Il y a quelques années à peine, Shimano, Crank Brothers et Time/Mavic régnaient quasi sans partage sur le monde de la pédale d’enduro. Mais voilà, une petite marque taïwanaise est venue bousculer tout ça : HT Components ! Non contente d’équiper Aaron Gwin en descente, elle sponsorise également de plus en plus d’enduristes, et pas des moindres. Jared Graves, Jerome Clementz, Yoann Barelli ou encore Nicolas Vouilloz, tous utilisent la HT T1 en compétition cette saison. Nous avons fait de même durant 6 mois. Voici ce que nous en avons pensé !

Out of the box

HT-T1-box

Ce ne sont “que” des pédales, mais comme on peut le voir, HT a particulièrement soigné le packaging. Et les bonnes impressions continuent quand on fait glisser la couverture de la boîte et que les HT T1 se dévoilent : le produit est superbe, élégant, fin (16,8mm) et très bien fini. Les doigts confirment ensuite ce que l’oeil a perçu, un sentiment de robustesse se dégage malgré la légèreté manifeste. Petit tour sur notre balance pour confronter la réalité aux 368g annoncés et… à 2 grammes près, c’est bon ! 370g, on se situe donc dans la fourchette des concurrentes directes que sont les Shimano XTR Trail et Mavic Crossmax Pro, tandis que les Crank Brothers Mallet E sont elles 20g au-dessus de la barre (psychologique) des 400g.

HT-T1-packshot

Sur chaque face, on retrouve deux picots amovibles à l’avant (8 picots de rechange sont fournis), mais aussi le réglage de la tension du ressort via une clé allen, comme sur les pédales Shimano. Le mécanisme de maintien à proprement parler est quand à lui un mix de ce qu’on trouve chez la concurrence puisqu’il est constitué d’un crochet à l’avant et de la plaque contenant l’échelle de tension à l’arrière. Pour rappel, Crank Brothers et Mavic utilisent deux crochets (mais sans réglage de la tension possible), et Shimano deux plaques moins minimalistes et au dégagement moindre. On verra lors de notre test terrain quelle incidence a cette conception sur le comportement dans la boue. Particularité de ces HT T1 : les deux arceaux, l’avant comme l’arrière, sont flexibles et soumis à la tension d’un ressort. Autrement dit, quand vous ajustez la tension d’un des deux ressorts, c’est l’arceau avant d’un côté et l’arrière de l’autre côté qui sont réglés en même temps !

HT-T1-cales

Cette conception hybride impose l’utilisation de cales spécifiques, propres à HT. Les T1 sont fournies de base avec des X-1, qui offrent une liberté angulaire de 4°, mais une version X-1F (pour floating) élargissant la liberté angulaire à 8° est disponible en option.

Avant d’en venir à nos impressions en action, un petit mot concernant le prix. Les HT T1 sont proposées au tarif de 149€, soit un peu moins que les Mavic Crossmax Pro (160€), les Crank Brothers Mallet E (165€) et les Shimano XTR Trail (169€). Il s’agit bien entendu des prix publics conseillés et, grâce à la magie d’internet, ils peuvent varier fortement… Il existe également une version avec axe titane de ces T1, avec un régime de 40g à la clé, qui sera vôtre contre la modique somme de 269€. Précisons enfin que ce modèle est disponible en une dizaine de couleurs, de la plus sobre à la plus flashy, de quoi l’assortir à bon nombre de vélos.

En action

Une fois montées sur le vélo, les T1 ont droit à la traditionnelle petite séance de rotation à la main. Les roulements neufs offrent une légère résistance et dégagent une très bonne impression de qualité, et absolument aucun jeu n’est perceptible. On en profite aussi pour préciser que la pédale est entièrement démontable à l’aide de clés allen et torx. Bon point pour l’entretien ! Le montage des cales sur les chaussures n’a pour sa part posé aucun problème particulier. Plusieurs plaques sont fournies pour relever les cales si nécessaires et obtenir la configuration idéale en fonction de ses chaussures et de ses préférences.

HT-T1-2016-vojo-paul-humbert-4

Pour commencer le test, nous avons réglé la tension du ressort au milieu de la plage disponible, comme nous avons l’habitude de le faire sur les pédales Shimano. Premier constat après quelques enclenchements/déclenchements : c’est trop dur ! Pour nos goûts personnels du moins, sans pour autant vouloir rouler très “mou”. Nous en sommes finalement arrivés à la tension la plus faible, idéale pour pouvoir dégager le pied en urgence sans pour autant déclencher sans cesse accidentellement. S’il fallait comparer le feeling à l’enclenchement, c’est des Shimano que les HT se rapprochent le plus. La sensation est moins fine, moins délicate, mais elle en est très proche, et en tout cas assez éloignée de l’enclenchement un peu plus “brut” des Mavic et Crank Brothers.

