BH Rebel & Atom Lynx : de l’électrique à toutes les sauces

Tech
13 mars 2017 — Paul Humbert

C’est indiscutablement en Allemagne que le marché du VTT électrique est le plus développé. Alors quand BH, une marque espagnole, décide de lancer son Rebel et son Atom, c’est dans son enclave la plus allemande qu’elle nous donne rendez-vous. C’est donc sur les sentiers de Majorque que nous avons pu passer quelques heures à leurs guidons. Deux motorisations pour deux modèles bien différents, présentation : 

BH offre un large choix de motorisations à ses clients. La firme espagnole a développé son propre moteur pour les vélos voués à une utilisation « loisir » et pour les clients les plus sportifs on retrouve un moteur Brose comme sur l’Atom Lynx, et la dernière version du moteur Yamaha PW-X sur le Rebel Lynx.

BH Atom Lynx 4.8

Un gros travail a été amorcé en interne chez le fabricant espagnol pour être pertinent sur un marché du vélo électrique en pleine explosion. Avec son Atom, la marque offre une base très polyvalente de 120mm de débattement. Accessible aux personnes à la recherche d’un VTT tout-suspendu simple d’accès, il pourra également satisfaire des pratiquants plus assidus comme notre prise en main le démontrera.

Avec ses roues de 27,5 pouces, le vélo est commercialisé à 4399 euros.

La marque reprend la cinématique du split pivot développé par Dave Weagle et déjà présent sur de nombreux modèles de la gamme (dont le Lynx Carbon 4.8 que nous vous présentions l’an passé : http://www.bhbikes.com/fr/velos/ebikes/atom-lynx-4-8-27-5-pro-er907.html). Nicola Yann, l’ingénieur en charge des modèles non électriques, nous présente cette suspension pour laquelle le point de pivot arrière est situé au niveau de l’axe de roue : “Le but de Dave Weagle avec cette cinématique est vraiment d’avoir une suspension qui travaille sur tout son débattement et qui ne se durcit qu’en fin de course. Cela donne la sensation de rouler avec plus de débattement. Sans oublier qu’il s’agit d’un système qui reste actif au freinage.

Côté géométrie, l’Atom Lynx 4.8 s’inspire du Lynx 4.8 classique et les cotes sont relativement proches. Le vélo n’est disponible que dans deux tailles (M et L) et offre un reach de 445mm pour un stack de 609mm en taille M.

Offrir une bonne efficacité au pédalage, optimiser le travail de la suspension et offrir un freinage efficace, tels sont les objectifs que se sont fixés les ingénieurs de la marque.

Pour arriver à cela, il faut bien évidemment composer avec le moteur et les contraintes de ce dernier. Pour le BH Atom Lynx 4.8, la marque a sélectionné le motoriste Brose (250W). Avec son couple annoncé de 90nm, sa courroie en carbone le rend plutôt silencieux et il pèse 3,4 kilos. La particularité de Brose est d’être un système relativement « ouvert » puisque Brose ne fournit que le moteur aux marques de vélo. BH a donc conçu sa propre batterie de 600Wh (pour la gamme pro) et ses commandes au guidon.

Plus importante de 100Wh que les autres références du marché, la batterie BH offre de belles possibilités. Pour cette nouvelle génération, elle adopte un nouveau corps en aluminium pour éviter la dissipation de la chaleur des cellules. La contrainte est, fort logiquement, son poids et son encombrement plus important. La commande au guidon BH est assez peu ergonomique et pas bien facile d’accès quand on roule à VTT. Un écran de contrôle est positionné devant la potence, à l’instar d’un écran Bosch Intuvia.

Cette année, pour son moteur Brose, BH a également développé une application mobile (Easy BH Bikes premium) permettant de se connecter à un petit boitier Bluetooth (commercialisé en option à 160 euros) pour gérer l’assistance du moteur. Un petit peu à l’image du « mission control » chez Specialized, l’idée est bonne et l’outil pratique, mais il est dommage qu’il soit une option chez BH.

Côté équipements, on retrouve un amortisseur Fox Float DPS, une fourche Fox 34 Float Rythm et une transmission mêlant Shimano SLX pour les commandes et XT 11 vitesses pour le dérailleur arrière. Un plateau de 36 dents est installé et le tout est relativement polyvalent. Des freins Shimano SLX ralentissent la machine et on retrouve un grand nombre de composants maison : un cintre plutôt étroit, des grips, une potence… Nous remarquerons que la tige de selle rigide a été avantageusement remplacée sur notre modèle d’essai par un modèle téléscopique et que les pneus Schwalbe Tough Tom ont eux aussi remplacés par des versions plus robustes. Carton rouge à la marque qui n’équipe pas son vélo d’une tige de selle télescopique d’origine.

BH Atom Lynx 4.8 : Prise en main 

Si l’Atom Lynx et ses 21,5kg a des arguments intéressants, la première sensation à son guidon est assez déroutante. L’ergonomie du poste de pilotage est mauvaise : le cintre est étroit, les commandes se chevauchent et il faudra faire preuve de souplesse pour arriver à chacune d’entre elles.

Passée cette première sensation, on attaque la montée entre piste large et roche, et là, nous sommes bluffés. La souplesse et l’accompagnement « naturel » du moteur Brose s’associe à d’excellentes qualités au pédalage. La motricité et le rendement son très bons. Les roues restent au sol et assurent une traction constante. On grimpe même les portions les plus techniques.

