5000 inscrits, les meilleurs pilotes au Monde mêlés à la masse des bikers : le temps ne semble avoir aucune emprise sur le Roc d’Azur. Pour la deuxième fois en trois ans, Jordan Sarrou a inscrit son nom au palmarès de cette épreuve de légende. Retour en images sur cette fête de clôture de la saison 2016.

Top départ

roc-hommes-2016-vojo-paul-humbert9h30, démarrage en trombe pour la première vague du célèbre Roc d’Azur. Aux côtés des stars du XC mondial comme Absalon, Kulhavy, Sarrou, Koretzky et bien d’autres, ainsi que des meilleurs marathoniens, d’autres coureurs moins médiatisés tentent leur chance au jeu du “hole shot”, réussi cette année par le dossard 62, Florian Chenaux. Loin de craquer par la suite, il finira à une belle 12e place.

Derrière, la poussière soulevée est impressionnante. En tout, 8 vagues et près de 5000 coureurs vont se succéder dans des conditions de course bien différentes de l’élite. Au-delà de ce brouillard sec qui recouvre les premiers kilomètres, les classiques embouteillages vont ralentir leur progression. Sans toutefois visiblement impacter l’engouement que suscite l’épreuve.

Les Dames arrivent

roc-hommes-2016-vojo-paul-humbert-4Parties à 8h, les premières Dames arrivent peu après le départ des premières vagues du Roc. Au terme des 42km au programme pour elles (contre 56km pour l’épreuve classique), c’est la championne du Monde Annika Langvad qui lève les bras au ciel. Pourtant, à l’écouter, elle n’est plus au top de sa forme : “J’ai fais une grosse pause après les dernières coupes du Monde mais j’avais tout de même envie de découvrir le Roc d’Azur. Le tracé est vraiment très sympa. Les filles sont parties fort et je me suis dit « ça ne va pas être facile ». Doucement, j’ai réussi à prendre mon rythme et à creuser l’écart dans quelques portions où nous avons dû marcher. Lena est revenue sur moi et était toujours au contact. J’ai pris l’avantage sur la fin de la course et je suis vraiment contente.”

studio-scott-dimanche-2016-vojo-paul-humbert-74Juste derrière la pilote Specialized, Léna Gérault signe une nouvelle performance en prenant la seconde place. De bon augure pour 2017 ! Elle réagit à chaud : “J’ai été assez performante sur ce Roc et j’en suis contente car je l’avais tout de même un peu préparé. C’est sympa de rouler devant, c’est une des course où il y a le plus de monde à l’année. Annika n’était pas spécialement forte aujourd’hui, mais cela reste une championne du Monde et elle a fait forte impression en nous lâchant dans le massif des Maures. On a joué au jeu du chat de la souris. Elle a ensuite été assez tactique et j’ai été forcée de rentrer dans son jeu parce que je savais qu’Hélène Marcouyre n’était pas loin, il fallait qu’on roule.

Elle offre ainsi un beau cadeau à son équipe Cube-Pro Fermeture, histoire de terminer en beauté avant de changer d’air en 2017. Sur la 3e marche du podium, on retrouve Margot Moschetti, de retour dans le rythme !

Rendez-vous au Fournel

roc-dazur-2016-fournelRetour sur la course des hommes, qu’on retrouve dans la célèbre descente du Fournel. Vue comme ça, elle n’a pas l’air si impressionnante…

roc-dazur-2016-fournel-sarrouMais quand on s’approche d’un peu plus près, on comprend pourquoi elle peut faire office de premier juge de paix du Roc d’Azur. Jordan Sarrou survole les rochers sur son full suspendu BH Lynx Race. Nous l’avions vu en pleine reconnaissance lorsque nous suivions l’équipe Topeak-Ergon sur le Roc Marathon vendredi et il nous avait chuchoté avoir quelques ambitions pour cette dernière course de la saison lors de son passage sur notre stand pour une séance de dédicaces. Le voilà qui confirme sur le terrain !

roc-dazur-2016-fournel-2Mais derrière lui, le pilote BMC Reto Indergand et Stéphane Tempier restent menaçants.

roc-dazur-2016-fournel-koretzkyDans leur sillage, Victor Koretzky, le vainqueur de l’édition 2015, a sorti son maillot de champion de France Espoir, avec lequel on ne l’a pas beaucoup vu cette saison puisqu’il a couru chez les Elites. Un peu en retrait, il laisse filer son coéquipier Jordan Sarrou.

roc-dazur-2016-fournel-carabinSébastien Carabin a déjà 3 courses en 3 jours dans les pattes, dont le marathon, qu’il a terminé à la 7e place malgré deux sauts de chaîne. Mais il ne semble pas fatigué et il gère parfaitement son effort avec son maillot de leader du Roc Trophy sur les épaules ; cette nouvelle épreuve qui prévoit 4 courses en 4 jours.

roc-dazur-2016-fournel-5Nicola Rohrbach fait aussi partie des hommes en forme sur cette course qu’il affectionne.

roc-dazur-2016-fournel-3Un des plaisirs du Fournel, c’est d’observer les choix de ligne. Et voilà notre coup de coeur. Yeah !

roc-dazur-2016-fournel-4Par contre, pour d’autres, c’est beaucoup plus… complexe.

