Test | Urge Archi-Enduro RR : cinq mois sur les sentiers

Tech
12 août 2016 — Paul Humbert

Depuis maintenant plusieurs années, la marque française Urge tente de se démarquer par ses casques au design audacieux et par son attachement à maintenir une conception et une production « responsable ». Présenté fin Mars, nous avons rapidement mis la main sur le nouveau Urge Archi Enduro RR, le casque intégral dédié à l’enduro et à la course. Cinq mois plus tard, découvrez le compte rendu de notre test !

sans titre-22Nous vous le présentions au moment de sa sortie (ici : http://www.vojomag.com/news/urge-larchi-enduro-de-retour/ ) mais prenons le temps de revenir sur les éléments caractéristiques de cette seconde mouture du casque Urge Archi Enduro ! Ce casque « race ready » se destine, comme son nom l’indique, aux enduristes. La discipline en compétition impose aujourd’hui le port d’un casque à mentonnière et c’est une bonne chose.

À l’instar des modèles de descente, ces casques doivent être solides et respecter l’intégrité physique du pilote en cas de chute. Mais, à la différence des modèles de descente, les casques d’enduro doivent être bien plus légers et respirants car ces derniers sont portés pendant de longues heures en descente comme en montée. Son prédécesseur a d’ailleurs été le premier (ou du moins un des premiers) casques spécifiquement dédiés à cette pratique, naissante à l’époque.

sans titre-70Avec le nouveau Urge Archi Enduro RR, la balance affiche moins d’1kg en taille M. La coque du casque est composée à 80% de fibre de verre et de 20% de fibre naturelle de lin ; le tout étant fixé à l’aide de résine thermodurcissable. L’assemblage multi-axial permet, selon la marque, de mieux propager les ondes de choc. Chez Urge, on ne croit pas aux bénéfices prétendus du carbone, et on ne s’en cache pas. Le casque passe d’ailleurs largement les normes sans cet artifice qui sert avant tout au style et qui gonfle la facture.

sans titre-23Le casque se distingue aussi et surtout par sa mentonnière unique. Cet élément du casque est un gage de sécurité et dispose d’un test et d’une norme qui lui sont dédiés. Dans le cas du Urge Archi Enduro RR, la firme a cherché à maintenir un haut niveau de respirabilité tout en trouvant le meilleur ratio rigidité/souplesse (pour amortir les impacts). La mentonnière « rigide » est associée à une partie plus souple en polyuréthane haute densité. Sur notre modèle de test, cette dernière a eu la fâcheuse tendance à se décoller mais nous soulignons le travail fait pour « sécuriser » l’Archi Enduro RR et la nouvelle mentonnière nous laisse beaucoup plus en confiance qu’avec le modèle précédent.

EDIT : La colle utilisée pour ce modèle de test a été modifiée depuis. N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience avec ce casque.

sans titre-29Côté « fit », le Urge Archi Enduro RR offre un dégagement plus important à l’arrière afin de ne pas être gêné par le port d’un sac à dos. La boucle de fermeture micrométrique est, elle aussi, une nouveauté.

Son utilisation est moins intuitive qu’un « clip » plus classique mais si on s’y fait rapidement une fois qu’on a compris le mode d’emploi. Le défaut principal de la fermeture est de ne pas être fixée à la bande de mousse sur laquelle elle est sensée reposer. Résultat: la boucle croise la bande de mousse est devient vite inconfortable quand on la porte.

Sur le Urge Archi Enduro RR, on compte une dizaine d’aérations et le moins qu’on puisse dire c’est qu’elles font le job. Un réel travail a été fait pour déterminer leur positionnement et un canal d’air important entre et circule à travers le casque. Le confort général est très bon même après une longue journée de vélo. Il est également facile de retirer rapidement les mousses des joues pour le temps d’un long pédalage et de laisser circuler l’air encore plus librement.

sans titre-36Le maintien est très bon et on sent que de réels progrès ont été faits pour augmenter la sécurité, ou au moins la sensation. Il est vrai qu’il s’agissait d’un gros point faible du premier modèle, qui avait tendance à bouger fortement d’avant en arrière et qui laissait planer de sérieux doutes sur son efficacité sur certains types de crashes, genre menton en premier par exemple.

Côté lavage, après un gros bain de boue, il est facile de retirer les mousses et de les réinstaller après avoir passé le casque à l’eau. Il arrive toutefois que la vis principale de la visière se desserre après une grosse journée de vélo.

sans titre-54Pour ce qui est du port de masque et de lunettes, tous les modèles que nous avons pu essayer se sont trouvés une place très facilement sur le Urge Archi Enduro RR, même si les bandeaux de certains masques avaient tendance à glisser. Nous qui avions l’habitude de positionner notre masque à l’envers lors des liaisons (bandeau sous la visière et masque à l’arrière du casque), il nous a fallu faire une croix sur cette habitude car  il est impossible de positionner le bandeau du masque sous la visière. On ne peut pas non plus relever suffisamment la visière pour placer le masque au niveau du front, comme sur certains casques all-mountain.

Verdict

A l’issue de ce test, on retiendra que le Urge Archi Enduro RR est une très belle évolution d’un modèle précurseur en son temps. Très bien étudié en termes de confort et de poids, quelques retouches mineures pourront supprimer les défauts que nous avons relevé. À 299 euros, on a la sensation d’être protégé et prêt à affronter les spéciales de toutes les courses d’enduro sur lesquelles nous pourrons nous aligner. Mais la note reste salée et la concurrence est aujourd’hui bien plus fournie que par le passé, notamment avec des modèles très légers et aérés comme le MET Parachute ou encore la polyvalence d’un Bell Super 2R.

bloc-test_Race_Face_Turbine_Dropper

EDIT : La colle utilisée pour ce modèle de test a été modifiée depuis. N’hésitez pas à nous faire part de votre expérience avec ce casque. 

Le site de la marque : http://www.urgebike.com/collection/archi-enduro-rr

Notre test du MET Parachute : http://www.vojomag.com/test-met-parachute/