HT-T1-action

Mais si les HT T1 se montrent agréables à l’enclenchement, c’est au déclenchement qu’elles se distinguent ! On perçoit en effet ce qu’on pourrait appeler un “effet ressort” quand on pivote le pied, ce qui a tendance à le ramener dans sa position initiale. Il faut donc forcer un peu pour arriver au seuil de déclenchement effectif. Ce qui peut a priori sembler être un défaut est en fait un gros avantage puisqu’on évite ainsi la plupart des déclenchements intempestifs, dans des portions techniques qui nous poussent à beaucoup se tortiller sur le vélo, sur des sauts, etc. Le déclenchement volontaire n’en est pas plus difficile, il est juste différent et une fois la technique assimilée, tout ça ne pose aucun problème. Quant à la liberté angulaire de 4° offerte par les cales X-1, elle nous a semblé idéale et offre un bon compromis pour garantir une sensation de maintien tout en évitant les contraintes importantes sur le genou. Nous n’avons en tout cas pas éprouvé le besoin de passer aux X-1F et leurs 8°. Evidemment, il est ici question de préférences personnelles et certains souhaiteront davantage de marge de manoeuvre.

HT-T1-2016-vojo-paul-humbert-3

Malgré le format relativement compact des T1, la surface de contact est généreuse et la stabilité au rendez-vous. Et si par malchance il faut déclencher et passer une portion technique avec le pied posé sur la pédale, on s’en sort tant bien que mal, notamment grâce aux picots, mais soyons honnêtes, ce n’est pas idéal et on souhaite rapidement enclencher à nouveau et retrouver une stabilité digne de ce nom. A ce niveau là, Shimano ne s’en sort pas mieux avec la XTR Trail, mais Crank Brothers et Mavic se distinguent avec des cages plus généreuses et accrocheuses.

HT-T1-action-2

Seul bémol à ce tableau, le comportement dans la boue. Tant qu’elle est liquide, aucun problème évidemment, mais c’est quand on a posé le pied au sol dans de la terre collante ou de la boue épaisse et qu’on veut réenclencher que les choses se compliquent un peu. L’avant de la cale passe sans souci dans le crochet de la pédale, mais la phase finale de l’enclenchement coince parfois, obligeant à taper du pied au sol ou contre la pédale pour évacuer ce qui est coincé autour de la cale. Un design de la pédale pas assez ouvert ? Après réflexion, nous penchons plutôt pour une autre explication : la taille de la cale, plus importante que celle des autres marques. Résultat, il y a moins de place entre la cale et le bord de l’ouverture dans la semelle de la chaussure, et la terre s’y coince plus facilement, compliquant l’enclenchement. Cette sensibilité à l’encrassement a d’ailleurs été variable en fonction de nos testeurs et de leurs chaussures.

HT-T1-old

Excepté dans des conditions boueuses, le fonctionnement global est donc très bon. Mais quid de la fiabilité ? Eh bien, après 6 mois d’utilisation intensive par tous les temps, ponctués de dizaines de contacts avec des rochers, racines et autres obstacles, nos exemplaires de test (dont cette version magenta du plus bel effet visible ci-dessus) s’en sortent étonnamment bien, tant esthétiquement que mécaniquement. Des grattes, la couleur qui est partie par endroits, mais un fonctionnement qui est demeuré constant. Les roulements ont quant à eux pris un très (très) léger jeu, à peine perceptible à la main et qu’on ne sent absolument pas à l’usage. Seules quelques traces de rouille sont rapidement apparues du côté des vis de réglage de la tension du ressort. Rien de dramatique en soi donc. Quant aux cales, elles sont elles aussi oxydées et marquées, mais quasi aucune trace d’usure !

Verdict

On comprend mieux maintenant pourquoi de plus en plus de pros font confiance à HT. Très performantes et agréables à l’usage, ces T1 se montrent également fiables et robustes, et sont de plus bien placées face à la concurrence en termes de poids et de prix. Elles ne sont pourtant pas à mettre en dessous de tous les pieds, essentiellement à cause d’une tension de base un peu trop élevée qui ne conviendra pas aux enduristes qui débutent en pédales automatiques. Ceux qui roulent très souvent dans la gadoue éprouveront peut-être aussi quelques difficultés avec ce modèle, à cause des cales de grande taille qui – sur certaines chaussures – accumulent davantage la terre. Pour le reste, c’est un sans-faute !

HT-T1-v2