La ferveur du Bougnon

roc-dazur-2016-bougnon-fouleOn retrouve la tête de course au mythique col du Bougnon. Comme chaque année, le public est chaud, chaud, chaud. Déjà comme photographe, on en a des frissons, alors on vous laisse imaginer quand on est coureur, Français et en tête de la course !

roc-dazur-2016-bougnon-sarrou-tempierJordan Sarrou a l’air d’avoir bien préparé son coup. Il est bien et il le sait. Il sait aussi comment remporter le Roc. Mais Stéphane Tempier est un des hommes en forme de cette fin de saison 2016 et il sort de cette saison avec plusieurs très gros résultats en Coupe du Monde. Bref, il est en confiance. Et donc dangereux. Mais, nous explique-t-il, il lui manquait un petit quelque chose ce dimanche : “Je manquais de tonus dans les montées. Je parvenais à revenir sur Jordan en descente, mais il était clairement plus fort en côte. J’ai souffert dans sa roue.”

roc-dazur-2016-bougnon-koretzkyNon loin de là, Victor Koretzky prend la tête du deuxième groupe, qu’il contrôle.

roc-dazur-2016-bougnon-poursuivants-2Dans sa roue, plus de Reto Indergand, mais un autre BMC, Martin Fanger, affiche ses ambitions de podium. Juste derrière, tiens, tiens, mais c’est Sébastien Carabin ! Va-t-il encore nous sortir une super performance sur sa course favorite ?

roc-dazur-2016-bougnon-foule-2Même après les premiers, le public reste chaud ! L’ambiance a de quoi rappeler certaines étapes du Tour de France ou des grandes classiques aux routiers…

roc-dazur-2016-bougnon-absalonJulien Absalon n’est pas là pour gagner. Juste pour savourer, et s’entraîner. Autour de la 40e place, il est porté par le public dans le Bougnon, le tout avec la bénédiction de “l’évêque du VTT”. Une figure incontournable parmi les supporters, qu’on en profite pour saluer ici !

Galiote/Douaniers : un petit tour à la plage

roc-dazur-2016-galiote-sarrou-tempier-1La plage marque la fin des difficultés sur le Roc, et le passage aux portions plates qui favorisent les gros rouleurs. Derrière Jordan Sarrou, Stéphane Tempier s’accroche. Si on sait que le premier est meilleur grimpeur, les qualités de rouleur des deux sont assez similaires. Le suspense reste donc entier.

roc-dazur-2016-galiote-sarrou-tempier-2Le pilote BH regarde une dernière fois s’il n’y a pas de menace derrière, mais les deux gaillards ont une belle avance sur leurs poursuivants. Le vainqueur est là, sous vos yeux.

roc-dazur-2016-galiote-poursuivantsDeux minutes plus tard, Koretzky, Carabin et Fanger arrivent. Trois hommes, mais une seule marche sur le podium. La lutte promet d’être féroce.

roc-dazur-2016-douaniers-5La course en tête ne doit pas faire oublier les paysages magnifiques du sentier des douaniers, autre passage emblématique du Roc.

roc-dazur-2016-douaniers-1Coincée entre les murs des grandes propriétés et les rochers, la trace est étroite et périlleuse.

roc-dazur-2016-douaniers-3… Sans oublier les escaliers !

roc-dazur-2016-douaniers-4Mais que ne ferait-on pas pour avoir de telles images ?

roc-dazur-2016-galiote-absalonL’arrivée sur la plage permet de relâcher un peu la pression et de savourer…

roc-dazur-2016-crash… Mais pas trop quand même car il reste quelques difficultés. Oups !

roc-dazur-2016-fatbikePour éviter les soucis, certains ont fait le choix du fatbike. Lourd sur 90% du parcours mais imbattable sur la plage.

Sarrou au terme du sprint final

roc-hommes-2016-vojo-paul-humbert-8A l’arrivée sur la Base Nature, Jordan Sarrou se présente seul en tête au milieu de l’explosion de confettis !

Il l’a fait ! Il décroche sa deuxième victoire sur le Roc d’Azur ! “C’est la plus belle façon de finir la saison ! La course s’est vraiment décantée dans la longue bosse bien raide au début. On était plusieurs mais ils ont été nombreux à craquer et on a fait un peu comme en 2014 avec Steph. J’ai tenu jusqu’au bout et j’ai réussi le sprint final pour le distancer.

roc-hommes-2016-vojo-paul-humbert-9A quelques mètres, Stéphane Tempier se contente de la 2e place. “Au sprint, je savais que ce serait dur, Jordan est meilleur que moi. J’ai encore essayé dans le final, mais il était juste plus fort, il mérite sa victoire.”

roc-hommes-2016-vojo-paul-humbert-15Pour la 3e place, Sébastien Carabin s’impose au sprint ! Face à des gars comme Koretzky et Fanger, il ne partait pas forcément favori, sans oublier les kilomètres supplémentaires qu’il avait dans les jambes. Mais l’important, c’est d’y croire ! Et, une fois la ligne, le Belge était littéralement ivre de joie.

A peine remis de ses émotions, il nous explique : “J’y crois pas moi même, surtout après les trois jours ! Hier j’avais des sales jambes mais aujourd’hui j’étais aussi bien que vendredi. À la différence de vendredi, je suis resté calme, j’ai essayé de suivre et le résultat a suivi. J’aime bien ce genre de défi. Si il n’y a pas des gens de mon niveau qui le font, personne ne le fera. C’est un beau challenge. Les courses par étape c’est ce que je préfère, même les derniers jours j’arrive à trouver la motivation. On ne passe pas son temps à attendre la course dès le vendredi. Je n’aime pas rester sans rien faire et ça me convient bien.” Si besoin était de le préciser, le coureur du team Merida-Wallonie remporte aussi largement le général du Roc Trophy…

Et voilà comment se termine la saison 2016 ! Rendez-vous très vite pour de nouvelles aventures !


Résultats complets ICI