Cap Griz-Nez, Cap Blanc-Nez :
découvertes en terre wissantaise

Nature
24 juillet 2016 — Stéphane Van Wonterghem

C’est dans une région peu connue des vététistes que nous avons décidé de passer un long week-end de découverte. Car si la terre des deux Caps – le Cap Griz-Nez et le Cap Blanc-Nez – attire chaque année des milliers de touristes, elle n’est assurément pas une destination privilégiée pour les bikers. Elle nous a pourtant réservé de belles surprises. En selle !

DSC_9589Pour ce séjour, nous posons nos valises dans la très belle station balnéaire de Wissant. A quelques kilomètres de Calais, idéalement située entre les deux Caps, cette petite commune bénéficie ainsi d’un superbe cadre naturel.

Afin de mieux découvrir les sentiers de la région, nous prendrons part à deux organisations bien connues des locaux. Mais avant d’enfourcher nos machines, nous ne manquerons pas d’aller visiter les belles terrasses de la station balnéaire pour y découvrir quelques belles (et bonnes !) spécialités locales.

Notre week-end commence sur les bords de la Manche. La Wissantaise, mise sur pied par un club local, en est déjà à sa 24ème édition. Avec 5 distances au programme, de 25 à 80 kilomètres, il y en a pour tous les goûts et tous les mollets. Les inscriptions se font sur place : 5 euros pour les 45 kilomètres – le prix est le même pour les plus grands parcours – cela reste raisonnable, surtout quand on vous promet un sandwich et… une bière à l’arrivée.

DSC_9187Après avoir traversé le village, nous parcourons quelques centaines de mètres sur la digue de Wissant. Le matin, les promeneurs sont encore peu nombreux, de sorte que l’on ne gêne personne. Ce sera la seule fois que nous verrons la Manche de près. Nous quittons en effet bien vite le bord de mer pour nous enfoncer lentement à l’intérieur des terres. D’emblée, nous rentrons dans le vif du sujet : le circuit, composé en toute grande majorité de chemins campagnards larges et très roulants, ne présente aucune difficulté technique. Tout au plus certaines ornières cachées par des herbes hautes méritent-elles une attention particulière.

DSC_9277

C’est sûr, pour les sensations fortes, nous irons voir ailleurs ! Mais, cela, nous le savions dès le départ…Nous avons par contre la chance de découvrir de superbes paysages, tout en couleurs, avec la plupart du temps en ligne de mire, la mer. Nous pouvons même apercevoir au loin les falaises anglo-saxonnes grâce à une météo particulièrement clémente. Joli !

DSC_9206Et si les amateurs de véritables circuits de vtt resteront immanquablement sur leur faim, les gros mollets, eux, ne regretteront pas le déplacement sur la côte française. C’est que le tracé est physique, avec quelques côtes qui piquent bien là où il le faut.

DSC_9232Le vent, par endroits violent, y est sans doute également pour quelque chose… Le premier ravitaillement est donc pris d’assaut par une horde de bikers affamés. Ce n’est pas bysance, mais l’essentiel y est.

DSC_9240Le ventre plein, nous repartons pour une seconde partie très rapide. En deux temps trois mouvements, voilà quelques kilomètres avalés très aisément. Après la traversée du petit village de Peuplingues, nous entamons déjà la dernière partie de cette Wissantaise. Nous laissons Calais derrière nous pour nous rapprocher des superbes falaises du Cap Blanc Nez.

DSC_9210Malheureusement, pas question d’aller rider sur ces hauteurs calcaires, la pratique de notre sport favoris étant en effet interdite en ces endroits environnementalement fragiles. Dommage, nous nous contenterons donc des chemins roulants situés un peu plus à l’intérieur des terres.

DSC_9265Notons tout de même que c’est ici que nous pourrons admirer les plus beaux paysages de cette Wissantaise. Et, pour notre plus grande joie, les sentiers se révèleront même plus étroits et plus sinueux, en un mot, plus ludiques.

On l’a déjà dit et, à l’arrivée, ce sentiment persiste : les amateurs de sentiers épiques auront un goût de trop peu. Mais il reste le plaisir de découvrir une région haute en couleur, pleine de charme et de chaleur humaine. Non seulement, cela change et en plus, convenez-en, cela n’a pas de prix !

