec pizzas et pastas traitées comme il se doit. Arrivez tôt, car il n’est pas possible de réserver.

René Socca: Farcis, tourte aux blettes, ou encore socca (galette traditionnelle de pois chiches) réalisée à toute heure sous vos yeux, les raisons ne manquent pas de faire halte dans le Vieux Nice chez René Socca. Une plongée dans la cuisine nissarde de rue! 

Glacier Fenocchio: Impossible de venir à Nice sans aller manger une glace chez Fenocchio, sur la place Rossetti. Là encore, il faut parfois être patient, car le glacier artisanal est victime de son succès, mais ça vaut la peine! Les parfums innombrables redoublent d’inventivité (mention spéciale pour les sorbets cactus, thym… bière! Ou encore pour les glaces tourte de blette ou coquelicot). Le plus dur, à part l’attente, sera de choisir. 

 

Pour dormir

À Peillon

L’Auberge de la Madone

Au milieu des vergers et des oliviers, dans le très pittoresque village de Peillon, sur les hauteurs de Nice, à proximité des sentiers VTT, l’Auberge de la Madone est un endroit où il fait bon se poser. Les chambres sont simples et parfois un peu rustiques, mais très bien tenues, avec une mention spéciale pour la table aux accents gastronomiques!

Photos ©Poudre d’Escampette