Tours et détours au salon Velofollies 2017

26 janvier 2017 — Olivier Béart

Il n’y a pas ou peu de nouveautés, et pourtant, le salon Velofollies attire de plus en plus de public. Le secret de ce salon situé à Courtrai en Belgique, à deux pas de Lille : avoir su se positionner comme un vrai salon grand public, où on peut voir tous les vélos de l’année en sachant qu’ils sont immédiatement disponibles en magasin. En sillonnant les allées, nous vous avons toute de même déniché quelques petits produits qui valent le détour.

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-5Bienvenue à Kortrijk Expo pour le salon Velofollies 2017 ! Dehors, il fait (très) froid, alors rentrons vite à l’intérieur…

Le secret de cet événement est sans aucun doute d’avoir su se positionner comme une véritable foire grand public, avec tout ce que cela sous-entend au niveau de l’ambiance conviviale, tout en gardant une image classe qui fait venir des exposants qu’on ne voit quasi plus dans aucun salon indoor, comme Specialized par exemple. Au total, le salon annonce avoir accueilli plus de 35.000 visiteurs cette année !

Plutôt Vivax ou “fat-bière” ?

Commençons par quelques clichés : oui, on rencontre des stands un peu… atypiques. Il y avait une grosse affluence par exemple chez Vivax, du nom de ces petits moteurs très discrets qui se placent dans le tube de selle et qui permettent de gagner quelques watts pour suivre les copains de sortie même quand on aime bien faire quelques excès ou qu’on n’a plus trop le temps de s’entraîner. La moyenne d’âge sur le stand était plutôt… élevée. De notre côté, on préfère plutôt le fatbike Jupiler (une célèbre marque de pils belge) pour aller chercher les casiers à la superette du coin.

King : l’art du sur-mesure

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-14Plus sérieusement, à quelques encablure de là, notre regard a été immédiatement attiré par les cadres King, fabriqués près d’Eindhoven aux Pays-Bas.

M.S. Lemstra, leur créateur, travaille essentiellement les tubes Columbus soudés directement dans son atelier, comme pour ce vtt compatible 27,5+, dont la peinture blanc mat ne peut laisser indifférent.

Pour les “weight weenies”, King travaille aussi le carbone, mais en collaboration avec un autre artisan italien. Ici aussi, tout est sur mesure et ce montage assez extrême affiche seulement 6,8kg sur la balance.

Hope : de l’ovale et du custom

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-54Chez Hope, petite surprise, il y a bien un nouveau produit montré pour la première fois à Velofollies : des plateaux ovales. La marque est claire : “Nous n’allons pas en faire des tonnes sur le côté marketing de l’ovalisation et les gains supposés. Mais il y a une grosse demande de nos clients, à laquelle nous voulons répondre.”

On s’est aussi laissé tenter par le petit jeu proposé par la marque sur son stand afin de montrer les énormes possibilités de customisation de ses produits. Le participant ayant recueilli le plus de likes sur la page Facebook de la marque pouvait remporter sa création. A propos, que pensez-vous de notre frein belge (une fois) ?

EVE : entre moto et vélo

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-43Juste derrière le stand Hope, grosse surprise en découvrant ces engins entièrement faits d’aluminium usiné qui sont l’oeuvre de EVE, une petite marque établie à Tournai, à quelques kilomètres à peine du salon Velofollies. L’idée de Electric Vehicle Engineering est de proposer des châssis entièrement customisables, mûs par un moteur électrique. Un modèle se rapproche plus du vélo, avec un pédalier (ci-dessous), et l’autre plus d’une mini moto (ci-dessus). La vitesse de pointe peut dépasser les 100km/h, le tout en silence… du moins par rapport à une moto.

Nous voulons rendre la mobilité électrique vraiment fun et cool”, expliquent les concepteurs. Mais pas seulement. Comme tout est usiné, tout peut-être adapté aux souhaits du client, que ce soit pour un usage récréatif ou professionnel. EVE vise en effet certains types de travailleurs forestiers, les services de secours, etc, pour qui ils peuvent produire des engins spécifiques et capables de porter jusqu’à 100kg de matériel en plus du pilote et de la machine. Les tarifs démarrent autour de 3000€ le cadre seul.

Une nouvelle pédale Shimano ?

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-68Une source bien informée et attentive a eu la gentillesse de nous informer qu’une pédale Shimano prototype a été laissée sur le vélo de Matthieu Van Der Poel, exposé sur le stand Stevens. Et en effet, on remarque qu’il s’agit sans doute d’un nouveau modèle destiné à remplacer les actuelles XTR.

