Après notre dossier consacré aux semi-rigides, voici les vélos full-suspendus utilisés par quelques-uns des meilleurs athlètes en Coupe du Monde. A l’occasion des premières manches de la saison 2015, nous sommes allés à leur rencontre afin de discuter avec eux de leur montage, de leurs choix, des nouvelles pièces qu’ils utilisent, et peser leur monture avec notre balance ! Au menu de cette deuxième partie, les vélos de Nino Schurter, Jaroslav Kulhavy, José-Antonio Hermida, Manuel Fumic et Catharine Pendrel.

Nino Schurter – Scott Spark 700 Team – 9,460kg

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Scott_Spark_700_Nino_Schurter_Copyright_OBeart_VojoMag-1-2Pour commencer ce dossier, honneur au numéro 2 Mondial, Nino Schurter. Grand adepte du full suspendu, Nino Schurter roule très régulièrement sur son Scott Spark 700. Ce dernier chiffre indique qu’il s’agit de la version 27,5”. En effet, compte tenu de sa taille (173cm) et de sa morphologie, le champion suisse n’est jamais parvenu à se sentir bien sur un 29”, même s’il a aussi testé cette option il y a quelques années.

3-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Scott_Spark_700_Nino_Schurter_Copyright_OBeart_VojoMag-1Outre leur diamètre, les roues de Nino Schurter ont une autre particularité : elles sont équipées de boyaux. Un choix qui a, un temps, été à la mode, mais qui semble en net recul cette saison. Schurter reste cependant un adepte et il apprécie particulièrement le comportement qu’ils offrent, permettant de rouler à basse pression (il roule le plus souvent à 1,4 bar) et d’offrir un grip difficilement égalable, notamment sur les racines. Mais il faut aussi adapter son pilotage car ils peuvent offrir des sensations de flou à ceux qui n’y sont pas habitués. Les modèles utilisés sont des Dugast Rhino XL en 50mm de large. Rien d’étonnant à ce que Nino utilise cette marque mythique, puisque son propriétaire, le très sympathique Richard Nieuwhuis, est mécano pour l’équipe ! Les jantes sont des DT Swiss XRC 1250 spécifiques pour boyaux et disponibles à la vente, même si leur diffusion est confidentielle.

6-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Scott_Spark_700_Nino_Schurter_Copyright_OBeart_VojoMag-1Outre les roues, Nino Schurter est également sponsorisé par DT Swiss pour les suspensions. Son vélo est équipé du modèle OPM 100 LTD Team Edition, dont seulement 300 ont été mises en vente au printemps par la marque. Cette version spéciale est dotée d’un ensemble té-pivot en carbone dont les fibres sont mises en place par une machine, ce qui permet d’améliorer la précision et de réduire les marges de sécurité, donc le poids. Les fourreaux restent en magnesium, d’une seule pièce. Nous avons eu l’occasion de peser une fourche de réserve à 1453g avec axe QR15, mais sans blocage au guidon.

5-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Scott_Spark_700_Nino_Schurter_Copyright_OBeart_VojoMag-1L’intérieur cache aussi une nouvelle cartouche fermée baptisée O.D.L. pour Open, Drive et Lock, soit trois positions similaires à ce qui se trouve chez Fox. La compression est réglable sur le haut de la fourche. De nouveaux joints fabriqués par SKF apparaissent également, sans les habituelles petites bagues-ressorts de maintien, ce qui permet d’améliorer la fluidité.

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Scott_Spark_700_Nino_Schurter_Copyright_OBeart_VojoMag-1L’amortisseur DT X313 ne change pas extérieurement, mais il est doté d’un intérieur complètement revu qui est encore tenu secret. La commande au guidon permet de bloquer les deux suspensions simultanément.

4-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Scott_Spark_700_Nino_Schurter_Copyright_OBeart_VojoMag-1Au niveau des composants, Nino Schurter est équipé en Ritchey WCS Team Edition. Il utilise la selle Vector Evo dotée d’un seul rail central, avec une tige de selle dotée du chariot “Link” adapté. Sa potence est une C260 en -17° d’angle et 100mm de longueur. Le cintre plat est en version +/- 5mm qui, comme son nom l’indique, permet de rehausser ou d’abaisser encore légèrement le poste de pilotage. Sur son Scott Spark, Schurter le monte en position négative.

2-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Scott_Spark_700_Nino_Schurter_Copyright_OBeart_VojoMag-1Les pédales sont également signées Ritchey, avec de toutes nouvelles V7 encore à l’état de prototype. Elles offrent une surface de contact beaucoup plus large que le modèle actuellement au catalogue, toujours avec une interface de type Shimano SPD. Au niveau de la transmission Nino Schurter est en Sram XX1 avec un plateau de 36 dents à l’avant, ainsi qu’un petit anti-déraillement Scott qui vient renforcer l’action des dents Narrow-Wide.


