Le suspense était au rendez-vous à Madère ! À deux semaines de la manche irlandaise des EWS, Greg Callaghan s’échauffe en remportant sa première victoire de la saison. Le pilote Cube, toujours très en forme, a une nouvelle fois fait preuve de régularité et il performe ici bien loin de son terrain d’entraînement. Chez les dames, l’avance qu’Isabeau Courdurier s’était octroyée en Nouvelle-Zélande n’a pas tenu bien longtemps et Cécile Ravanel reprend la tête. À Madère, nous avons également pu assister à trois autres victoires françaises et à pas mal de belles remontées. Découvrez ça en détails :

Hommes

À l’issue de la première journée de course et jusqu’au milieu de la seconde, tout le monde pensait assister à un duel Adrien Dailly vs Jesse Melamed. Le Français vainqueur de la précédente coupe du Monde a été le premier à prendre du retard, avant de “claquer” une spéciale puis de crever et de voir ses chances de victoire s’envoler. Il prouve toutefois qu’il est particulièrement en forme et que pour sa première saison en catégorie Elite, il a déjà su s’imposer comme un favori.

On pensait la victoire “garantie” au canadien Jesse Melamed, mais c’était mal connaître notre sport. Personne n’est à l’abri d’un souci mécanique et le pilote canadien a été stoppé dans son élan dans la spéciale 7, à deux chronos de la fin. Il a bien tenté de faire tenir son pneu à l’aide de colliers rilsan, mais le bricolage n’a pas tenu et la course s’est arrêtée pour lui.

Au rayon des malchanceux, on peut encore citer Thomas Lapeyrie qui après une chute pendant les reconnaissances n’était pas certain de son état de forme. Il a pourtant commencé la course avec ses deux meilleurs résultats : un meilleur chrono, puis une seconde place sur les deux premières spéciales. Malheureusement, des soucis mécaniques l’ont rétrogradé lui aussi. Florian Nicolaï a également été embêté par son matériel tout au long du week-end.

Aux avant-postes de la catégorie Elite, la bataille a été rude et il a fallu attendre la fin de la dernière spéciale pour connaître le nom du vainqueur. Chez les hommes, 2 secondes seulement séparaient Greg Callaghan de Martin Maes. Le Belge a finalement moins bien résisté à la pression que l’Irlandais qui prend le 3ème meilleur chrono, contre le 11ème pour le pilote GT.

Après deux courses, pendant lesquelles il a joué de malchance, Damien Oton revient au contact et le numéro 2 à l’issue de la saison 2016 prend la troisième place de l’épreuve. Son coéquipier, Théo Galy, n’est pas bien loin et décroche une belle 7ème place.

Devant les chronos des 9 spéciales du week-end, on repère que c’est dans la seconde journée que le top 5 a su se former et c’est dimanche, en fin de journée, que Jared Graves est revenu au contact. Il termine à la quatrième place. Son ancien coéquipier et champion du Monde en titre, Richie Rude, revient lui aussi très fort et prend les meilleurs temps sur les spéciales 8 et 9. Cela ne suffira toutefois pas pour rattraper son retard. Il termine 6ème.

Un trio français a fait preuve d’une belle régularité et Yoann Barelli emmène dans son sillage Jérôme Clementz et François Bailly-Maître.

Nicolas Lau termine 15ème avec un très bon départ le samedi. Alexandre Cure est 17ème, Adrien Dailly termine à la 19ème place et Pierre-Charles Georges est 21ème avec un 9ème meilleur temps sur la spéciale 7. On repère également le superbe second temps de Baptiste Gaillot dans la dernière spéciale du jour, impressionnant !

Du côté des victoires tricolores, on en compte deux chez les hommes à Madère. Karim Amour l’emporte largement chez les Masters et le descendeur Thibaut Laly prouve de son côté que l’enduro est une discipline à son goût. Il remporte la course dans la catégorie U21.

À Madère, on a également aperçu un nouveau Giant aux mains de Josh Carlson. Sans plus d’information pour le moment, on se penche sur les clichés et on vous en dit plus très vite.

Il nous tarde déjà d’être en Irlande pour la troisième manche… Là-bas, l’ultra favori sera Greg Callaghan, mais la série des EWS nous a encore prouvé ce week-end qu’elle était pleine de ressources pour nous surprendre !

Dames

Chez les dames, Cécile Ravanel n’a pas vraiment laissé de place à la concurrence. Elle remporte tous les meilleurs temps des spéciales du samedi et n’en concède que deux pendant la journée du dimanche. La pilote Commencal reprend l’avantage et prouve qu’elle est à son aise à Madère. Nous l’avions suivie pendant les reconnaissances et elle nous prouve que son travail a payé.

Isabeau Courdurier a été un peu moins rapide ce week-end qu’en Tasmanie. La pilote Sunn a toutefois fait preuve d’une belle régularité qui la place à une solide 2e place. Elle s’est pourtant fait distancer au chrono à plusieurs reprises pendant le week-end. Elle accroche tout de même le meilleur temps sur la cinquième spéciale.

Au final, après deux jours de course, près de 100km et 9 spéciales, moins d’une minute sépare les deux femmes.

Derrière les deux françaises, les mouvements ont été intéressants. Le plus marquant est l’arrivée remarquée de l’israélienne Noga Korem qui prend la troisième place avec une belle régularité tout au long du week-end. Cette “petite nouvelle” sera à surveiller de près. Elle termine à une minute d’Isabeau Courdurier.

Elle est suivie par Ines Thomas qui a pris du retard sur la dernière spéciale du samedi.

Miranda Miller arrive ensuite et s’accapare également le meilleur temps de la 7ème spéciale. Elle est la révélation de l’année dernière en descente et elle prouve également que son talent ne se limite pas à cette discipline. Elle devance sa compatriote Casey Brown et les deux soeurs Gehrig qui terminent 7 et 8. Aux 15ème, 16ème et 17ème place on retrouve un trio de Françaises : Julie Duvert, Morgane Such et Chloé Gallean. En catégorie U21, la française Estelle Charles gagne devant Martha Gill.

Cécile Ravanel continue de marquer sa trace dans son sport, mais l’ écart avec ses poursuivantes se réduit. Là encore, vivement l’Irlande !

Retrouvez notre vidéo et notre portfolio des entrainements (ici) et les résultats complets (ici).