Crocodile Trophy 2016 : À une écaille de la victoire

Sport
18 décembre 2016 — Olivier Béart

Cette épreuve exotique peut se targuer d’être la plus ancienne course par étape de vtt au monde : elle en est déjà à sa 22e édition ! En 2016, malgré son ancienneté, sa réputation mondiale et son statut d’épreuve UCI de premier plan, l’organisation a gardé sa convivialité et son côté aventurier. Sébastien Carabin, pilote XC belge de premier plan, voit plus large en s’épanouissant sur les courses marathon. Il a vécu ce Crocodile Trophy pour Vojo, découverte : 

sans-titre-5Il n’y a pas de grosses infrastructures comme au Cape Epic…Ici c’est la débrouille pour tout le monde. Le confort est minimum avec des douches extérieures, des wc portables. Heureusement, l’organisation s’occupe du montage et du démontage des tentes et du lit de camp. Après chaque étape, le staff nous réserve d’excellents repas juste avant la cérémonie journalière de remise des prix.

sans-titre-20Pour ma part, cela fait quelques années que j’ai entendu parlé du Crocodile Trophy et que j’avais envie d’y prendre part. Mais l’occasion d’y participer ne s’était pas encore présentée jusqu’à ce jour.

sans-titre-41Etant petit, je regardais le Paris-Dakar. Et cette course dans le désert africain, cette fameuse aventure en plusieurs jours, ce défi un peu fou, le dépassement de soi-même m’ont toujours fait rêver… Le cachet aventurier du Crocodile m’a tout simplement attiré et poussé à relever ce challenge qui révèle quelques similitudes à mon rêve de gamin.

Venons-en à la course maintenant !

1ère étape: Cairns 38 km/900m d+ | un cross-country particulier !

sans-titre-8Après 6km de neutralisation, nous avons pris le départ. Il fallait parcourir 4 tours de 6,5km. Le tracé était ludique et varié avec quelques montées pas trop longues et des slaloms entre les arbres dans la jungle. Nous franchissons des petits pierriers pour traverser des ruisseaux et continuons sur des virages relevés avec de gros appuis. Rien de dangereux mais on réveille nos compétences techniques, un vrai régal.

sans-titre-9Particularité de ce cross-country, au 5e tour, après 2km, une petite surprise nous attendait pour quitter le parcours et rejoindre palm paradise : une montée vertigineuse d’un peu moins de 1,5km pour 300m de dénivelé positif, suivie d’une descente caillouteuse et de 3km d’asphalte à plat. Sur ce genre de tracé, j’ai profité de mon aisance technique pour prendre le maillot rouge Crocodile de leader avec une minute d’avance sur le Suisse Urs Huber et plus de 5 sur l’Autrichien Mathias Griek. À l’arrivée, je suis assoiffé et déshydraté car j’ai perdu mon 2e bidon et j’ai dû effectuer les 50 dernières minutes sans boire.

sans-titre-33

Chez les dames, ma coéquipière Alice Pirard a profité de la côte en sortant du xco pour afficher sa supériorité et endosser son maillot blanc de leader. Elle devance la locale Ruth Corset de plus de 5minutes.

2ème étape: Cairns-Atherthon 108km/2500m d+ | Brutalité.

sans-titre-32Le départ officiel est donné dans un col sur route irrégulier après 12 kilomètres neutralisés. Très vite, derrière le pilote suisse du team Bulls, un groupe d’une quinzaine de coureurs s’échappe.

sans-titre-7Puis, surprise, Annemieke Van Vleuten, la coureuse hollandaise de chez Orica Bike Exchange, attaque et roule seule 50m devant notre petit groupe. Vous vous souvenez certainement avoir entendu son nom cet été : c’est elle qui a été victime d’une énorme chute dans la descente finale des JO de Rio alors qu’elle était en tête. C’est assez impressionnant et inhabituel de voir une femme réaliser un tel numéro d’autant que l’on roule déjà à un bon rythme. Ça me fait sourire, tout comme Urs Huber, mais d’autres coureurs de notre groupe en rigolent moins… Au sommet, après environs 10km, nous arrivons groupés au barrage de Copperlode.