José-Antonio Hermida – Merida 96 Team – 9,890kg (avec bidon !)

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Merida_96_Team_Jose_Hermida_Copyright_OBeart_VojoMag-1José-Antonio Hermida a beau être un des “anciens” du plateau de la Coupe du Monde VTT, il s’est presque totalement converti au full suspendu avec son tout nouveau Merida 96 Team, dont vous avez pu lire notre présentation détaillée, ainsi que notre premier essai lorsqu’il a été dévoilé en marge de la Coupe du Monde d’Albstadt. Juste avant, nous avions aussi eu l’occasion de vous montrer le prototype surpris dans les stands à Nove Mesto. Preuve de sa conversion, Hermida a utilisé son nouveau Ninety-Six même à Albstadt, dont le parcours pousse la plupart des pilotes à s’orienter vers leur semi-rigide. Gunn-Rita Dahle par contre reste plus fidèle au hardtail de la marque, le Big Nine.

2-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Merida_96_Team_Jose_Hermida_Copyright_OBeart_VojoMag-1-2Par contre, José-Antonio Hermida se la joue plus “à l’ancienne” au niveau de son poste de pilotage avec des cornes, ainsi qu’une commande Sram GripShift pour sa transmission XX1. Les composants sont de très légers Procraft, la marque d’accessoires de Merida, ici équipés de vis titane. On remarque que, comme plusieurs de ses collègues, l’Espagnol retire le cache supérieur de son jeu de direction pour abaisser au maximum son poste de pilotage. Dernier détail : le bouchon de potence est un rare Absolute Black dont la particularité est que la vis et le top cap ne font qu’un. Son poids n’est que de 4g !

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Merida_96_Team_Jose_Hermida_Copyright_OBeart_VojoMag-1Au niveau des développements, José-Antonio Hermida ne pousse pas spécialement gros sur son Merida 96 Team en 29” : 34 dents tout de même ! Comme Julien Absalon, il est un adepte des pédales Time.

1-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Merida_96_Team_Jose_Hermida_Copyright_OBeart_VojoMag-1-2A l’avant, on retrouve une fourche RockShox RS-1, à propos de laquelle le pilote ne tarit pas d’éloges : “la sensibilité sur les petits chocs et la maîtrise dans les enchaînements type pierriers est vraiment bluffante”, nous dit-il. Contrairement au Ninety-Six Team de série que nous avons testé lors de la présentation, il reçoit des roues Fulcrum carbone qui ne sont pas encore au catalogue de la marque italienne, filiale de Campagnolo. L’avant est un montage custom sur base d’un moyeu Sram, puisque Fulcrum ne produit pas (encore ?) de moyeu “Predictive Steering” compatible avec la fourche RS-1. Peut-être en saurons-nous plus lors du prochain salon Eurobike, mais les pilotes du team roulent depuis longtemps avec ces roues, sans qu’aucune sortie publique ne soit annoncée. Pour revenir aux suspensions, l’amortisseur arrière est un RockShox Monarch XX dont le blocage au guidon X-Loc est conjoint à celui de la fourche.

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Merida_96_Team_Jose_Hermida_Copyright_OBeart_VojoMag-2Le résultat vérifié par mister Hermida “himself” sur la balance Vojo, le voici ! Mais, eh, José, tu as oublié le bidon ! “Ce n’est pas grave”, nous dit-il dans un excellent français teinté d’un délicieux accent. “Je ne roule jamais sans, il fait partie du vélo, c’est normal qu’on le pèse avec, non ?” C’est vrai qu’on peut difficilement lui donner tort et on ne pourra pas lui reprocher de chercher à diminuer artificiellement le poids de son vélo ! Afin de pouvoir comparer avec les autres, nous l’avons aussi pesé sans et le résultat est de 9,680kg, soit presque le même poids que le Scott Spark de Nino Schurter.


Jaroslav Kulhavy – Specialized Epic S-Works World Cup – 10,380kg

1-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Specialized_Epic_Jaroslav_Kulhavy_Copyright_OBeart_VojoMag-1Harcelé par ses fans et très concentré sur la course lors de “sa” Coupe du Monde de Nove Mesto, où nous l’avons rencontré, le Tchèque a néanmoins accepté de prendre la pause avec son vélo et de nous laisser le photographier… à côté de sa nouvelle voiture de fonction, une belle Maserati Ghibli prêtée par l’importateur tchèque de la marque au Trident.

