Prise en main | Scott Genius 700 tuned 2018

Tech
16 juin 2017 — Paul Humbert

Après des années de bons et loyaux services, le Scott Genius laisse sa place à un tout nouveau vélo. Le Genius 2018 hérite son architecture du Spark, voit sa géométrie modernisée et laisse officiellement la place aux grandes roues de 29 comme aux plus larges en 27,5+. Nous avons découvert la bête à Aoste en Italie. Voici la présentation complète et notre premier ressenti après quelques heures à son guidon : 

Le Scott Genius précédent était en place depuis déjà plusieurs saisons (il est apparu au millésime 2013), sa version LT (long travel) l’avait rejoint, et à eux deux ils tenaient le segment « all-mountain » et « enduro » de la vaste gamme Scott. Cette dernière a présenté l’année passée sa nouvelle machine de cross-country tout suspendu, le Spark, équipée d’une toute nouvelle géométrie et d’une suspension d’un nouveau type. Déclinée ensuite sur un petit vélo orienté « fun », le Spark Plus, on se doutait qu’elle rejoindrait le futur Genius 2018.

En arrivant face au Genius 2018, on retrouve avec plaisir les lignes et la suspension de son petit frère. On découvre également qu’il est possible d’utiliser deux tailles de roues: 27,5 Plus ou 29 pouces pour un même débattement de 150mm.

Nous sommes également interpellés par l’ensemble « cintre/potence » en carbone qui équipe la machine en donnant au poste de pilotage un look très particulier.

Le nouveau Genius se veut être la polyvalence incarnée. Cette mouture 2018 du Scott Genius est annoncée comme le « trail-bike » à tout faire. Scott s’attaque d’entrée de jeu à la question des tailles de roues. Après l’avoir installé, la marque préfère qu’on arrête de parler du « 27,5 Plus », elle préfère qu’on se contente de « 27,5 » car pour elle, ce format ne s’entend qu’avec des pneus de section 2.5 à 2.8, du moins dans ce segment. Le Genius 2018 est donc compatible avec ce que la marque appelait du « Plus » jusqu’en 2017 mais il peut également accueillir des roues de 29 pouces. Pour ces dernières, Scott conseille une section allant de 2.4 à 2.6. Pour Scott, le « sweet spot » est constitué par une largeur de pneu comprise entre 62 et 65mm.

Pour basculer entre les deux tailles de roues, il est uniquement nécessaire d’inverser un « flip chip », une petite pièce positionnée au niveau de l’ancrage haut de l’amortisseur. Nous l’avons fait nous mêmes et la manoeuvre ne demande pas plus de quelques minutes avec un outillage on ne peut plus simple.

Côté géométrie, le vélo est, logiquement, modernisé. Ses angles sont plus ouverts et celui de la direction affiche 65,6 degrés quand celui du tube de selle est de 75,3 degrés. Les bases se raccourcissent et mesurent 436mm. Le reach en taille M est de 445mm et de 472mm en taille L. La volonté de la marque est de proposer un vélo stable, équilibré mais suffisamment agile pour s’amuser et pédaler.

Pour pédaler justement, la marque continue de proposer le « Twinlock ». À l’aide d’une unique commande à trois positions, on évolue entre la position ouverte où le vélo développe sans contrainte ses 150mm de débattement, la position intermédiaire où la chambre basse de l’amortisseur est fermée et qui limite ainsi le débattement à 110mm en modifiant la courbe de compression, ou la position « bloquée ». Sur le terrain, on trouve une réelle utilité à la seconde position qui offre une très bonne motricité et un rendement intéressant dans les portions techniques de pédalage. Virtuellement, la géométrie change et le vélo se redresse de 0,4 degrés et le boitier de pédalier est 5mm plus haut. La position bloquée est elle plus radicale et est à réserver aux pédalages sur terrain lisse.

Côté construction, le cadre de ce Scott Genius 2018 est annoncé à 2249 grammes avec son amortisseur et sa visserie. Auto-proclamée spécialiste du carbone, la marque conçoit donc son nouveau cadre dans ce matériau. L’objectif de proposer un cadre très léger est annoncé, la volonté de trouver un juste milieu entre légèreté et rigidité également. Pour arriver à ses fins, Scott travaille avec sa technologie « Evo Lap » qui lui permet de modéliser la résistance de ses prototype en fonction des zones de placement et d’orientation de ses fibres.

