1re ePass’Portes :le nouveau tracé qui fait du jus

Nature
27 juin 2017 — Elodie Lantelme

La randonnée ePass’Portes comptait parmi les nouveautés phares de cette 14e Pass’Portes. Un parcours spécifique de 50 km environ, adapté aux e-bikes, né du jus de cerveau de l’organisation des Portes du Soleil autant que de l’envie du motoriste Bosch eBike Systems de bénéficier de plus de visibilité auprès du grand public. Nous l’avons testé, et rien que pour le col de Cou… ça vaut le coup !
Au col de Cou, à 1920 m d’altitude, les chocards à bec jaune posent leur ventre sur l’air. Ils jouent dans les vents qui balaient fort ce passage, au bout du bout du domaine des Portes du Soleil, à la frontière franco-suisse. L’endroit est, dit-on, un haut lieu de la migration ornithologique à travers l’Europe. C’est aussi là, face aux dents du Midi, que de drôles d’oiseaux accueillent les concurrents de cette première ePass’Portes pour un ravitaillement singulier.

Douanier en retraite, Michel Chezeau a gardé ce point frontière au-dessus de Champéry de 1978 à 2005 : « On n’était pas trop bousculés côté contrebande ; à part un peu l’hiver, mais sinon, c’était calme. » Bien des années plus tôt, pourtant, la place était stratégique. On y passait illégalement sucre, beurre, montres, papier à cigarette, tabac, mais aussi juifs ou résistants, armes et munitions pour la Résistance, pendant la Seconde Guerre mondiale.

Aujourd’hui, Michel passe plutôt les barres chocolatées au riz soufflé aux e-bikers. Avec sa joyeuse bande de copains, tous montagnards aguerris, ce finisher de la Pierra Menta offre une raclette mémorable à ceux qui parviennent à son refuge après s’être avalé le plus beau morceau du parcours spécialement créé pour les VTTAE sur cette édition 2017 : les quelque 250 mètres de dénivelé positif depuis la ferme d’alpage Lapisa. D’où vient le fromage qu’un coup de lame fait glisser sur les pommes de terre. Enfin… sur LA pomme de terre.

« Vous, les Français, vous mangez toujours une quantité de patates avec le fromage ! On dirait que vous avez peur d’avoir faim, s’amuse notre hôte. Mais nous, ce qu’on aime, c’est le fromage ! » Ce qu’on aime surtout, c’est cette ascension d’un peu plus d’un kilomètre au milieu des rhododendrons, ponctuée de deux pierriers légèrement plus techniques, que seul le tracé de 50 km réservé aux vélos électriques empruntait.

Un petit morceau de bravoure physique pour les moins aguerris, mais rien de méchant, conformément au cahier des charges de cette première ePass’Portes.

« Nous voulons que ça reste ludique et malgré tout accessible au grand public », précise Guillaume Heinrich, responsable marketing Bosch eBike Systems. Le motoriste allemand, qui co-organise l’ePass’Portes, a signé un partenariat de 3 ans avec les Portes du Soleil afin de continuer à développer l’offre électrique du domaine.

Celui-ci ajoutera donc à ses 34 circuits VTTAE 3 parcours “Uphill Flow”. Ce concept de piste promu par Bosch, déjà ouvert et testé à Riva Del Garda, en Italie, au printemps, intègre la montée comme un élément amusant du tracé e-bike. En gros, on se fait plaisir à la montée avant de se régaler à la descente sur une piste d’environ 5 kilomètres, qui devra être accessible aux familles et débutants.Les coups de pelle du premier Uphill Flow des Portes du Soleil ont été donnés aux Gets, dans la vallée d’Aulps. Deux autres seront construits d’ici à 2019, en vallée d’Abondance et sur le secteur suisse.

 

C’est aussi des Gets que s’élançait cette ePass’Portes. Et si la prise du télésiège des Chavannes était possible, nous avons préféré profiter de l’avantage permis par l’assistance électrique.

L’occasion d’éviter la queue à la remontée mécanique et de rejoindre à la pédale les magnifiques crêtes de Zore, prises dans les nuages lors de notre passage.

Le tracé, assez roulant (trop, d’ailleurs, à notre avis, car nous sommes persuadés que les larges pistes carrossables, qui abondent sur le parcours de la Pass’Portes en général, sont bien plus accidentogènes que les sentiers techniques, où la vitesse est moindre) et peu technique dans l’ensemble, laisse le temps d’apprécier le paysage.

Au sommet du télésiège des Mossettes, une petite incartade sur la crête technique qui le surplombe délivre une vue imprenable sur les dents du Midi. On respire, et on bascule dans les alpages côté suisse.

La piste déroule jusqu’au pied du col de Cou, donc, à un peu plus de mi-parcours. Il nous reste trois bonnes bûchettes. Nous n’y sommes pas allés à l’économie,  restant sur le mode eMTB de notre Overvolt. Mais c’est justement ça, le jeu, ma pôv’Lucette !

« Nous ne souhaitions pas que les gens aient à gérer leur batterie ou à rouler en Éco pour finir le tour, indique Guillaume. Comme il ne compte que 800 m environ de positif, qu’il y a des remontées mécaniques si besoin, le parcours tient en mode eMTB ou en Trail, avec des recours au mode Turbo dans les passages les plus raides au cas où. »Le parc de location électrique des Portes du Soleil est important : plus de 200 VTTAE sont disponibles et les représentants du domaine ne voient pas la tendance baisser, au contraire. Aussi, dans les trois années à venir, Guillaume Heinrich aimerait ouvrir davantage de sentiers et de traces ludiques à la montée, terrain de jeu favori des e-bikes. L’offre spécifique se structure et va permettre à l’ensemble des pistes de s’étoffer. Il pousse pour ça.

Douze stations minimum de recharge pour e-bike (1 dans chaque village des Portes du Soleil) laissent aux eVTTistes la possibilité de requinquer leur batterie (à condition que ce soit une Bosch, forcément, sinon, il vous faut prendre votre chargeur dans le sac) pour arpenter à l’envi les 300 km de parcours balisés “e-bikes”.

Sur l’ePass’Portes, une de ces stations se trouvait au col de Cou. Ça réjouit Michel, cette électrisation des sentiers : « Avant, les gamins du pays ne faisaient pas de vélo, on ne les voyait jamais ici, ils ne montaient pas jusqu’à nous. Maintenant, c’est courant. » Ils pourront écouter avec attention les récits de ce douanier pas comme les autres, qui a boosté de ses histoires de contrebande cette première “e-édition”.

Retrouvez ici le détail du parcours ePass’Portes.