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Specialized_Epic_Jaroslav_Kulhavy_Copyright_OBeart_VojoMag-1Venons-en au vélo, déjà deux fois vainqueur en trois manches cette saison (Nove-Mesto et Lenzerheide) ! Il s’agit d’un Specialized Epic S-Works World Cup, dont les composants sont très proches du modèle de série (que nous avons testé récemment en version Expert World Cup). Pour rappel, la version WC de l’Epic est prévue uniquement pour montage mono-plateau et elle dispose de bases plus courtes, d’un débattement légèrement réduit, ainsi que d’une géométrie plus agressive.

2-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Specialized_Epic_Jaroslav_Kulhavy_Copyright_OBeart_VojoMag-1On trouve la fameuse suspension Brain dont le blocage automatique est également présent sur la fourche RockShox RS-1. Le débattement de la fourche est réduit à 90mm sur ce modèle et le blocage rapide Maxle est remplacé par un axe à visser Carbon Ti sur le vélo du champion Olympique.

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Specialized_Epic_Jaroslav_Kulhavy_Copyright_OBeart_VojoMag-1-2Le pédalier est un Specialized S-Works en carbone monté avec un plateau de 36 dents, ce qui est inhabituel chez les coureurs qui roulent en 29”. Il arrive même à Kulhavy de rouler en 38 dents sur certains parcours. C’est sûr, le gaillard est puissant ! Sur notre photo, Kulhavy ne disposait pas encore d’un anti-déraillement, mais après les entraînements, son mécano a monté un modèle minimaliste afin de ne prendre aucun risque pour la course. Comme l’Epic World Cup ne dispose d’aucune fixation pour un dérailleur, ni de patte type ISCG, il s’agit d’un modèle custom qui se fixe sur le pivot principal de la suspension arrière. Les pédales sont des Shimano XTR.

3-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Specialized_Epic_Jaroslav_Kulhavy_Copyright_OBeart_VojoMag-1Jaroslav Kulhavy n’est pas que puissant, il est grand : 1,87m. Et il a une position tout à fait atypique sur le vélo avec notamment sa fameuse selle très plongeante. Elle l’empêche d’utiliser la tige de selle Specialized d’origine, qui est remplacée par une Truvativ carbone avec recul. Sa selle est une Specialized Phenom. La potence est également une Specialized S-Works, de route cette fois, en -17°, équipée d’une bague excentrique qui permet d’aller jusque -21°. Comme si cela ne suffisait pas, Kulhavy retire encore le cache de son jeu de direction et son cintre est légèrement orienté vers le bas !

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Specialized_Epic_Jaroslav_Kulhavy_Copyright_OBeart_VojoMag-1-3On remarque aussi que Kulhavy utilise les freins Sram Guide Ultimate 4 pistons, dont il préfère la puissance par rapport aux XX utilisés par beaucoup de ses confrères. Les  disques sont néanmoins des 160mm tant à l’avant qu’à l’arrière. Les roues sont des Roval Controle SL identiques aux modèles de série, avec des pneus Specialized Fast Track S-Works en 29×2.0” dont le marquage sur les flancs, ainsi qu’un petit “S” dessiné à la craie laissent penser qu’ils disposent d’une gomme souple spéciale. Une info que les mécaniciens ont cependant refusé de confirmer.


Manuel Fumic – Cannondale Scalpel Team – 10,620kg

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Cannondale_Scalpel_Manuel_Fumic_Copyright_OBeart_VojoMag-1Si son coéquipier Marco Fontana est un inconditionnel du semi-rigide F-Si, Manuel Fumic roule beaucoup plus régulièrement sur le Cannondale Scalpel full suspendu. Le modèle Team sur lequel il roule est quasiment identique à celui disponible à la vente, notamment au niveau de la fameuse fourche Headshock Lefty, ou encore des roues carbone Enve M50. C’est aussi un des plus lourds du plateau, avec 10,620kg.

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Cannondale_Scalpel_Manuel_Fumic_Copyright_OBeart_VojoMag-1-2Seule entorse au modèle de série, la potence Leonardi Factory permet à Manuel Fumic d’adopter une position plus en avant qu’avec la potence Cannondale d’origine pour la Lefty. Il s’agit ici d’une version 100mm de long et -25° d’angle. Le modèle fabriqué par le petit artisan italo-espagnol, spécialiste des pièces Cannondale et Lefty, intègre également le pivot de la fourche et son look très particulier la rend particulièrement reconnaissable. Par contre, elle n’est pas plus légère que le modèle d’origine. Notez aussi que le mécano place un petit mousse au centre pour éviter toute projection à travers le trou. On n’est jamais trop prudent. Idem pour le GPS placé à côté de la potence, dont la fixation Garmin est renforcée par un élastique afin de ne pas perdre le précieux accessoire.