sans-titre-17Ensuite, nous enchainons des côtes très raides de plus de 20%. Avec Urs, nous nous détachons assez vite. Le 2e ravito peu avant la mi-parcours est le bienvenu. On collaborait bien à deux jusqu’à qu’Urs me place un démarrage digne d’une course route derrière ma roue. Je ne veux pas lui montrer de signes de faiblesse et je reviens au contact au plus vite… Après le 3e ravito, nous roulons sur des pistes et la chaleur remontant du sol devient étouffante malgré le vent que l’on a de plus en plus souvent de face. Heureusement, nous entamons une partie plate et plus roulante le long d’un canal où j’aperçois un wallaby sur le côté du chemin. Salut toi !

sans-titre-21Je commence à faiblir dans la dernière bosse, Urs parvient à se détacher après 2 attaques violentes consécutives. Il remporte l’étape avec 4 minutes d’avance et endosse le maillot du leader. L’autrichien Manuel Pliem du team KTM Rad-sport prend la 3e place.

sans-titre-26Chez les dames, Annemieke Van Vleuten impressionne en terminant 9e au scratch de l’étape et s’empare par la même occasion du maillot blanc avec plus de 20minutes d’avance. L’australienne Ruth Corset termine 3e du jour derrière Alice Pirard.

sans-titre-40“Brutale”, voilà le mot utilisé par les australiens du team Astute pour décrire cette étape. 1 /3 des participants ont dû être arrêtés par le camion balai pour ne pas terminer dans le noir !

3ème étape : Atherton-Atherton 56km/1300m de d+ | Paradis étroit

Qui a dit que le Croc’ était roulant ? L’étape du jour va une nouvelle fois nous en démontrer le contraire. Au menu du jour, 2 boucles de 27km dans le bike park aménagé par les propriétaires de la grange d’Atherton, base de notre campement pour 3 nuits.

sans-titre-107Dans un but de développement du VTT, ces passionnés ont créé un superbe bike park, un vrai paradis. Bien qu’artificiel, tous les ingrédients sont réunis pour rendre ce trail hyper fun. Des petits jumps créés avec des rochers ou des troncs d’arbres, un peu de cailloux et des blocs à franchir, du pur bonheur de biker. Vu que les montées sont façonnées par plusieurs paliers et de nombreuses épingles, on monte par à-coup sans s’en rendre vraiment compte.

sans-titre-85Même un paradis a ses défauts ! Le sentier était aussi très étroit, il était du coup presque impossible de se dépasser. Urs Huber le savait très bien et je rongeais mon frein, collé dans sa roue arrière. Rien à faire, il n’y a aucune place pour le dépasser et la situation est assez frustrante. Finalement je suis parvenu à le passer avant la fin et j’ai pu mettre les gaz pour reprendre un peu plus d’une 1’10”. Je reviens à 1’37” au général provisoire. L’autrichien Mathias Griek complète le podium du jour.

sans-titre-149Chez les dames, Alice Pirard a bien géré sa course et s’est fait plaisir en remportant une nouvelle étape avec plus de 15minutes sur la hollandaise, beaucoup moins à l’aise sur ce parcours technique. L’australienne Anita Narula termine 3e du jour.

4ème étape : Aterthon-Atherton 72km | Oublier la leçon de la veille

sans-titre-5Un peu avant 6h c’est avec des bruits bizarres d’oiseaux que je m’éveille avant la sonnerie de mon téléphone. Aujourd’hui, on démarre par un chemin dans les prairies avant d’aller chercher le point culminant de ce Crocodile Trophy, à 1200m d’altitude.

Six coureurs vont se détacher (Mathias Griek et Manuel Pliem, Michiel van Albroeck, le Hollandais Bas Peters, Urs et moi). Après une vingtaine de kilomètres et le premier ravito, nous entrons dans un parc national. Nous pénétrons ensuite dans la jungle où le sol est de plus en plus humide. Ici la nature est sauvage, je me fais d’ailleurs surprendre par une de liane qui s’est accrochée à mon guidon. Bam, me voilà par terre pour un petit bain de boue. Une chute stupide mais sans gravité.

sans-titre-14Nous traversons quelques rivières. Le groupe a cassé et on se retrouve à 3 avec Bas Peters qui nous accompagne. Arrive ensuite une partie plus roulante, ce qui permet de récupérer et de s’alimenter avant les prochaines difficultés : une succession de côtes très raides dans les graviers où l’adhérence est très limitée. Certains passages à plus de 30% nous obligent à mettre pied à terre. Nous retrouvons ensuite le même parcours qu’au début de l’étape, mais en sens inverse. Nous devons alors à nouveau franchir, mais dans l’autre sens, le sommet de la colline avant de redescendre par un single technique qui retombe sur les chemins ludiques du bike park d’Atherton. Dans cette longue ascension, mon fidèle adversaire m’attaque. En vain. Au sommet, il sprinte, mais pourquoi ? Je comprends trop tard que c’était pour entrer dans le single du bike park en tête. Urs remporte le sprint. Mathias Griek connait un jour sans au profit de Michiel Van Albroeck, 4eme du jour et qui s’installe sur le podium provisoire.

