BeMC 2017 :
la course à étapes made in Belgium

Sport
11 juin 2017 — Julien Delaet

La Belgique, terre de cyclisme, compte un bon nombre d’épreuves VTT marathon d’un jour (on en recense pratiquement chaque week-end entre avril et septembre)… mais finalement très peu de courses à étapes ! L’organisation du BeMC (lisez Belgium Mountainbike Challenge) a sauté sur le concept en 2012 avec la création de la première édition de cette épreuve de 3 jours et aujourd’hui labellisée UCI. Depuis, la petite ville de La Roche en Ardenne accueille chaque année des vététistes venus des quatre coins de l’Europe, en plein cœur des Ardennes Belges ! L’ancienne cité médiévale s’étend sur plusieurs méandres de l’Ourthe et propose un terrain de jeu très boisé et bien vallonné. Notre reporter Julien Delaet a vécu pour vous cette épreuve de l’intérieur. Récit.

Depuis le temps que j’entendais parler de cette fameuse épreuve à étapes qu’est le BeMC, je me devais de venir y participer au moins une fois!

Alors, lorsque Olivier Béart (à gauche, juste avant de prendre part “en touriste” à la première étape) m’a parlé de la proposition de Koenraad Vanschoren (organisateur du BeMC, à droite) de venir couvrir cet événement en tant que reporter Vojo, j’ai tout de suite sauté sur l’opportunité. Il faut en effet savoir que cette épreuve est très prisée et affiche rapidement complet dès l’ouverture des inscriptions.

Me voici donc embarqué pour trois jours de ride sur “la course à étapes la plus dure du Benelux”, le slogan officiel de l’épreuve, aux côtés des meilleurs pilotes marathon du moment. Enfin presque, car il existe deux classements bien distincts : d’un côté la catégorie UCI qui comprend tous les coureurs qui possèdent une licence “élite” et qui se battent ici pour des points en XC et, de l’autre côté, la catégorie OPEN qui comprend tous les autres coureurs. Possédant une licence Master, je me classe dans la seconde catégorie et j’ambitionne une petite place au général !

En ce vendredi matin, jour de marché, la petite ville de La Roche est en effervescence! En effet, durant les trois prochains jours, le VTT y sera mis à l’honneur ! Ces 3 étapes sont découpées tel un menu bien copieux avec en entrée, une première boucle de 87,5km et 2400m de positif nous baladant jusque Tenneville.

Il est 11h, la meute est lâchée dans un “mur” long de 3km, ce qui permet d’étirer le peloton. Cette première ascension de 250m de positif qui nous emmène droit vers le parc à Gibier de La Roche fait déjà bien mal dans les guiboles ! Frans Claes, champion de Belgique de marathon, tire le peloton, où on retrouve également des gars comme Tiago Ferreira, actuel champion du Monde de marathon, ou encore le jeune prodige Mathieu van der Poel.

Une fois passés les 17 premiers kilomètres bien costauds, avec pas moins de 600m d’ascension, nous profitons d’un peu de répit. Nous rejoignons Wyompont et son ravitaillement via de larges pistes forestières.

La partie la plus facile du parcours est derrière nous ! C’est dingue de se dire cela alors que les jambes sont déjà bien entamées. La suite du trajet s’apparente à une succession de côtes raides et de descentes techniques entrecoupés par quelques passages à gué.

Nous retrouvons quelques sections bien exposées au vent, avant de déguster les 7 derniers kilomètres du tracés… et puis, bam, à nouveau 250m à grimper dans les sapinières, ce qui me fait définitivement exploser.

A l’image du champion du monde XCM Tiago Ferreira, je termine cette première étape bien rincé mais content de rejoindre les jardins de l’hôtel Floréal qui accueillera désormais chaque départ et arrivée d’étape (ce qui est bien pratique).

Le samedi est consacré à l’étape reine, le plat de résistance de ce BeMC 2017. Qui dit “queen stage” dit aussi gros D+ et distance conséquente… C’est donc pas moins de 100km et 3200m de dénivelé qui nous attendent aujourd’hui.

Direction un haut lieu du VTT Belge, j’ai nommé Houffalize et son célébrissime circuit de XC, sur lequel nous ferons une petite incursion à mi-parcours. Pour nous y emmener, le tracé ne nous épargne guère avec à nouveau une succession de montagnes russes et de passages techniques en tous genres, même si l’ensemble du parcours est plus pour les grosses cuisses que les amateurs de pilotage.

Néanmoins, de toute évidence, nous profitons d’un tracé 100% boisé et 100% plaisir au cœur des Ardennes.

Certains passages demandent la plus grande attention, comme ici lorsque s’entremêlent les racines et les plaques de schiste.

Sur le retour de Houffalize, nous profitions d’une traversée de l’Ourthe pour refroidir le moteur qui commence à surchauffer. A ce moment je viens tout juste de lâcher mes compagnons de route mais il faut encore gérer car les 20 derniers kilomètres comportent pas moins de 5 côtes et 800m de D+ à gravir.

La fin est proche… Encore quelques efforts pour se hisser au sommet de la piste de DH de Maboge, qui nous offre LA plus belle descente de la journée. Quel pied ! En bas, il nous reste une dernière formalité avant de passer la ligne d’arrivée et profiter du ravitaillement 3 étoiles.

Pour terminer un bon repas, rien de tel qu’un bon dessert ! C’est exactement ce que l’on nous propose en ce dimanche matin avec une dernière “petite” étape de 75km et 2550m de D+, répartis sur deux boucles comportant chacune quelques parties communes. Allé hop, full gaz pour la dernière…

Je vous préviens tout de suite, ce n’est pas parce que c’est la dernière que l’allure est plus tranquille… bien au contraire! J’en ai même payé les frais sur la fin de la première côte. Bye-bye petit groupe, et pourtant ce n’est pas faute d’avoir essayé de l’accrocher (oui, c’est bien moi que vous voyez là en danseuse à la fin du peloton) !

Côté parcours, encore une fois, le tracé est très physique mais je le trouve néanmoins hyper plaisant à rouler. Les deux boucles de 37km tracées côté Nord-Est de La Roche exploitent à merveille tous les plus beaux singles du coin, avec en prime un double passage dans le fameux mur de Borzée. Cette côte répertoriée, offrant un pourcentage moyen de 23% avec un passage à 30% sur environ 60m, aura fait souffrir quelques concurrents.

Enfin, l’énorme coup de cœur de la journée est sans aucun doute cette superbe descente venant du parc à gibier et nous offrant l’un des plus beaux points de vue que l’on puisse avoir sur la vallée de l’Ourthe.


Voilà donc une édition 2017 qui aura tenu toutes ses promesses, avec un tracé éprouvant, pas hyper technique mais amusant et qui aura rencontré les faveurs de la plupart des participants. Ajoutez à cela une organisation bien rodée et voilà qui clôture un superbe week-end de course !

Lien utile : www.bemc.be