Le corps de pédale apparaît plus fin et plus épuré que jamais, même si on imagine mal la marque réduire la surface de contact avec le pied. On peut par contre s’attendre à une petite baisse du poids. Wait and see…

EdNine : entre gravel et VTT

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-60Nous avions déjà eu l’occasion de vous présenter la marque lors du premier salon Velfollies auquel nous avons assisté en 2015, mais on se réjouit de voir qu’elle continue son petit bonhomme de chemin. Le crédo de son créateur est de proposer “des 29” ayant la maniabilité et le caractère des anciens 26″. Le but n’est pas de faire les meilleurs vélos pour la montagne comme toutes les autres marques, mais au contraire les meilleurs VTT et les plus amusants à piloter dans des régions plus plates.”

Quasiment seul sur ce créneau, Edwin Van De Weghe rencontre énormément de succès sur les courses sur plage avec ses vélos. Le boom du gravel est aussi très important pour la marque, qui présentait un modèle doté d’une peinture sensible à la température, un peu comme Specialized avec la série limitée Torch. En dessous de 15°, le vélo est noir et au-dessus, il passe au vert ! Et on ne se moque pas de nos talents artistiques pour tenter d’écrire Vojo avec notre doigt, svp…

Vittoria New Gato

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-50Nous ne l’avions pas vu à l’Eurobike : Vittoria, désormais partenaire du team BMC de Julien Absalon, présente une nouvelle version de son pneu boue/conditions humides, le Gato. Moins extrême que par le passé (il était très étroit et avec de gros crampons qui allaient jusqu’à créer de grosses vibrations), il offre un profil qui n’est pas sans rappeler quelque chose entre le Schwalbe Rocket Ron et le Maxxis Beaver. Il sera proposé en 27,5 et 29×2.2 pour un poids annoncé de 710g et un prix allant de 47,5 à 59,95€.

RAR Even Enduro

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-9Roues Artisanales, monteur très connu sur route et basé dans le Nord de la France, est venu en voisin au salon Velofollies 2017. De plus en plus, la gamme VTT s’agrandit et il souhaite s’implanter dans ce segment. RAR montrait ainsi pour la première fois la version enduro/large de la gamme Even Carbon, située dans le haut de gamme.

Les jantes, au design propre à la marque, présentent une largeur interne de 35mm, qui lui permet de convenir également pour un montage avec des pneus Plus. Le poids annoncé est de 1700g avec moyeux DT240S et rayons Aérolite, ou de 1800g en DT350 et rayons AeroComp. Quant aux prix, ils vont de 1100 à 1400€.

Pilot : le titane est toujours là !

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-27Il y a avait beaucoup de monde sur le stand de la marque Pilot, venue des Pays-Bas. Avec leurs petits airs de Van Nicholas et de Lynskey, ils font tourner les têtes. Le concept se rapproche un peu de celui des Cycles Leon, que nous avions eu l’occasion de vous détailler dans cet article, à savoir de proposer des cadres titane de qualité, sur mesure, fabriqués en Asie par un sous-traitant sélectionné par la marque mais tout en bénéficiant des conseils et d’un service de proximité.

Un modèle à boîte de vitesse Pinion est aussi proposé, de même que des composants. Les vélos complets, bien équipés, sont disponibles à partir de 4399€.

Mais aussi…

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-33Nous en avions déjà entendu parler, mais c’est la première fois que nous avions l’occasion de les voir : les supports GPS Hide My Bell proposent, comme leur nom l’indique, d’intégrer et de cacher une sonnette sur un support GPS ou GoPro. Malin.

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-48Toujours au niveau des supports, Quadlock est désormais distribué dans le Benelux par Action Sports. Il s’agit d’un des leaders en matière de support pour smartphone sur vélo. Le mécanisme est simple et léger, avec une partie intégrée à la coque du smartphone. Cette dernière, qui fait partie intégrante du concept, est en silicone afin de protéger le téléphone.

Sabma se diversifie et, en plus de ses produits classique (Fox, NoTubes,…), le distributeur propose également cet appareil d’électrostimulation d’un nouveau genre, sur lequel les électrodes sont intégrées à un kit de manchons et vêtements, qui permettent d’augmenter l’efficacité des séances. Il s’agit néanmoins plutôt d’un appareil qui s’adresse aux professionnels (kinés, salles de sport,…) vu son prix qui dépasse les 7000€.

Velofollies_2017_Copyright_OBeart-Vojomag-63Enfin, sur le stand Magura, nous avons pu mettre la main sur un des rares exemplaires de la série limitée MT Trail Danny MacAskill, qui est également dotée d’un nouveau levier plus fin et adapté au freinage à un doigt. Un levier qu’on retrouvera sur d’autres freins de la marque et pas uniquement en série limitée.

Pour continuer à découvrir le salon autrement, rendez-vous sur notre page Facebook où nous vous avons proposé un “live” de 15 minutes à travers les allées du salon : www.facebook.com/pg/VojoMagazine/videos