Les deux champions sur deux roues habitués aux efforts solitaires ont découvert l’univers de la compétition sur quatre roues à l’occasion du Rallye Vosgien. Le double champion olympique ne cache pas son envie de se reconvertir dans cette discipline une fois sa carrière VTT terminée, à l’image d’un certain Nicolas Vouilloz ! Notre correspondant Fred Dart était sur place.

cote-populariteFigure emblématique des Vosges et monument du sport français de par son imposant palmarès, Julien Absalon était présent mi-septembre à Gérardmer pour s’essayer à une tout autre discipline : le double champion olympique, fraîchement vainqueur de sa septième Coupe du Monde de VTT, et Pauline Ferrand-Prévot, également invitée, ont pris part à leur tout premier rallye au volant d’une Opel Adam.

absalon-vosgien-2Le sport automobile, et plus particulièrement le rallye, est ma première passion avant même le VTT. Mon père était copilote et j’ai été bercé par le bruit des moteurs”, dévoilait Julien Absalon avant sa participation.

portrait-julien-absalon-adam-1Même s’il avait déjà eu l’occasion de prendre part à l’une ou l’autre épreuve auto, en Trophée Andros (courses sur glace) notamment, il s’agissait d’une première pour lui sur ce format : “J’avais toujours dit à Jean-Louis Balland, un sponsor et ami avant tout, que dès que j’arrêterai ma carrière sur deux roues, je voudrais passer sur quatre roues ! Visiblement, il m’a entendu … mais un peu en avance ! Je vais donc goûter aux joies du pilotage en rallye plus tôt que prévu grâce à lui et à 2HP Compétition. C’est un véritable rêve qui va se réaliser.”

img_1142A cette occasion, Pauline Ferrand-Prévot l’a rejoint dans l’aventure et elle a découvert totalement cet univers. « Je suis un peu Julien sur ce rallye, avouait la Champenoise prête à relever le défi avec Jean-Louis Balland à ses côtés. J’aime bien conduire. On ne pouvait pas du tout assouvir cette idée en pleine saison. On en profite. Ca va être marrant. Je pense avoir les notions de trajectoires. »

ferrand-prevot-vosgienSi ces dernières s’avéraient exactes, d’autres paramètres spécifiques à la discipline (copilote, prise et lecture de notes, longueurs des spéciales…) étaient à prendre en compte pour les champions sur deux roues habitués aux efforts solitaires. « Le rallye est vraiment à part !, reconnaissait Julien Absalon. Le plaisir sera donc l’unique objectif du week-end pour cette première expérience. Je laisserai complètement les ambitions, pour une fois, de côté. Je veux aussi rallier l’arrivée sans abîmer la voiture ! »

Même s’ils avaient tout à découvrir, Julien Absalon et Pauline Ferrand-Prévot ont pu mesurer durant deux jours leur cote de popularité en enchaînant autographes et photos !

ferrand-prevot-vosgien-2Tous deux sont parvenus à se prouver qu’ils pouvaient rouler vite au volant d’une voiture de rallye tout en faisant confiance aux notes énoncées par leur copilote du week-end et en se familiarisant à l’état changeant des routes au fil des passages. De nuit, sur une route mouillée, Julien Absalon s’est pourtant fait surprendre et est allé heurter un sapin. « On a cassé un phare mais on s’en est bien tiré, racontait-il. Cela aurait été dommage de s’arrêter si tôt. »

J’ai une réelle envie que de rouler en rallye plus tard, dès que j’aurai mis un terme à ma carrière en vélo.

Sur le podium face au lac de Gérardmer franchi au 57e rang et 2e du Challenge réservé aux petites Opel, le vainqueur de la dernière Coupe du monde affichait un sourire radieux. Cette première devrait en appeler d’autres. « J’ai une réelle envie que de rouler en rallye plus tard, dès que j’aurai mis un terme à ma carrière en vélo, admettait-il avant le départ. Ce n’est plus un secret. »

Pauline Ferrand-Prévot a rallié, elle aussi, l’arrivée de ce Rallye Vosgien à la 71e place sur 81 classés après une belle remontée le deuxième jour, preuve qu’elle s’est accoutumée au volant de son Opel Adam et au rallye.

Photos : Jean-Baptiste Cornevaux.

Partager cet article :