DH WC #3 Leogang : Gwin, magistral

Sport
12 juin 2017 — Pierre-Jean Nicot

Il y a eu la pluie et le vent à Lourdes, en fin de finale, pour stopper les tops dans leur élan. A Fort William, un bourbier impossible en sous-bois a envoyé au tapis jusqu’à Danny Hart, pourtant un « glisseur » de talent. A Leogang en Autriche, ce weekend, la piste n’a pas non plus fait l’unanimité dans le paddock. Mais l’intérêt sportif était bien là et Aaron Gwin reprend la seule place qui l’anime : la première. Fantastique de maîtrise malgré quelques petites erreurs, le pilote YT Industries devance un Loris Vergier pourtant impeccable. L’élève du Santa Cruz Syndicate laisse juste derrière lui… son maître Minnaar ! Chez les femmes, Myriam Nicole nous fait le plaisir d’une troisième place, alors que Tahnee Seagrave signe sa première victoire en coupe du monde. Récit.

La saison 2017 de la coupe du monde de descente a commencé de façon étrange. A Lourdes, pour la manche d’ouverture, la météo a décidé de jouer un rôle majeur dans la course et empêché les meilleurs pilotes de rouler à leur niveau. Des critiques se sont alors faites entendre sur la gestion du planning face à un ciel menaçant. A Fort William, en Ecosse, un bourbier de 15m en sous-bois n’a épargné presque aucun pilote et rendu les runs un peu aléatoires. Là encore, des coureurs se sont exprimés… A Leogang, en Autriche, pour la troisième manche courue ce weekend, des critiques à propos de la piste ont été formulées dès les reconnaissances : trop rapide, pas assez défoncée mais dangereuse, trop « bike park ».

Ajoutons à ces diverses protestations le débat passionné sur l’arrivée en force du 29″ en DH… Et nous pourrions avoir l’impression que la descente traverse sa crise d’adolescence ! Il fallait que Leogang replace l’intérêt purement sportif au centre de l’attention et c’est, selon nous, ce qui a été réussi ce weekend malgré plusieurs blessures à déplorer dans le camp français.

Hommes

Rappelons les moments noirs de cette manche, car ils sont nombreux malheureusement. Rémi Thirion, très en forme en ce début de saison, s’est envolé sur la table d’arrivée, en qualifications, pour retomber en avant, le vélo à la verticale. La chute est terrible mais le pilote Commencal est solide. Le bilan est lourd mais pas aussi grave que les images le laissaient penser : une clavicule, trois côtes et deux vertèbres fracturées. Le pilote lui-même a donné des nouvelles rassurantes depuis et se préparait pour une opération, sans faire face à une urgence. L’appel de cette table prise à haute vitesse, jugé dangereux, a été revu au cours du weekend.

Pour Loïc Bruni, une chute a priori sans gravité finit tout de même par le priver de finale. Le pilote Specialized devait subir une petite chirurgie pour traiter les conséquences d’une hémorragie dans la cuisse, mais sa saison ne semble pas compromise. Côté Français, Thomas Estaque s’est aussi blessé. Pensons aussi à Lachlan Blair (fémur fracturé), un semi-amateur écossais qui montait en puissance, et à tous les pilotes abîmés.

Comme Greg Minnaar à Fort William, Aaron Gwin est « chez lui » à Leogang. Et il le prouve encore d’une façon admirable. En retard sur le haut de la piste, le pilote YT, dernier à s’élancer, construit peu à peu sa domination. Le tracé est plutôt court : les meilleurs mettent un peu plus de 3 minutes à l’avaler. Il faut rouler à fond tout le temps et ne pas se prendre les pédales dans des stratégies trop compliquées… Son contrôle sur les sauts lui a permis de générer une vitesse que rien ne viendra casser jusqu’à la raquette d’arrivée. Gwin remporte ainsi sa première manche en 2017.

Quoi que… A quelques reprises, de petites erreurs sont visibles dans son run. Il le reconnaît avant même de monter sur le podium : « Ce n’était pas parfait, mais ça a suffi !« . Aaron Gwin a une passion : participer à une coupe de monde de descente, terminer ses runs sans encombre et gagner. Un garçon simple !