DSC_9300

Vive les Marcassins !

Le lendemain, nous mettons le cap sur le petit village de Tournehem afin de participer à la Ronde des Marcassins, qui, tout comme la Wissantaise, fête sa 24ème édition ! Nous nous trouvons ici à l’intérieur des terres, à une trentaine de kilomètres de la côte. D’emblée, on comprend que l’on a affaire à une organisation “professionnelle” ! Les parkings sont nombreux et bien indiqués tout autour du village. Sur le site de départ, malgré la foule, on ne fait pas la file pour le retrait des plaques. Bref, il ne nous reste plus qu’à pédaler.

DSC_9537Vu les restrictions de l’ONF, les organisateurs ont cette année sagement décidé de limiter le nombres de parcours, et, surtout, le nombre de participants. 400 bikers pour chacune des trois distances proposées, pas un de plus ! Bien entendu, cela engendrera quelques mécontents parmi les retardataires  et autres distraits…Mais c’est malheureusement le prix à payer pour pérenniser l’organisation nordiste. A 9h, il est grand temps de s’élancer sur le plus grand des trois parcours, soit 60 bornes. Le soleil est à cet instant peu généreux, mais on nous promet du sec pour toute la journée. A défaut de grand soleil, on se contentera de cette bonne nouvelle.

DSC_9482La première partie sera bouclée à vive allure, en commun avec les petits parcours. Tout comme la veille, les chemins sont larges et ne présentent aucune difficulté technique.

DSC_9499Mais après une petite dizaine de bornes, les chanceux ayant choisi la longue distance vont bifurquer vers l’immense forêt située au sud de Tournehem. Les festivités vont enfin commencer ! A nous les singles ludiques, les racines glissantes, les descentes raides, mais aussi, les portages assassins ! Bref, toutes ces joyeusetés qui rendent le sourire au plus blasé des bikers ! Et si cette boucle est, vous l’aurez compris, très fun, elle est aussi très éprouvante pour l’organisme. De véritables montagnes russes !

DSC_9476Peu avant le premier ravitaillement, nous quittons ce merveilleux cadre naturel pour retrouver les plus petites distances. La pause tombe à point, il est plus que temps de recharger les accus. Heureusement, les tables sont bien achalandées, une nouvelle fois nous sommes impressionnés par l’organisation. Un must on vous dit !

DSC_9513Le ventre plein, nous repartons bien vite à l’assaut des beaux sentiers de la région. Malheureusement, cette deuxième moitié du parcours va nous laisser une peu sur notre faim, surtout après ce que nous venons de vivre. Les paysages sont toujours aussi superbes, mais aussi plus ouverts et moins boisés. Et si ce n’est quelques passages ludiques, les chemins vont se révéler trop larges et trop roulants à notre goût.

DSC_9526A la décharge des organisateurs, les contraintes et les interdictions d’accès imposées par les autorités publiques nous empêchent de jouir pleinement de ce cadre enchanteur. Dans ces conditions, mon fidèle Rocky Mountain Blizzard, transformé pour l’occasion en tout rigide, se révèle être l’arme idéale afin d’avaler ces kilomètres à vive allure et de prendre du plaisir avec la moindre petite difficulté.

Malgré tout, ne faisons pas la fine bouche ! Cette Ronde des Marcassins nous aura permis de redécouvrir une très belle région. Sans oublier le sens de l’accueil de nos hôtes ! A l’arrivée, c’est une nouvelle fois une bière qui nous attend, accompagnée ici de délicieux pilons de poulet généreusement offerts par un producteur local. Le tout, servi avec le sourire. Qu’on se le dise, dans le Nord, le mot convivialité prend tout son sens !

DSC_9403 Avant de regagner nos pénates, il ne nous reste plus qu’à nous délecter d’un dernier coucher de soleil sur le front de mer et à vous inviter à découvrir cette belle région, non pas tant pour se régaler en pilotage, mais pour se détendre et faire le plein tant de beaux paysages que de chaleur humaine.

Plus d’infos : La Ronde des Marcassins