Noz Riding - A la frontale au fond d'un lac !

12 juin 2015 — Olivier Béart

L’Endur’Breizh Team, ce sont deux gars et une fille, Bretons pure souche qui se nourrissent essentiellement de crêpes, de cidre et de beurre salé. Jusque là, rien de surprenant. Ce qui l’est plus, c’est l’endroit qu’ils ont choisi de rouler et le moment. Noz Riding, c’est l’histoire vidéo d’une sortie peu commune dans un lac asséché et les ruines d’un village englouti. Un découverte peu commune qu’Estelle, Clément et Thibault partagent avec vous en images, mots et vidéo.

#0Au printemps 2014 on apprenait dans la presse locale que le lac de Guerlèdan (Bretagne) allait être vidangé de ses 50 millions de m³ d’eau pour des travaux d’entretien et d’étanchéité sur le barrage. Ni une ni deux on va voir notre ami Google à la recherche de photos de la précédente vidange qui a eu lieu il y a 30 ans. On trouve rapidement notre bonheur et on voit qu’il y a du potentiel pour filmer quelque chose d’unique : des paysages sont lunaires, des ruines de maison d’éclusier, des ardoisières,… de quoi faire donc !

#3Début mars, le niveau de l’eau diminue petit à petit. On entend parler partout de cet événement, même les journaux télévisés nationaux en parlent ! On attend jusqu’à 4 millions de visiteurs en 6 mois. Là on se dit “fail” ! Shooter avec des centaines de touristes en arrière-plan ? Bof! Il va donc falloir trouver une solution.

#4L’idée est alors venue lors d’une énième « Rando Moule » avec les potes du coin. Pour la petite histoire, une « Rando Moule » selon la tradition, part à 19h du magasin “R’vélo” de Hervé, l’un des partenaires de notre team Endur’Breizh. La bande de furieux parcourt quelques kilomètres avec vue sur la mer en mode tirage de bourre, puis on enchaine avec un petit restaurant où l’on se rassasie de quelques bières et de mets bien de chez nous. À la sortie du resto, bien sûr, il fait nuit (sinon ce n’est pas drôle). Le but est de retourner au mag de Hervé à la frontale avec le ventre plein ! Vous imaginez que parfois le retour est très long…
L’idée est donc partie de là, shooter de nuit et au lever du jour pour découvrir la vallée engloutie et éviter les milliers de touristes.

#5.1Le lundi 25 mai 2015, nous effectuons la première reco sur site à pied pour voir si le terrain est praticable. La première vision du lac à sec est très déstabilisante, tout est gris, les arbres sont morts, le sol craqué, on n’a vraiment pas l’habitude de ce genre de paysage en Bretagne. Les reconnaissances se passent bien malgré un nombre de visiteurs hallucinant ! On repère plusieurs spots vraiment stylés, mais aussi les endroits où il vaut mieux ne pas aller car on a vite fait de se retrouver coincé dans la vase. On repart de Guerlédan tout sourire, le spot est génial ! On cale le shooting fin de semaine dans la nuit de vendredi à samedi.

#5.4Vendredi jour J, le temps est moche, il y a pas mal d’averses tout au long de la journée. Arrivé sur le site à 21h, à notre grande surprise, le sol est sec ! Une dernière reco avant la tombée de la nuit avec Estelle qui n’était pas là le lundi et on valide les lieux à filmer en priorité pour optimiser notre temps car le spot est tellement grand qu’il vaut mieux être bien organisé.

#5.7A 23h00, Gaël, notre pote pâtissier / photographe nous rejoint. La nuit noire est bien là, c’est parti !
La descente dans le fond du lac est bien flippante pour Gaël et Thibault avec leur frontale juste bonne “pour aller faire pipi au camping”, alors que Clément et Estelle, eux, n’ont pas ce souci avec leurs lampes Hope grâce auxquelles ils roulent quasi comme en plein jour.

#5.5On marche plusieurs bonnes minutes pour rejoindre le premier spot, la mise en place pour les premières prises de vue est longue, on doit jouer avec un spot déporté pour faire ressortir certains éléments et trouver les bons réglages, mais une fois que tout est calé et que les réglages sont trouvés, on a bien enchainé les prises jusqu’à environ 3h30 du matin… avant que la fatigue se fasse sentir. Direction le « lit » en mode camping à l’arrache… mais pour se lever 2h plus tard, pas besoin de plus !

#55H15 le réveil sonne, on est congelés, les températures ont chuté : on va rajouter quelques couches pour la suite.
À peine le temps de manger quelques croissants et pains au chocolat que nous sommes de retour dans le lac. Le jour se lève très vite, il n’y a pas de temps à perdre avant l’arrivée de la foule. Finalement, on a shooté non stop jusqu’à 8h30.

#5.2On aurait pu continuer et faire quelques prises supplémentaires mais on avait déjà bien bossé et surtout on n’a eu aucun pépin mécanique, pas de chutes donc autant s’arrêter maintenant, on a tout ce qu’il faut. Le résultat, le voici en vidéo. On vous laisse l’apprécier…