Il est deuxième au classement général de la coupe du monde. Ah, oui, il gagne à Leogang avec des roues de 27,5″. Nous n’enfoncerons pas de portes ouvertes en disant que, ouf, c’est encore et toujours le pilote qui fait la différence.

Greg Minnaar, la force tranquille au guidon de son 29″, qualifié 2ème, termine le weekend à la 3ème place. Il reste premier au général de la coupe du Monde.

Qualifié 5ème, c’est probablement de Loris Vergier que vient la plus belle « surprise ». Ne nous méprenons pas : on savait que le pilote Santa Cruz était rapide, très rapide. Mais il n’avait pas encore concrétisé à Lourdes (comme tous les tops) ou Fort William. Son geste de révérence à l’arrivée de Leogang veut tout dire. On peut imaginer que ces mots lui sont venus à l’esprit : « Voilà, je vous l’avais promis, le voici, je le tiens enfin, mon run !« .

Le jeune Français écrase le temps de Bernard Kerr de près de 3 secondes. On comprend l’exploit lorsque l’on considère la qualité du run de Kerr !

Sur cette piste ultra rapide, on se demande même comment éclater un chrono d’une telle manière est possible, tant les écarts sont restés serrés un moment. Troy Brosnan (Canyon) finit 4ème.

Bernard Kerr prend la 5ème position.

Bien sûr, tout le monde surveillait attentivement la performance de Jack Moir, sur son Intense 29″. Après sa très belle 2ème place en Ecosse, le jeune pilote était parmi les têtes d’affiche. La vitesse, il l’a. Il est assez rare d’occuper le hot seat malgré une chute à ce niveau de la compétition ! Une glissade à la sortie d’un virage poussiéreux le fait se coucher. Agile, il se relève très vite et repart, mais les dégâts sont bien là. Il termine 9ème. Jack Moir confirme qu’il est un homme à suivre de près (3ème au général).

Casser sa chaîne n’empêche pas de gagner à Leogang. Gwin l’a fait en 2015. Pour Danny Hart, le miracle n’a pas eu lieu. Le champion du monde termine 11ème et vit un début de saison compliqué, seulement 25ème au général. Il n’est pas seul. Mark Wallace (Canyon) ne fait pas 20m avant de casser sa chaîne. Son run est pourtant impressionnant, avant que tout s’emmêle derrière et que son vélo soit méchamment freiné dans les derniers virages de la piste.

Dans le top 10 à Leogang, on retrouve tous les pilotes du SC Syndicate… Luca Shaw est 7ème !

Mickael Hannah termine 8ème. Une crevaison lente brise un run pourtant très bien engagé.

Dames

Rachel Atherton toujours absente après s’être abîmée l’épaule à Fort William, la course était une nouvelle fois plus ouverte que jamais chez les dames.

Tracey Hannah a gagné Fort William et gagne les qualifications à Leogang… pour se classer au final 2ème.

La pilote Polygon prend au passage une belle avance au général !

Tahnee Seagrave l’a attendu un moment. Elle peut enfin savourer sa première victoire en coupe du monde, arrachée de justesse !

La Française Myriam Nicole ne manque pas de régularité en ce début de saison.

Elle est 3ème à Leogang. Cette belle place fait honneur au team Commencal, qui devra composer sans Rémi Thirion pendant un moment.

Manon Carpenter se classe 4ème.

Un peu plus loin au chrono, la Suisse Emilie Siegenthaler.

D’autres Françaises occupent le top 10, avec Morgane Charre 7ème…

… et Marine Cabirou 8ème.

Juniors

Chez les juniors, Finnley Iles devance assez largement Matt Walker. Paula Zibasa l’emporte chez les filles.

Prochaine étape Vallnord, début juillet.

Résultats complets : www.vojomag.com/news/world-cup-dh-leogang-vergier-coiffe-fil-gwin
Photos : Antonio Obregon, pour Vojomag