sans-titre-9Coup de théâtre chez les dames : Annemieke VV s’est égarée. Cette mésaventure permet à Alice Pirard de remporter une nouvelle victoire et de récupérer le maillot blanc de leader avec plus d’une heure d’avance.

sans-titre-4À noter la prestation assez incroyable du Belge Arnout Mathys, qui, amputé d’une jambe depuis l’adolescence, s’est débrouillé pour parvenir à bout des côtes les plus raides. Sa technique: sautiller sur une jambe en poussant le vélo. Chapeau et respect… d’autant qu’il n’en est pas à son coup d’essai : il a déjà presque toutes les plus grandes courses par étapes et les marathons les plus durs à son palmarès !

5ème étape : Aterhon-Skyburry Coffee Plantation 131km/1900m d+ | 2ème au Roc d’Azur.

sans-titre-12Nous avons vite rejoins le sommet de la longue côte de la veille. Suite à une grosse attaque du pilote Bulls, nous ne sommes plus que 3 avec l’Autrichien Griek.

Le reste de l’étape sera assez varié au niveau du type de terrain. D’abord une enfilade de montées et descentes courtes jonchées de racines, s’ensuit alors un sol plus rocailleux avant de rencontrer une piste de sable blanc où le sol est plus mou par endroits. Sur la fin, le tracé ressemble au Roc d’Azur. Les descentes sont un peu piégeuses et l’Autrichien, un rien en retrait, crève.

sans-titre-7Au kilomètre 80, après le 3ème  ravito (qui tombe à pic avec la chaleur qui dépasse les 30 degrés), nous traversons une large et profonde rivière. Urs enchaîne les attaques, bien décidé à essayer de prendre de l’avance pour le classement général. Je ne lâche rien et on poursuit ensemble. Il arrive une nouvelle fois à profiter de sa connaissance du terrain pour accélérer au bon moment et entrer en premier dans le court singletrack final donnant sur le site d’arrivée de skyburry . Il remporte une nouvelle victoire.

sans-titre-18Derrière, à un peu plus d’un ¼ d’heure, Bas Peters réussit à devancer au sprint Michiel Van Albroeck et l’Autrichien Manuel Pliem. Son compatriote Mathias Griek, victime de 3 crevaisons dans cette même étape,  perd énormément de temps et toute chance de podium.

sans-titre-9Mais où est donc encore passée Annemieke ? Pourtant bien décidée à prendre une belle revanche après sa mésaventure de la veille, elle loupe une flèche et fait un aller-retour bonus de plus de 20kms. Tout cela est au profit du duo Pirard-Corset. Alice parvient à prendre l’avantage sur l’Australienne dans le singletrack final et remporte ainsi sa 4eme victoire d’étape. Annemieke complète le podium du jour à 19minutes de ce duo.

6ème étape : Skyburry-Skyburry 49km/400m d+| La kermesse

sans-titreAnnoncée comme la journée la plus facile, cette étape rapide et presque toute plate constituait un peu la « journée de repos » de ce Crocodile Trophy. Les premiers kms sont très rapides, le vent souffle bien et personne du grand groupe de tête ne veut vraiment rouler. Nous entrons ensuite dans un parc ornithologique. J’ai l’impression de rouler dans une kermesse sur route, ça se regarde, ça attaque, puis on ne roule plus puis ça roule de nouveau,  attaque encore…

sans-titre-7À ce petit jeu, nous accordons un bon de sortie au jeune Hollandais Stef de Louwere et à Annemieke Van Vleuten. Devant, la course reste tactique, un peu une course d’attente. Certains amateurs tentent de s’échapper et de revenir sur le duo Van Vleuten-De Louwere mais n’y parviennent pas.

sans-titre-20Après quelques accélérations, c’est donc avec un petit groupe de moins de 10 coureurs que nous arrivons en sprint dans le mini singletrack final où je parviens à passer Urs Huber. Je termine pour la 4e fois cette semaine sur la 2e marche du podium élite, mais cette fois derrière un autre coureur. Le jeune hollandais Stef De Louwere prend une très belle victoire. Annemieke Van Vleuten termine dans son sillage et remporte donc aisément cette étape dans la catégorie dame avec plus de 15minutes d’avance sur Ruth Corset et Alice Pirard.