La seconde impression qui se dégage du vélo est celle d’une certaine lourdeur sur l’avant. On l’associe assez rapidement à la longue batterie intégrée qui vient courir presque jusqu’en haut du tube inférieur. Si ce poids sur l’avant du vélo ne le pénalise pas dans une utilisation « tranquille », les pilotes les plus excités devront faire preuve de plus de force pour alléger l’avant et la direction.

Au global, la géométrie du BH Atom Lynx est franchement saine et en descente le vélo est très capable. Malgré son profil « rando », nous avons pu filer sans trop d’arrière-pensées dans de sérieux champs de cailloux. Evidemment, nous n’attendrons pas de l’Atom Lynx qu’il se comporte comme un modèle à grand débattement, mais les performances sont toutefois honorables.

Dans les portions très défoncées, le vélo « s’enfonce » un petit peu trop entre le trous et la vitesses peine parfois à être conservée, mais, encore une fois, le rendu est bon pour un vélo de cette catégorie. La motorisation Brose offre un accompagnement très naturel et agréable mais celle-ci manque un petit peu de réactivité dans une utilisation très sportive ou quand elle est poussée « à bout ».

Dans la poussière, les roulements de la biellette sont exposés et il faudra y porter attention pour ne pas souffrir d’une usure prématurée.

Après quelques heures au guidon du BH Atom Lynx 4.8, nous avons découvert un vélo avec quelques défauts du côté de l’équipement même si une très bonne base le caractérise. Le comportement permettra une utilisation par un très large profil d’utilisateurs et le potentiel de la batterie de 600Wh n’est pas négligeable pour envisager de longues sorties.

BH Rebel Lynx 5.5

BH voit plus gros avec son Rebel Lynx 5.5. La machine propose des roues de 27,5 Plus, 140mm de débattement et la dernière version du moteur Yamaha PW-X. Le tout est commercialisé 4499 euros.

On retrouve une cinématique également conçue sur la base du Split Pivot et le vélo adopte une géométrie plutôt moderne.

La nouvelle version du moteur Yamaha PW-X est annoncée 13% plus compacte et 380 grammes plus légère. L’assistance délivrée change elle aussi et la cadence maximum passe à 120rpm. Un nouveau mode « Extra Power » fait lui aussi son apparition pour concurrencer le « Turbo » de chez Bosch. Ces modifications arrivent au bon moment, surtout quand on sait que les cadences de pédalage élevées étaient mal supportées par la précédente version. Nous avions constaté ce comportement inadéquat sur la précédente version en utilisation sportive et il nous tardait de pouvoir grimper sur une version mise à jour.

Une batterie de 500Wh est installée sur la version haut de gamme du vélo et on retrouve une commande et un écran de contrôle Yamaha sur le poste de pilotage. Assez encombrant par rapport à la taille de l’écran, il est positionné à l’avant de la potence. Le couple annoncé du moteur est de 80nm et en cas de panne de batterie, aucune résistance ne viendrait freiner le pédalage de la machine (comme cela peut être le cas chez d’autres motoristes).

Du côté de l’équipement, on remarque une nouvelle fois l’absence de tige de selle télescopique sur la fiche technique du vélo (bien que notre modèle de test en soit équipé), c’est un gros point négatif.

Côté suspensions, la fourche Fox 34 Float Rythm est associée à un amortisseur Float DPS Performance. Le freinage est assuré par les Shimano XT. Le géant nippon s’occupe également de la transmission avec une cassette SLX 11 vitesses associée à un dérailleur XT.

BH a opté pour des Schwalbe Nobby Nic en section 3 pouces pour ce qui est de la monte de pneus.

BH Rebel Lynx 5.5 : Prise en main

Plus long, plus bas, le Rebel Lynx 5.5 est bien en phase avec les attentes qu’on a des vélos d’aujourd’hui. D’entrée de jeu, on ressent qu’un bon travail a été fait sur le moteur. On ne ressent plus ce manque d’assistance quand on n’est pas dans le rapport attendu par ce dernier. Il arrive aujourd’hui au niveau de ses concurrents et peut-être même au-dessus. Le mode « extra-power » pousse le Yamaha à son paroxysme et si le rendu n’est plus très naturel, son apport peut-être intéressant pour des portions très courtes.

L’assistance est plus directe et l’utilisation est intuitive. Comme sur l’Atom, l’ergonomie du poste de pilotage est sérieusement à revoir et c’est probablement ce qui est le plus embêtant sur ce vélo qui nous a procuré beaucoup de plaisir.

Le travail de la suspension est sain et très progressif. On se laisse facilement aller à quelques sauts et le poids de la batterie et du moteur sont bien mieux gérés que sur l’Atom. On touche par moment le bas du moteur mais on se lance toutefois dans les portions techniques sans trop d’appréhensions.

On ne le répètera jamais assez, les pneus PLUS sont on ne peut plus pertinents sur des vélos électriques et le Rebel bénéficie immanquablement de l’apport de ce format. On pourrait attendre un petit peu plus de rigidité de ce vélo voué à une utilisation plutôt sportive mais le confort est vraiment au rendez-vous sur ce BH Rebel Lynx 5.5.

Les erreurs du côté de l’équipement pénalisent une machine très saine et particulièrement mise en valeur avec la dernière mise à jour du moteur Yamaha. Un peu de débattement, une bonne suspension, un bon moteur et une géométrie saine, BH a de quoi proposer un excellent E-bike.

http://www.bhbikes.com/fr/velos/ebikes/