305 000 m de dénivelé en 200 jours : le défi de Ben Hildred

Nature
21 août 2021 — Léo Kervran

1 million de pieds de dénivelé, soit près de 305 000 m, en seulement 200 jours ? C’est le défi insensé qu’a terminé l’Anglais Ben Hildred en juillet dernier. Grâce à ses partenaires Santa Cruz et Sram, voici quelques images de cette aventure :

Né à Lincoln, en Angleterre, Ben (au centre) vit maintenant à Queenstown, en Nouvelle-Zélande, où il travaille pour le magasin Vertigo Bikes. Ces dernières années, il s’est taillé un joli palmarès dans les défis de dénivelé extrême, à tel point qu’on pourrait parler de lui comme d’un habitué de ce genre de projet. Après l’équivalent de l’Everest en 2019 (8 848 m en 19 h), il a enchaîné en quelques mois la stratosphère (55 000 m en 30 jours) et le Mont Olympe, la plus haute montagne connue du système solaire (21 635 m en 3 jours) en 2020.

A ce stade, l’objectif du million de pieds (304 800 m) de dénivelé positif a commencé à faire son chemin dans sa tête, comme il le confie à ses partenaires Sram et Santa Cruz : “C’était dans un coin de ma tête, ce tableau de chasse un peu absurde n’était pas complet sans ça. Je sais que quelques personnes l’ont fait dans le passé et l’ont réussi, en un an [Mark Weir en 2005, Margaux Elliot en 2020]. Le million c’est quelque chose de différent des autres défis, il demande plus, plus longtemps, beaucoup de temps, de la constance dans le pilotage et une bonne santé, de la concentration, de la planification et de l’engagement.”

304 800 m de dénivelé étalés sur un an, cela correspond à grimper 835 m chaque jour de l’année, du 1er janvier au 31 décembre. Vous ne visualisez pas ? C’est 2,5 fois la hauteur de la Tour Eiffel,  6,5 fois le mur de Huy, 167 girafes empilées les unes sur les autres… Vous voyez l’idée.

Cependant, Ben a bien vite décidé de corser un peu les choses. L’objectif était d’atteindre le million en un an mais, voyant qu’il était en avance sur ses objectif au début du projet, il a ensuite basculé sur le défi de terminer le plus rapidement possible.

Après un mois de juin bien rempli (65 712 m de dénivelé, plus de 2000 m par jour), il a ainsi décidé de viser la barre symbolique des 200 jours.

Il atteindra finalement le million de pied (et même un peu au-delà, puisqu’il s’est arrêté à 1 001 161, soit 305 154 m) le 19 juillet, soit… exactement le 200e jour de cette année.

305 154 m, c’est presque 865 fois le dénivelé de la route qui grimpe au sommet du Queenstown Bikepark depuis Vertigo Bikes. C’est sur cette route d’accès que Ben a réalisé l’essentiel de son projet, en redescendant ensuite par les pistes du bikepark. Sur le seul mois de juin, il l’aura ainsi montée pas moins de 116 fois ! Toutefois, et peut-être pour préserver sa santé mentale, quelques “excursions” à l’extérieur de Queenstown venaient de temps à autre amener un peu de variété dans ses sorties.

En début d’année, lorsqu’il faisait encore beau et chaud, il s’est ainsi aventuré sur la Old Ghost Road, une vieille route minière réhabilitée pour les randonneurs et les vététistes au nord de l’île du Sud. Ses crampons ont également visité les pentes et les forêts de Craigieburn, au centre de l’île.

Le tout sans s’arrêter de travailler. Comme mentionné plus haut, Ben travaille à Vertigo Bikes et loue des vélos ou des skis suivant la saison. En début de projet, en plein été, son réveil sonnait à 5h du matin pour lui laisser le temps d’avaler un peu de dénivelé avant la journée de travail tandis que sur les dernières semaines, en plein hiver, il profitait des horaires fractionnés et de son temps libre en milieu de journée pour faire avancer le défi sans rouler trop longtemps de nuit.

Pas un jour de repos, même dans les pires conditions en plein hiver, même pour soigner une hémorragie à l’œil contractée début janvier et qui l’obligeait à faire 7h de route aller-retour une fois par mois pour recevoir des injections dans le globe oculaire : “[Tous] les autres aspects de la vie étaient mis en veilleuse pendant que je roulais autant que le temps le permettait. Au fur et à mesure que le temps passait, ça devenait encore plus dévorant. Je me demande à quel point l’effort aurait été différent si ma moyenne quotidienne avait été constante sur les 200 jours depuis le début.”

Avec autant de kilomètres et de dénivelé dans de mauvaises conditions, le matériel a également été mis à rude épreuve. Cependant, Ben n’a jamais eu à se plaindre d’un quelconque gros problème technique tout au long du défi, que ce soit sur le Santa Cruz Hightower qu’il a majoritairement utilisé ou sur le Tallboy qui l’a accompagné sur quelques sorties un peu moins exigeantes que les traces du Queestown Bikepark. Un joliChance ou entretien méticuleux ? Sûrement un peu des deux.

Un défi hors-norme, pour lequel on peine à comprendre les motivations de Ben. En ce qui le concerne, l’homme se définit simplement comme un “descendeur qui adore grimper”. Il rappelle cependant que “il n’y a eu que le mois de décembre entre le défi Mont Olympe et le début du million. Je me sens conditionné à ces longues journées maintenant, ou peut-être que je n’ai pas récupéré correctement pendant un certain temps, donc c’est la nouvelle norme ?”

“[Je voulais] savoir où sont les limites, jusqu’où on peut s’en approcher et ce qui se passe si on les dépasse, jusqu’où on peut aller se perdre. Comprendre les capacités et les limites physiques et mentales, voir avec combien de balles on peut jongler en même temps, pour moi – un travail à plein temps, un programme de vélo digne d’un athlète professionnel ou d’un obsessionnel complet et un soupçon de vie régulière pour en avoir toute la saveur.”

Malgré tout, c’était difficile de ne pas avoir l’option d’un jour plus facile, ou d’un jour de repos quand c’était vraiment catastrophique dehors. Certains jours je finissais et mes mains étaient trop froides pour défaire mes chaussures ou les clips de mon casque. Comme j’étais de toute façon trempé, je me tenais sous la douche en tenue complète et j’attendais de m’être réchauffé pour enlever mes chaussures.”

La suite ? Rien de prévu pour l’instant… Mais Ben n’a pas encore posé le vélo un seul jour depuis la fin du défi, continuant à rouler chaque jour comme il en a pris l’habitude.

Quelques chiffres, pour résumer l’aventure :

  • 200 jours (du 1er janvier au 19 juillet)
  • 607 heures et 10 minutes de temps total de déplacement.
  • 276 sorties à vélo, 6 887 km parcours
  • 305 154 m de dénivelé au total (1 001 161 pieds)
  • Semaine la plus importante : du 5 au 11 juillet avec 21 394 mètres de dénivelé, 36 heures et 42 minutes de vélo.
  • Mois le plus important : juin avec 65 712 m de dénivelé et 1 152 km

L’histoire complète racontée par Sram (en anglais) : Forced Habits

L’interview donnée à Santa Cruz (en anglais) : Ben Hildred: 1 Million Feet in 200 Days

Photos Callum Wood