Scott utilise pour son Genius 2018 la même cinématique que pour le Spark. Cette dernière fait appel à un amortisseur à la monte « Trunnion », où l’amortisseur est fixé de part et d’autre, juste au-dessus de sa chambre principale. Il est ainsi plus compact et, dans ce cas, il joue un rôle rigidificateur. Toute la force de l’amortisseur est contenue dans la zone du boitier de pédalier, qui est également sa zone d’ancrage. Avec plus de 15 couches de carbone à cet endroit, c’est la zone forte du cadre. Cela permet à Scott de ne pas ajouter de matière supplémentaire au tube supérieur, comme c’était le cas avant. Le triangle arrière s’allège lui aussi puisque moins de pièces ont besoin d’être assemblées. Scott gagne 76 grammes sur ce dernier par rapport à la version précédente.

La cinématique du cadre est radicalement différente de celle du Genius précédent. Elle devient un « four bar linkage » et la courbe de suspension est presque à l’opposé de celle du modèle précédent. Tout en cherchant à optimiser le fonctionnement du vélo dans les différentes positions du « twinlock », Scott souhaite proposer une suspension très sensible en début de course, offrant un bon support au milieu et plus progressive sur la fin. La marque annonce également faire attention à la sensibilité de la suspension au freinage.
La gamme Genius 2018 comptera 7 modèles. Certains seront proposés avec les deux formats de roues et 3 modèles uniquement en 27,5 d’origine. Mais tous sont compatibles 29/27,5 et il sera possible d’acquérir une deuxième paire de roues par la suite :

 

  • Genius 700 Ultimate : plus haut de gamme que le haut de gamme, ce modèle ne sera disponible qu’en 27,5 pouces. 9799€
  • Genius 900 / 700 Tuned : le fleuron de la gamme, il est équipé d’une fourche Fox 36 et disponible d’origine dans les deux formats de roues (pas en photo ci-dessus, mais c’est le modèle qui illustre tout le reste de cet article). 7399€
  • Genius 710 : un avant en carbone et triangle arrière en alu, une Fox 34 et du XT 2×11, 27,5 uniquement, mais compatible avec la monte d’un dérailleur avant. 4899€
  • Genius 920/720 : un avant carbone et un triangle arrière en alu, Fox 34, Sram GX Eagle. 4399€
  • Genius 930/730 : tout en alu, monté avec une Fox 34 et du Shimano SLX 2×11. 4299€
  • Genius 940/740 : tout en alu, Fox 34 et GX Eagle mais d’autres composants plus basiques que le 730. 3399€
  • Genius 750 : l’entrée de gamme en alu, disponible uniquement en 27,5, fourche RockShox Sektor RL et montage SLX 2×10. 2599€

Une gamme Contessa pour femmes est également prévue avec des coloris et équipements spécifiques :

  • Contessa Genius 710 : cadre carbone/alu, Fox 34 et groupe XO1 Eagle. 4899€
  • Contessa Genius 720 : cadre alu, Fox 34 et Sram GX Eagle. 4199€
  • Contessa Genius 730 : cadre alu, RockShox Recon RL et Shimano SLX 2×10. 2599€

Passée la présentation du vélo au sens large, il est difficile de ne pas mentionner l’ensemble « cintre-potence » qui l’équipe. Développé par Syncros, la marque de composant de Scott, ce cockpit Hixon iC (c’est son nom) reprend les cotes des postes de pilotage les plus utilisés par les riders de Genius. Les points de contact sont identiques à la monte proposée sur les combo « classiques » et on retrouve virtuellement une potence de 50mm et un cintre incurvé de 6°, reculé de 9° et relevé de 12mm.
La volonté de Scott et de Syncros est de proposer un ensemble très léger (290 grammes), tout aussi rigide que des modèles classiques mais sans point de tension marqué. Evidemment, la marque est consciente de l’exclusivité du système qui pourra ne pas convenir à certaines personnes. Sur le Scott Genius 2018, cette pièce sera montée sur les deux modèles les plus haut de gamme avec une longueur de potence de 50mm. En aftermarket, les longueurs 40 et 60mm seront disponibles.

Syncros équipe également les fourches d’un petit garde-boue qui s’intègre parfaitement au design de l’arceau.

Avant de monter sur le Scott Genius 900 700 Tuned, nous avons croisé Rémy Absalon au guidon de sa nouvelle machine. Il abandonne la version LT (Long Travel) de son précédent Genius pour le Genius « simple », millésime 2018. On imagine toutefois que la marque travaille déjà sur une future version « LT ».

