C’est une belle tête d’affiche qui vient d’être annoncée pour le prochain Cape Epic : la championne olympique prendra part à la mythique course Sud Africaine en compagnie de son team manager et mentor, le légendaire Thomas Frischknecht ! Voilà deux candidats sérieux à la victoire en mixte…

World_Cup_XCO_U23_Women_Dame_Windham__Rissveds_Moschetti_2015_Copyright_Dobslaff_VojoMag-7Après une année 2016 qui a vu la jeune Suédoise Jenny Rissveds exploser au plus haut niveau mondial avec sa première victoire en Coupe du Monde, le titre mondial en U23 et surtout la médaille d’or olympique à Rio. Aujourd’hui, la star de 22 ans peut se lancer dans de nouveaux défis et elle a décidé d’entamer sa saison 2017 en participant au Cape Epic !

Pour plonger dans l’inconnu, elle ne sera pas seule et elle pourra compter sur l’expérience de son team manager Thomas Frischknecht qui, pour rappel, compte trois titres de champion du Monde à son palmarès dont deux en marathon. Il est aussi 4 fois finisher du Cape Epic. Voilà qui peut aider…

Thomas Frischknecht and Urs Grieg of Team Rwanda Cycling 2 enjoying the singletrack riding during the Prologue of the 2013 Absa Cape Epic Mountain Bike stage race held at Meerendal Wine Estate in Durbanville outside Cape Town, South Africa..Photo by Kelvin Trautman/Cape Epic/SPORTZPICS

Thomas Frischknecht durant le Cape Epic 2013 – Photo : Kelvin Trautman/Cape Epic/SPORTZPICS

Le Cape Epic 2017 pourra aussi compter sur la présence de l’autre énorme star du team Scott, son coéquipier Nino Schurter qui fera équipe avec Matthias Stirnemann. A une toute autre échelle, un team Vojo/Scott sera aussi au départ avec votre serviteur qui s’apprête à souffrir pendant 7 jours sur le vélo. Mais c’est une autre histoire dont nous vous reparlerons très bientôt. En attendant, Jenny Rissveds a répondu à quelques questions pour expliquer ses motivations :

World_Cup_Albstadt_2015_Women_U23_Rissveds_Copyright_OBeart_VojoMag-125Jenny, cela sera ta première participation au Cape Epic. Qu’est-ce qui t’a décidée ?

La présentation du team a lien à Stellenbosch la semaine juste avant le Cape Epic. Cette course m’attire depuis un moment. J’ai pensé que c’était une bonne occasion d’essayer ! J’ai entendu énormément de belles choses, maintenant il est temps de vivre l’aventure par moi-même.

Que sais-tu à propos de la course ?

Je sais que c’est difficile, imprévisible, que tout peut arriver. C’est beaucoup plus difficile à préparer qu’une course de XC.

Es-tu déjà venue en Afrique du Sud et sera-tu là avant pour te préparer ?

Oui, le team a déjà organisé plusieurs training camps à Stellenbosch et j’ai couru aux championnats du Monde de Pietermaritzburg. En 2017, je serai aussi là un peu avant pour une période de préparation, pour la présentation du team, et bien sûr pour le Cape Epic.

WELLINGTON - Thomas Frischknecht during stage 5 of the 2013 Absa Cape Epic Mountain Bike stage race held from Wellington, South Africa on the 22 March 2013..Photo by Gary Perkin/Cape Epic/SPORTZPICS

WELLINGTON – Thomas Frischknecht during stage 5 of the 2013 Absa Cape Epic Mountain Bike stage race held from Wellington, South Africa on the 22 March 2013..Photo by Gary Perkin/Cape Epic/SPORTZPICS

Comment vas-tu aborder la course ? Vises-tu d’office la victoire en mixte ou veux-tu avant tout profiter de l’expérience ?

Je n’ai absolument aucune expérience des courses par étapes et je n’ai jamais roulé en équipe de deux. Je ne sais absolument pas comment je vais me sentir tout au long de la course. Mon but est donc avant tout de rester à peu près vivante et de prendre de l’expérience en vue d’autres participations dans le futur. Faire cette course avec Thomas sera cependant un énorme avantage vu son expérience.

Comment abordes-tu la préparation ?

J’ai repris les entraînements assez rapidement après les Jeux Olympiques et ils sont actuellement en train d’augmenter doucement en volume et en intensité. Ici en Suède la météo ne rend pas spécialement les choses faciles. Mais d’un autre côté, ça me permet d’être sûre que je ne risque pas de sur-entraînement !

Pour poursuivre la conversation avec Jenny, n’hésitez pas à (re)lire l’interview exclusive qu’elle nous avait accordé peu après les Jeux Olympiques : www.vojomag.com/interview-jenny-rissveds-lor-lui-va-si-bien/

Partager cet article :