1-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Cannondale_Scalpel_Manuel_Fumic_Copyright_OBeart_VojoMag-1Manuel Fumic roule avec le très léger pédalier Cannondale Hollowgram Si-Sl2 équipé d’une étoile compatible avec les plateaux Sram XX1. Il utilise un 34 dents, qui est le choix de la plupart des coureurs en 29”. Un petit anti-déraillement maison vient sécuriser le tout. A l’arrière de la manivelle gauche, on retrouve un capteur de puissance Stage.

2-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Cannondale_Scalpel_Manuel_Fumic_Copyright_OBeart_VojoMag-1Dernier détail, la selle Prologo Nago Evo X8 est équipée d’un revêtement anti-dérapant “CPC” qui agit comme les ventouses des tentacules d’une pieuvre pour éviter au pilote de glisser et permettre, d’après la marque, un meilleur transfert de la puissance, plus d’absorption des vibrations et une meilleure circulation de l’air. Nous n’avons pas testé pour confirmer… mais pour accrocher le vélo sur la balance, cette selle fait merveille !


Catharine Pendrel – Orbea Oiz – 10,610g

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Catharine_Pendrel°Orbea_Oiz_Copyright_OBeart_VojoMag-1Catharine Pendrel est la seule pilote de nos deux dossiers que nous n’avons pas réussi à croiser dans les stands. Nous avons néanmoins pu discuter avec son mécano et examiner le vélo de la championne du Monde en titre, membre du team Luna. Il s’agit d’un Orbea Oiz, très proche de celui que nous avons testé récemment, mais ici équipé en roues de 27,5”, un format qui reste populaire chez les Dames.

1-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Cannondale_Scalpel_Manuel_Fumic_Copyright_OBeart_VojoMag-1-2Monté en full XTR, y compris les roues, c’est un des plus lourds du plateau (seulement 10g de moins que le 29” de Manuel Fumic), même s’il reste évidemment très léger. Le vélo est équipé du groupe en version Di2, ainsi que des suspensions Fox iCTD avec blocage électronique, géré par la même centrale que le groupe Shimano. La déco de la fourche Fox F32 Fit4 est spécifique et rend hommage au maillot arc-en-ciel de la Canadienne.

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Catharine_Pendrel°Orbea_Oiz_Copyright_OBeart_VojoMag-1-2Le cadre est prêt à recevoir un dérailleur avant Shimano Side-Swing, avec une sortie de câble sur la partie haute du tube diagonal, mais comme Catharine Pendrel roule en mono-plateau, le mécanicien en profite pour faire passer les câbles Shimano Di2 : le premier part vers le dérailleur arrière et le second, vers le haut, vers la batterie qui est située dans la tige de selle Pro Tharsis spécifiquement prévue pour cet usage (voir notre dossier sur le groupe XTR Di2 pour plus d’infos). La Championne du Monde a choisi de rouler en mono, avec un plateau de 32 dents. En cas de montage en 1×11, Shimano recommande l’usage d’un anti-déraillement d’office. Il s’agit ici d’un E13 XCX avec patte High-Directmount.

2-World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Cannondale_Scalpel_Manuel_Fumic_Copyright_OBeart_VojoMag-1-2Catharine Pendrel est sponsorisée par Maxxis, et elle est une adepte des pneus très roulants. Les “Pace” sont une version plus roulante et plus légère des Maxxis Ikon, avec des crampons plus petits, plus bas et plus nombreux. Leur section est fine : 2.1.


Mais aussi…

World_Cup_MTB_Pro_Bike_Check_Emily_Batty_Trek_Top_Fuel_Copyright_OBeart_VojoMag-1Nous aurions également aimé vous présenter en détails d’autres machines, comme le Trek Top Fuel d’Emily Batty, ou encore le nouveau Stockli de Jolanda Neff, mais ceux-ci étant encore à l’état de prototypes lorsque nous les avons vus et le team ne nous ayant pas autorisé à les photographier sous toutes les coutures, il nous faudra attendre encore un peu. Mais nous ne manquerons pas de compléter ce dossier dès que nous en aurons l’occasion !

D’ici là, n’hésitez pas à aller voir ou revoir notre dossier consacré aux semi-rigides des meilleurs pilotes mondiaux: http://www.vojomag.com/xc-world-cup-bikes-partie-1-les-semi-rigides-neff-absalon-marotte

Pour voir ces machines en action, rendez-vous dans nos différents portfolios et articles consacrés aux Coupes du Monde : Nove Mesto – Albstadt et Lenzerheide. Rendez-vous également ce week-end et le week-end prochain sur Vojo pour vivre les Coupes du Monde de Mont-St-Anne et Windham comme si vous y étiez !