Photo : Markus Grebert

Rémy Absalon a pris part aux premières réunions pour échanger au sujet du nouveau Scott Genius. Il a donné son avis sur ce qu’il attendait de la géométrie de la machine. Selon lui, le travail de la marque était déjà bien avancé grâce au boulot effectué sur le Spark. La cinématique s’est nettement améliorée, la marque avait pris conscience qu’une évolution était nécessaire, les bases ont été raccourcies et les angles se sont ouverts. « Dès le premier tour de roues, je me suis senti bien dessus. Le vélo tourne vraiment bien, il est plus progressif et on peut attaquer. Le cockpit m’a un peu déstabilisé sur le parking mais une fois sur les sentiers, tout fonctionne comme sur un vélo normal. Le Genius était déjà compatible 29 et 27,5 pouces mais il est bon de voir qu’il est maintenant optimisé pour les deux. Le 27,5 Plus est vraiment top pour presque tout le monde. C’est facile et on peut vite progresser. Mais quand on cherche le chrono et qu’on met de gros appuis, le 29 reste plus efficace. »

Scott Genius 900/700 Tuned : prise en main 

Direction Aoste, juste derrière le Mont Blanc pour retrouver Scott et les athlètes de la marque. Pour faire passer un message de polyvalence, les équipes ont rassemblé leurs athlètes de descente, d’enduro et de cross-country. C’est donc en compagnie de Nino Schurter, Rémy Absalon, Brendan Fairclough et Andrew Neethling que nous découvrons le nouveau Scott Genius.

C’est le Genius 900 / 700 tuned qui nous est confié. Ce vélo est le plus haut de gamme permettant la double compatibilité 27,5 et 29 pouces. Nous partons pour une première boucle de test avec les roues de 27,5 pouces équipées de pneus Maxxis Rekon en section 2.8. Le terrain est particulièrement sec et fuyant et il est impératif de laisser de l’espace entre nous sous peine de ne plus rien voir.

Nous avons tenté de partir sans a priori sur le poste de pilotage développé par la marque. Sur notre modèle d’essai en taille L, les dimensions sont bonnes et on s’accommode très vite de ce cockpit. Le seul inconfort, qui disparaît très vite, est visuel. Il est évidemment tôt pour tirer la moindre conclusion mais nous n’avons pas ressenti un excès, ou au contraire, un manque de rigidité.

Sur le vélo, on ressent que la géométrie a été retravaillée et modernisée. Le changement est assumé et on oublie les repères qu’on a pu avoir sur les précédent Genius. Le Genius reste toutefois un Genius puisqu’on retrouve le twinlock et sa position intermédiaire très pertinente lors des portions de pédalage technique.

En descente, une fois la suspension sollicitée, le grip est vraiment bon, à l’instar du soutien en milieu de course. L’assiette du vélo se trouve très vite et on peut sereinement lâcher les freins. Sur ce terrain extrêmement fuyant, on trouve assez vite la faiblesse du train roulant qui se montre très rapidement flou dans la poussière. Il ne casse toutefois pas le dynamisme du vélo qui relance aussi bien qu’il monte. On sautille facilement pour trouver ses lignes sans avoir l’impression de se mettre en danger.

Un changement de roue plus tard, des pneus de section 2.6 installés sur les roues de 29 pouces et le vélo se transforme. Sur ce terrain, le grip et la précision à haute vitesse sont nettement améliorés et on pousse sans arrière-pensée sur le vélo qui réagit au quart de tour. L’angle de direction, relativement ouvert pour la catégorie, ouvre très largement les possibilités au guidon du Scott Genius 2018.

Sur ce Genius 2018, les capacités de pédalage du vélo sont égalées par celles du vélo en descente et l’ensemble est particulièrement polyvalent. Le vélo trouve sa légitimité là où celle du Spark Plus s’arrête et vient jouer sur le terrain des machines d’enduro. Rémy Absalon sera d’ailleurs au guidon du Genius 2018 dès les prochains EWS et on l’imagine sans mal trouver un bon équilibre sur les parcours les plus variés. Nous avons pris beaucoup de plaisir sur la machine lors de notre rapide prise en main, qui méritera d’être prolongée, et on peut d’ores et déjà dire que Scott arrive avec un produit pertinent, bien abouti et performant. La machine n’est pas exclusive et la possibilité d’évoluer entre les deux tailles de roues permet de progresser au guidon de ce Scott Genius 2018.

Plus d’infos sur le site de la marque (ici). Découvrez la présentation du Spark Plus (ici) et notre comparatif Genius LT vs Genius LT Plus (ici). Retrouvez également notre reflexion sur les différents trains roulants (ici).