7ème étape : Skybury Wetherby 105km | Tonnerre proche du tropique

sans-titre-25Les kilomètres défilent assez vite. Il n’y a aucune difficulté majeure mais le vent va opérer une sélection naturelle. C’est ainsi qu’un groupe des 6 hommes forts de ce Crocodile se retrouve en tête. Nous nous entendons bien en passant de bons relais. La piste change et les courtes descentes et montées s’enchaînent facilement.

sans-titre-19Arrive alors le 3e ravito vers le 75ème kilomètre. Plus loin, on entre dans le Mowbray National Park. Ici, c’est la forêt tropicale, le terrain est plus cassant et plus usant avec des passages raides. C’est ma dernière chance pour essayer de reprendre du temps au pilote suisse. J’accélère et on se retrouve à deux.

sans-titre-40Je porte une petite attaque puis c’est à son tour d’en remettre une autre encore plus forte. La fin est très rapide et Urs me bat à nouveau au sprint. Pour la 3e place Bas Peters parvient une nouvelle fois à devancer au sprint Michiel Van Albroeck.

Annemieke remporte facilement l’étape chez les dames devant Ruth Corset et Alice Pirad qui conserve son maillot blanc de leader avec 50minutes d’avance.

sans-titre-28Nous sommes maintenant au campement de Wetherby, c’est assez sauvage par ici. Un python est venu s’aventurer juste devant le ranch proche du campement. Cela attire les curieux et quand je lève la tête, j’aperçois une araignée presque aussi grande qu’une mygale. Bon, ce soir, je veillerai à bien fermer la moustiquaire !

8ème étape : CLM 30km/250m d+ | Finir à une écaille

sans-titre-39Le tracé commence par de larges pistes avec pas mal de vent, je recherche donc la position la plus aéro possible. J’entre ensuite dans la forêt avec une côte en deux paliers où les jambes commencent à faire mal et où l’air manque. À bloc, je relance sans cesse et je dépasse plusieurs coureurs.

sans-titre-19Arrive la descente pour rejoindre le niveau de la mer. Elle est assez rapide avec pas mal de bosses où l’on peut facilement jumper avec de la vitesse. Je la fais à bloc car je sais qu’il y a moyen de prendre de l’avance sur Urs dans cette portion, je suis à la limite de l’adhérence dans chaque virage.

sans-titre-167Ensuite un peu d’asphalte, un peu d’herbe puis des pistes cyclables avant de débouler sur la plage paradisiaque de four mile beach où il faut encore mettre plein gaz nez dans le guidon pendant 4 kilomètres pour rejoindre l’arrivée. Heureusement le vent est dans le dos et c’est marée basse, ce qui permet de rouler sur du sable dur légèrement humide. A l’arrivée, j’entends que j’ai battu le record de ce chrono. Mais reste encore à attendre le suisse qui finira 5 secondes devant moi… rageant. Je termine donc à 1minute 48secondes du quadruple vainqueur de l’épreuve.

sans-titre-5Michiel monte pour la première fois de la semaine sur un podium d’étape. Sa régularité lui permet également de grimper sur la 3e marche du podium final. Bas Peters et Manuel Pliem complètent le top 5. Chez les dames, Annemieke remporte sa 4e victoire d’étape, largement devant Ruth Corset et Alice Pirard qui a assuré sans prendre de risques. Au général, Alice Pirard remporte ainsi son premier Crocodile Trophy devant l’impressionnante hollandaise Annemieke VV et l’australienne Ruth C.

sans-titreMême si je me savais en forme avant le départ, je ne m’attendais pas à pouvoir titiller Urs si fort. Certes, je garde un petit regret suite à ma défaillance du 2e jour et au « blocage » que j’ai subi lors de la 3e étape, mais je suis néanmoins fier d’avoir pu pousser le pilote pro du team Bulls dans ses limites…

Je m’attendais à vivre une aventure unique et j’ai été servi. Venez découvrir et prendre part à ce fabuleux périple et qui sait, comme moi, vous en deviendrez à-croc’ !

www.crocodile-trophy.com